Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2019

Meriem Borja du Maroc elle survole les plus grands sommets de la planète

Meriem Borja.jpg

Dynamique, rieuse, Meriem Borja a une joie de vivre contagieuse et une motivation à toute épreuve. Sa passion, c’est la montagne, et dès qu’elle en a l’occasion, elle s’échappe de sa vie casablancaise pour partir à l’assaut des sept plus hauts sommets du monde. Dans son palmarès, le Mont Elbrous, plus haut sommet d’Europe, et le Kosciuszko, le plus élevé d’Australie… Meriem Borja peut être fière, car c’est la première Marocaine a avoir atteint leur sommet !

Petite, Meriem Borja avait un penchant pour le sport. Elle commence par de la danse classique, pour faire de la natation par la suite. Elle a même été vice-championne du Maroc dans la catégorie junior. Au lycée, elle arrête le sport pour se consacrer à ses études.
Sept ans plus tard, elle escalade le Toubkal pendant une excursion scolaire. C’est là que son amour pour l’alpinisme a commencé. Eblouie par la nature, elle se souvient encore de ce sentiment de satisfaction quand elle a réussi. Elle escaladera le plus haut sommet du Maroc plusieurs fois pour s’entrainer sous diverses conditions climatiques.
Elle tente ensuite le défi  international des sept Sommets, en référence aux sept montagnes les plus hautes de chacun des continents. Jusque là, notre fierté nationale en a réussi trois sur sept. Elle a fait  flotter le drapeau marocain et a chanté l'hymne nationale sur deux des trois sommets qu'elle a atteints.

FDM : Comment vous est venue pour la première fois l’envie d’escalader des sommets ?

Meriem : Depuis que je suis jeune, je rêve de grands espaces, de voyages, de découvertes…

Mais à l’époque, partir en vadrouille n’était pas chose simple. Puis, quand j’ai eu 18 ans, une sortie a été organisée par mon école pour faire l’ascension du Toubkal. Pour la jeune citadine que j’étais à l’époque, et pour qui les vacances se résumaient essentiellement à aller à la plage, c’était incroyable. J’ai découvert la culture de l’effort, les paysages, l’esprit d’équipe, j’ai fait de belles rencontres… Et tout cela m’a beaucoup plu.

Après le Toubkal, vous vous êtes lancé le défi des “sept sommets”. Comment vous vient cette idée ?

Meriem Borja2.jpgDix ans après ma première ascension, et après avoir sillonné toutes les montagnes du Maroc, j’ai entendu parler d’un projet sportif : “Les sept sommets”. Son but est d’escalader les sept plus hauts sommets du monde, et je me suis dit : “Pourquoi pas ?”. J’ai commencé cette aventure en 2008 en partant pour la Tanzanie où j’ai escaladé le Kilimandjaro (5.895 m), puis j’ai fait l’ascension du Mont Elbrous (5.642 m), le plus haut sommet de Russie et d’Europe ; et je suis d’ailleurs la première Marocaine à avoir atteint son sommet ! Dernièrement, j’ai escaladé le Kosciuszko (2.228 m) en Australie, et je suis également la première Marocaine à avoir accompli ce challenge.

Votre passion représente-t-elle un investissement financier important ?

Depuis que j’ai débuté, je ne compte que sur mes propres économies et je puise dans mes jours de congés. A titre d’exemple, escalader le Kilimandjaro représente un investissement d’environ 40.000 dirhams tout compris, et c’est le moins cher. En revanche, je n’ai absolument pas les moyens pour le moment de gravir l’Everest, car il faut compter dans les 500.000 dirhams pour en faire l’ascension.

Impossible à faire sans sponsoring.

Que ressentez-vous quand vous atteignez un sommet ?

