Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2016

Voile. Tanguy de Lamotte, du cœur à l’ouvrage

tanguyvendée.jpg

Nicolas Guillermin, L'Humanité

Même s’il souhaite porter haut les couleurs de Mécénat chirurgie cardiaque, Tanguy de Lamotte est d’abord un compétiteur. pour cette nouvelle édition du Vendée globe, le skippeur part avec un bateau optimisé qui connaît bien la route.

Dixième du dernier Vendée Globe, le skippeur d’ Initiatives-cœur reprend son bâton de pèlerin en naviguant sous les couleurs de Mécénat chirurgie cardiaque avec l’objectif de sauver le plus d’enfants possible. Retrouvez son carnet de bord tous les vendredis dans l’Humanité. Portrait.

Tanguy1.jpgÀ cœur vaillant rien d’impossible. Premier skippeur de l’histoire du Vendée Globe à partir sous le pavillon d’une association humanitaire en 2012, Tanguy de Lamotte avait prouvé qu’on pouvait très bien courir en solidaire et réaliser une performance sportive. Dixième au classement après 98 jours de mer sur un voilier d’ancienne génération mais premier dans les cœurs, le skippeur avait permis de sauver 20 enfants. Quatre ans plus tard, le Lorientais remet ça à bord de son monocoque Initiatives-cœur et compte bien porter haut les couleurs de Mécénat chirurgie cardiaque, association qui permet à des enfants de pays en voie de développement atteints de malformation cardiaque d’être opérés en France.

« Cette fois on veut opérer 30 enfants au minimum », souligne Tanguy de Lamotte, qui a choisi d’écrire dans l’Humanité un carnet de bord hebdomadaire, à paraître tous les vendredis. Pour y parvenir, le skippeur met toute son énergie pour faire connaître l’opération « 1 clic 1 cœur ». Le principe est simple, à chaque clic sur le « J’aime » de la page Facebook Initiatives-cœur (facebook.com/initiativescoeur/) ou bien à chaque partage pour les gens qui ont déjà « liké », un euro est reversé à l’association par les deux mécènes du bateau, Initiatives et KLine. « Il faut 12 000 euros pour opérer un enfant », précise Tanguy. Pour atteindre l’objectif de 30 enfants, il faudra donc que 360 000 personnes « likent » la page d’Initiatives.

Sa seule hantise : devoir abandonner sur avarie

Une barre assez haut placée qui met une certaine pression sur le skippeur dont la seule hantise est « de devoir abandonner sur avarie ». « J’ai plus de repères qu’il y a quatre ans, explique le marin âgé de 38 ans, marié à une Anglaise et papa d’un petit garçon de 2 ans. J’ai déjà traversé les mers du Sud mais ce n’est pas pour ça que je sais faire, c’est différent à chaque fois. Passer trois à quatre semaines là-bas, ça n’a rien à voir avec une transat. On sait qu’on est très loin, difficile à secourir, on n’a pas le droit à l’erreur. » Son autre objectif est de terminer, bien sûr. Un exploit quand on sait qu’à chaque édition environ 50 % de la flotte abandonnent. « Cette fois, je vise 80 jours. J’espère me faire plaisir comme il y a quatre ans, avec peut-être un peu moins de découverte mais plus de vitesse. »

Diplômé de la prestigieuse école d’architecture navale de Southampton, c’est logiquement que Tanguy de Lamotte fait ses premiers pas dans la course au large en intégrant l’équipe de l’Anglaise Ellen MacArthur, deuxième de l’édition 2000-2001 du Vendée Globe. Concepteur de ses propres bateaux, un Mini 6.50 puis un Class 40 avec lequel il remporte la première Solidaire du chocolat en 2009, le skippeur, qui s’investit beaucoup dans l’association Mécénat chirurgie cardiaque, est aussi un compétiteur. Vainqueur de la célèbre Fastnet avec Initiatives-cœur en 2011, Tanguy de Lamotte grappille ensuite les places en Imoca 60 pieds (18,28 m) en terminant septième de la Route du rhum 2014 puis cinquième de la Transat Jacques-Vabre 2015. « C’est vrai que je suis de plus en plus compétitif comme en Mini ou en Class 40 où je me suis révélé peu à peu. Mais je reste avant tout un architecte naval doublé d’un aventurier… »

Pour cette nouvelle circumnavigation, il part avec un bateau optimisé qui connaît bien la route. Mis à l’eau en 2006, ce monocoque a déjà bouclé deux tours du monde avec Vincent Riou puis Arnaud Boissières. Surtout, il s’agit d’un voilier âgé de 10 ans de moins que son aîné, utilisé il y a quatre ans. « On a réalisé d’importantes modifications pour améliorer encore un peu plus ses performances, explique Tanguy, qui dispose d’un budget de 1 million d’euros annuel, soit l’un des plus petits de la flotte. L’étrave a été modifiée pour donner plus de puissance, on a changé aussi la quille et les safrans. »

Communicant hors pair, maniant avec talent l’humour et l’émotion, il avait ravi les réseaux sociaux il y a quatre ans avec ses photos, ses textes et surtout ses vidéos, qui ont fait le tour de la Toile (Tanguy en train de donner des cours d’aérobic en marcel blanc et short rose sur le pont du bateau ; Tanguy en pleine reprise de Smoke on The Water façon « air guitar »…). Pour ce nouveau Vendée Globe, le skippeur au grand cœur nous réserve-t-il de nouvelles surprises ? « Vous verrez bien… »

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

20:15 Publié dans Planète, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voile. tanguy de lamotte | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

Écrire un commentaire