Ce sont des sensations indescriptibles… C’est un aboutissement, la réalisation d’un rêve qui me motive toute l’année et qui enfin s’accomplit. Quand on arrive tout en haut, c’est bizarre de se dire qu’on est l’être humain le plus haut de tout le continent. Et puis, avec le manque d’oxygène, on se sent léger, stone ! On plane complètement… Avis à ceux qui veulent des sensations sympas, allez-y (rires) ! La notion de dépassement de soi compte elle aussi beaucoup dans la satisfaction que l’on ressent quand on atteint son but. On croit toujours avoir des barrières infranchissables, que ce soit dans la vie ou dans le cadre d’un projet sportif, mais on se rend compte que quand le physique lâche, le mental prend le relais et nous permet de dépasser nos limites.

Racontez-nous votre plus grosse frayeur…

C’est arrivé alors que j’escaladais le Mont-Blanc. Nous étions trois en comptant le guide. La personne derrière moi a glissé et s’est retrouvée suspendue dans les airs. Comme nous étions tous encordés, elle m’a entraînée et je me suis à mon tour retrouvée dans le vide. Heureusement pour nous, notre guide a réussi à éviter la chute et nous a remontées. Quand je raconte cette histoire, on me demande si j’ai vu ma vie défiler, mais je peux vous assurer qu’à ce moment précis, je n’ai pensé qu’à une chose : m’agripper de toutes mes forces à la roche et à sauver ma peau (rires) ! Donc non, désolée de vous décevoir, on ne voit pas sa vie défiler. Il n’y a pas non plus de lumière blanche et on ne voit pas son grand-père mort venir vous faire coucou… (rires).

Et le souvenir le plus grisant ?

C’est à chaque fois grisant et chaque ascension est une explosion de joie et de satisfaction. C’est un sentiment que je ne ressens que quand j’escalade un sommet… et à aucun autre moment.

Qu’est-ce qui est le plus dur à gérer quand on grimpe ?

Le manque d’oxygène et le MAM (Mal Aigu des Montagnes). On peut être champion du monde, mais si on a le mal des montagnes, on ne peut rien faire. On ne se sent pas bien, on a le vertige, des maux de tête, des nausées, et puis ça dégénère en oedème pulmonaire ou cérébral pouvant entraîner la mort. Dès l’apparition des premiers signes, il faut faire demitour et redescendre rapidement.

Et les hommes ? Ça leur fait peur ou pas une femme sous l’emprise d’une telle passion ?

Ils ont tous pris leurs jambes à leur cou (rires) ! Ça n’engage que moi, mais je pense que les femmes qui font des choses un peu particulières font peur aux hommes. Ceci dit, j’ai beaucoup d’amis hommes qui m’encouragent et me soutiennent.

Que ressentez-vous en rentrant chez vous après un tel exploit ?

C’est difficile de retrouver ses repères, de se reconnecter à la réalité après deux ou trois semaines en montagne. Beaucoup de choses nous paraissent futiles. Nous vivons malheureusement dans une société du paraître. J’ai l’impression que pas mal de personnes lient leur bonheur aux choses  matérielles. Le bonheur, dans notre culture, est indissociable des étapes du parcours classique : études, diplôme, travail, appartement, mariage, enfants… Surtout pour une femme au Maroc, le mariage est primordial ! Moi je dis que le bonheur est relatif, la vie est courte et ça passe tellement vite ! L’essentiel est d’être en bonne santé et en adéquation avec son esprit, vivre pleinement sa vie selon ses moyens, croire en soi, en ses rêves et surtout, positiver ! Le prince charmant finira bien par débarquer un jour, il est juste bloqué dans les embouteillages (rires).

Sources Yabiladi et Femmes du Maroc

19:35 Publié dans Connaissances, Entretiens, Planète, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : meriem borja, maroc, alpinisme | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

26/06/2019

Mondial 2019. Megan Rapinoe, la star qui s’oppose à la politique de Trump

Megan.jpg

Farouchement engagée contre le président américain, la capitaine des championnes du monde, qui rencontrent l’équipe de France en quart de finale, milite également pour la cause LGBT et l’égalité hommes-femmes.

Une combattante. Sur le terrain comme en dehors, Megan Rapinoe (156e sélection, 47 buts) ne s’exprime jamais aussi bien que dans l’adversité. Auteure d’un doublé, deux penalties tirés de sang-froid en huitièmes de finale face à l’Espagne (2-1), lundi, à Reims, alors que son équipe se faisait bousculer pour la première fois du Mondial, la capitaine des États-Unis n’a pas tremblé. Habituée à montrer le chemin et à donner de la voix, la milieu offensive aux cheveux courts teintés de rose ne craint rien, ni de personne. Engagée dans de nombreux combats civiques et politiques, la joueuse de Seattle, qui a déjà inscrit 3 buts depuis le début du tournoi, sera à surveiller de près par les Bleues, vendredi, au Parc des Princes, en quart de finale de la Coupe du monde.

“Fuck you” ! adressé au gouvernement

Nul doute que les électeurs de Donald Trump auront aussi un œil sur elle. Prompts à la critiquer avant même le coup d’envoi, ils la conspuent régulièrement sur les réseaux sociaux et dans certains stades depuis 2016. En soutien au mouvement lancé par le joueur de football américain Colin Kaepernick cette année-là, pour protester contre les violences policières visant les Noirs, Megan Rapinoe pose aussi un genou à terre durant l’hymne américain. Depuis, cette diplômée en sociologie et sciences politiques, désormais debout, refuse toujours de chanter et de porter sa main sur le cœur, contrairement à ses coéquipières. « Je ne peux tout simplement pas supporter que mon pays opprime son propre peuple », a écrit récemment dans une tribune celle qui fêtera ses 34 ans, le 5 juillet. Avant la Coupe du monde, elle a précisé sa pensée : « C’est une sorte de “Fuck you” ! adressé au gouvernement. »

De tous les combats, la championne olympique 2012 et championne du monde 2015 est également à l’origine de la plainte déposée en justice par les joueuses contre la Fédération américaine, en mars, pour obtenir l’égalité salariale hommes-femmes et les mêmes conditions de travail. En 2014, l’USSF a ainsi octroyé 5,3 millions de dollars (4,7 millions d’euros) de primes à la sélection masculine pour avoir atteint les 8es de finale du Mondial au Brésil. L’année suivante, l’équipe féminine n’a reçu que 1,7 million de dollars (1,5 million d’euros) après son troisième titre mondial au Canada. Il y a quelques jours, Megan et ses coéquipières ont déjà obtenu une petite victoire avec l’annonce, selon le Wall Street Journal, d’un accord de médiation entre les deux parties pour éviter un procès.

« Je sais que cela peut me coûter cher »

L’ancienne joueuse de l’Olympique lyonnais (2013-14), qui a fait son coming out en 2012, milite aussi depuis longtemps pour les droits de la communauté LGBT. « En tant qu’homosexuelle américaine, je sais très bien ce que signifie regarder le drapeau et ne pas avoir le sentiment qu’il protège toutes vos libertés », soulignait-elle en 2016. Interrogée récemment sur le président américain, la capitaine de la Team USA a dit ce qu’elle pensait de Trump, le qualifiant de « misogyne », « sexiste » et « raciste ». « Je sais que cela peut me coûter cher, au propre comme au figuré, mais je me vois comme un porte-voix, et c’est un rôle que j’assume complètement », indique-t-elle.

Le Mondial 2019 peut-il améliorer la condition féminine ? « Faire changer les choses petit à petit n’est pas suffisant. Je voudrais un changement de paradigme, une remise en plat, explique cette militante. (…) Il va falloir beaucoup de temps pour déconstruire des systèmes qui sont ancrés dans notre culture et notre société depuis des centaines d’années. » Si les États-Unis devaient aller au bout de la compétition et conserver leur titre, Megan Rapinoe a déjà annoncé dans le magazine Sports Illustrated qu’elle ne se rendra pas à la Maison-Blanche : « Je ne vais pas faire des courbettes devant le président qui, clairement, est contre tout ce en quoi je crois. »

12:42 Publié dans Actualités, International, Sport | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : megan rapinoe, foot, mondial, trump | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

16/07/2018

Un joueur est toujours l’ambassadeur de son pays 

Boniface.jpg

Entretien publié par le journal l'Humanité

Au-delà des enjeux sportifs, la Coupe du monde draine des enjeux politiques. Pascal Boniface, directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques et auteur de plusieurs livres sur le football (1), nous détaille ces liens.

Selon vous, football et géopolitique ont un lien très fort. Pourquoi ?

Pascal Boniface Parce que c’est le sport universel par excellence, connu de tous et qui se pratique partout. Chaque nation est représentée par son équipe de football. Quelque part, le prestige d’un pays se mesure également à la qualité de son équipe et au parcours de celle-ci. Par ailleurs, dans la mesure où les symboles sont très forts, il peut y avoir des rapprochements ou des affrontements qui viennent se superposer sur un match de football.

Il y a eu des audiences record lors de cette Coupe du monde. Le football a-t-il gagné la bataille de la mondialisation ?

Pascal Boniface Il est complètement mondialisé, dans la mesure où l’on y joue partout et que les Coupes du monde ont été organisées sur tous les continents. En même temps, il n’est pas encore multipolarisé, parce qu’il est toujours dominé par les pays européens et sud-américains. Sur les 16 huitièmes de finalistes, il y avait dix pays européens, quatre sud-américains et seulement le Mexique et le Japon pour compléter le tableau. En termes de résultats, le football reste relativement oligarchique.

Le footballeur est-il aussi devenu un objet politique sans le savoir ?

Pascal Boniface Oui, dans la mesure où il a une telle exposition mondiale que la compétition devient un enjeu politique pour ceux qui y participent, ou ceux qui l’organisent, en l’occurrence Vladimir Poutine, qui voulait montrer un autre visage de la Russie. Le joueur est toujours, qu’il le veuille ou non, l’ambassadeur en short de son pays. Il l’incarne, et ses compatriotes se sentent incarnés par lui. La définition classique de l’État, c’est : un gouvernement, une population, un territoire. Et on pourrait ajouter : une équipe nationale de football.

Vladimir Poutine a-t-il réussi sa Coupe du monde ?

Pascal Boniface Il a marqué des points par rapport à sa population, mais beaucoup moins par rapport aux Occidentaux, qui restent réservés. Avant la compétition, il y avait plusieurs enjeux : le hooliganisme, le racisme dans les stades et les risques d’attentats. Rien de tout cela n’a eu lieu. Cerise sur le gâteau, l’équipe russe a finalement réussi un beau parcours.

Vous avez dit dans l’un de vos livres que le football pouvait atténuer les conflits. Ce n’est pas toujours le cas…

Pascal Boniface Certes, le football peut être utile pour réconcilier les communautés, mais il peut aussi être utilisé. On l’a constaté à deux reprises lors de cette Coupe du monde, avec ce qu’on peut qualifier de provocations inutiles : les deux joueurs suisses d’origine kosovare qui ont eu des gestes anti-Serbes ; et aussi ce joueur croate qui a évoqué le conflit russo-ukrainien en rendant hommage à l’Ukraine après le match contre l’équipe russe.

Les plus méprisants disent que la Coupe du monde est l’opium du peuple. Quelle est votre opinion ?

Pascal Boniface C’est une parenthèse de quelques semaines, mais dont le souvenir positif dure longtemps. Nous sommes encore marqués par ce 12 juillet 1998. Mais le football n’occulte pas tout et n’empêche absolument pas d’avoir une conscience politique, une fois le match terminé. Dire du football qu’il est l’opium du peuple, j’y vois surtout le mépris de certains intellectuels.

Parlons équipe de France. Est-elle le reflet de la France d’aujourd’hui ?

Pascal Boniface C’est surtout un exact reflet de la France que l’on voudrait avoir. Une France qui réussit, une France qui gagne, une France joyeuse, qui travaille ensemble, qui est collective. Disons que c’est un reflet amélioré de la réalité. On voit la joie qu’elle a pu apporter aux Français. Certains considèrent avec mépris ces débordements, mais que le peuple soit joyeux n’est pas forcément une mauvaise chose. Il n’y a pas beaucoup d’occasions pour qu’il le soit. ça ne veut pas dire qu’ensuite ces gens seront oublieux de leurs combats et de leurs causes. Ce sont deux choses bien distinctes. Cette équipe a aussi retrouvé un contact avec les Français car, au-delà de ses performances, elle est aussi extrêmement sympathique. Elle a le sourire, elle ne met pas une distance entre elle et le public. Et puis, le grand mérite de Didier Deschamps, c’est que l’on voit qu’il y a des vedettes dans cette équipe, mais qu’elles se mettent toutes au service du collectif. Le groupe l’emporte, sans pour autant étouffer les stars.

Est-ce que la France est devenue un pays de football ?

Pascal Boniface Non, toujours pas. Les Français se passionnent en premier lieu pour la victoire, pas pour la Coupe du monde. On voit qu’il faut toujours attendre un certain niveau dans la compétition pour que les gens se mobilisent. Dans un pays comme l’Angleterre, si une équipe est reléguée dans une division inférieure, les gens continueront à la soutenir, à suivre ses résultats. C’est moins le cas en France, excepté certaines villes. Malgré tout, on peut quand même dire que la France se « footballise ». On voit maintenant que, toutes générations confondues, tous sexes confondus, on se passionne pour le football.

(1) L’Empire foot. Comment le ballon rond a conquis le monde (Armand Colin) et Planète football, avec David Lopez (BD aux éditions Steinkis).
 

16/03/2018

On ne peut sortir du nucléaire civil comme on sort de sa douche

Gérard Le Puill, Journaliste et auteur

nucléaire2.jpgLa France insoumise propose de faire voter quelques milliers de Français dans un millier de lieux en faveur de fermeture rapide des centrales nucléaires qui produisent aujourd’hui 72% de l’électricité que nous consommons. Mais il convient de se demander quel sera le prix de l’électricité payé par les ménages au bout d’un tel processus, sans oublier ce que sera le bilan carbone de notre production électrique.

Celui de l’Allemagne est en augmentation constante depuis que ce pays a décidé de sortir du nucléaire. Le prix de l’électricité pour les ménages est également en hausse chez notre voisin.

Dimanche 11 mars, en Inde, Emmanuel Macron a inauguré en compagnie du Premier ministre indien, une centrale de panneaux voltaïques de 100 MW à Mirzapur. Il s’agissait d’une installation construite par le groupe français Engie. En même temps, les entretiens entre le chef de l’Etat français et le Premier ministre indien ont beaucoup porté sur la vente possible de six réacteurs nucléaires de type EPR à l’Inde par la France. La délégation française a fait état d’une « avancée majeure » de ce dossier qui est en discussion depuis une dizaine d’années.

Pendant ce temps là, à Paris, Jean –Luc Mélenchon lançait, au nom de la France Insoumise, une campagne de « votation » sur la sortie du nucléaire qui devrait durer jusqu’au 26 avril prochain sous le titre générique « Tchernobyl, Fukushima plus jamais ça ! ». Il avait fait, de ce 11 mars le top départ de cette action, ce qui correspond au septième anniversaire de la catastrophe de Fukushima.

 Il faut ici se soutenir que cette centrale japonaise, construite de manière imprudente sur une zone soumise aux tremblements de terre, avait été noyée par une puissante vague, consécutive à une secousse sismique en plein océan. Ajoutons que TEPCO , l’entreprise privée en charge de la gestion de cette centrale n’avait pas respecté les procédures qu’il convenait de même en œuvre pour éviter l a possible explosion d’un réacteur, dans la mesure où ses dirigeants espéraient pourvoir relancer l’activité de la centrale après quelques réparations. Comme à Tchernobyl, c’est avant tout le non respect des procédures de sécurité par l’exploitant face à un accident qui fut la cause principale des dégâts à Fukushima.

A Paris, Jean-Luc Mélenchon a déclaré que « le président Macron doit comprendre sa responsabilité devant l’histoire. C’est sous son mandat que sera prise une importante décision : continuer comme avant ou commencer à sortir » du nucléaire. Depuis 2014, Jean-Luc Mélenchon s’est prononcé pour une sortie totale et définitive du nucléaire en 2050 pour produire de l’électricité.

Aujourd’hui, la seule question de la sécurité des centrales sur le territoire national est mise en avant par la France insoumise pour justifier la politique de fermeture progressive de tous les sites d’ici 2050. La France Insoumise évoque aussi la possibilité d’avoir 100% d’énergies renouvelables dans la production électrique d’ici 2050. La formation dirigée par Jean-Luc Mélenchon occulte enfin le rôle très important de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) totalement indépendante depuis une loi votée par les parlementaires en 2006 et qui exerce un contrôle rigoureux sur toutes les centrales, exigeant leur arrêt complet chaque fois que de besoin.

Ce que nous apprend la situation de l’Allemagne

 Notre voisin allemand a décidé au début de ce siècle de sortir totalement du nucléaire pour sa production électrique en 2022. Les centrales d’outre Rhin n’ont jamais fourni plus de 25% de la production électrique de ce pays contre plus de 75% en France. En dépit de la progression rapide des énergies renouvelables chez notre voisin, la sortie du nucléaire conduit ce pays à relancer la consommation de charbon et de lignite pour compenser le recul de la production des centrales nucléaires. Il en résulte deux conséquences dont les Français doivent avoir connaissance au moment de voter pour ou contre la sortie du nucléaire à l’appel de la France Insoumise. En France, les émissions de CO2 provenant des combustibles fossiles sont de 4,3 tonnes par habitant et par an contre 8,9 tonnes en Allemagne. Cette différence provient du fait que les centrales nucléaire produisent de l’électricité sans émettredeCO2. En 2016, le prix, toutes taxes comprises pour un MWh de consommation électrique pour un ménage de taille moyenne, était de 168,5 € en France contre 296,9€ en Allemagne.

Il est enfin une autre question que les partisans de la sortie rapide du nucléaire n’abordent jamais en France. Plus la part de cette énergie est élevée, plus une sortie rapide sera doublement coûteuse. En 2018, notre production électrique provient à hauteur de 72% des centrales nucléaires après avoir dépassé les 75% au début de la décennie. Fermer toutes ces centrales en une trentaine d’années impliquerait d’investir des sommes colossales dans l’éolien, dans le photovoltaïque, mais aussi dans les centrales au gaz, voire au charbon en raison de la production intermittente du vent et du soleil. Mais il faudrait parallèlement investir des sommes également colossales dans le démantèlement des centrales nucléaires mises à l’arrêt de manière anticipée. Tout cela pourrait se traduire par un triplement, voire un quadruplement du prix de l’électricité en France pour les ménages.

N’aggravons pas la précarité énergétique des ménages

 Il serait bien que les personnes qui choisiront de voter pour où contre la sortie du nucléaire civil à l’appel de la France Insoumise disposent de ces informations avant de choisir cet abandon rapide du nucléaire civil dans le pays dont la production électrique est la plus nucléarisée au monde. Chacun peut approuver ou contester le choix fait par la France de dépendre à ce point du nucléaire dans les années 1970. Il reste que nous héritons de cette situation et qu’il convient de la gérer sans ruiner le pays et sans accroître la précarité énergétique des ménages modestes.

Ajoutons enfin que la production de chaque centrale nucléaire peut se moduler rapidement en fonction des besoins en termes de volume de consommation d’électricité. Quand on manque de vent et de soleil pour les énergies renouvelables, les centrales nucléaires assurent la transition sans rupture de flux sur le réseau électrique. Autant de raisons qui font que l’on ne sort pas du nucléaire comme on sort de sa douche. Mais à vouloir en sortir trop rapidement on risque de manquer d’eau chaude pour la douche et d’électricité pour bien des appareils dans la vie de tous les jours, à commencer par les ordinateurs.

15:37 Publié dans Connaissances, Planète, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nucléaire, insoumis, mélenchon | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!