Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2018

On ne peut sortir du nucléaire civil comme on sort de sa douche

Gérard Le Puill, Journaliste et auteur

nucléaire2.jpgLa France insoumise propose de faire voter quelques milliers de Français dans un millier de lieux en faveur de fermeture rapide des centrales nucléaires qui produisent aujourd’hui 72% de l’électricité que nous consommons. Mais il convient de se demander quel sera le prix de l’électricité payé par les ménages au bout d’un tel processus, sans oublier ce que sera le bilan carbone de notre production électrique.

Celui de l’Allemagne est en augmentation constante depuis que ce pays a décidé de sortir du nucléaire. Le prix de l’électricité pour les ménages est également en hausse chez notre voisin.

Dimanche 11 mars, en Inde, Emmanuel Macron a inauguré en compagnie du Premier ministre indien, une centrale de panneaux voltaïques de 100 MW à Mirzapur. Il s’agissait d’une installation construite par le groupe français Engie. En même temps, les entretiens entre le chef de l’Etat français et le Premier ministre indien ont beaucoup porté sur la vente possible de six réacteurs nucléaires de type EPR à l’Inde par la France. La délégation française a fait état d’une « avancée majeure » de ce dossier qui est en discussion depuis une dizaine d’années.

Pendant ce temps là, à Paris, Jean –Luc Mélenchon lançait, au nom de la France Insoumise, une campagne de « votation » sur la sortie du nucléaire qui devrait durer jusqu’au 26 avril prochain sous le titre générique « Tchernobyl, Fukushima plus jamais ça ! ». Il avait fait, de ce 11 mars le top départ de cette action, ce qui correspond au septième anniversaire de la catastrophe de Fukushima.

 Il faut ici se soutenir que cette centrale japonaise, construite de manière imprudente sur une zone soumise aux tremblements de terre, avait été noyée par une puissante vague, consécutive à une secousse sismique en plein océan. Ajoutons que TEPCO , l’entreprise privée en charge de la gestion de cette centrale n’avait pas respecté les procédures qu’il convenait de même en œuvre pour éviter l a possible explosion d’un réacteur, dans la mesure où ses dirigeants espéraient pourvoir relancer l’activité de la centrale après quelques réparations. Comme à Tchernobyl, c’est avant tout le non respect des procédures de sécurité par l’exploitant face à un accident qui fut la cause principale des dégâts à Fukushima.

A Paris, Jean-Luc Mélenchon a déclaré que « le président Macron doit comprendre sa responsabilité devant l’histoire. C’est sous son mandat que sera prise une importante décision : continuer comme avant ou commencer à sortir » du nucléaire. Depuis 2014, Jean-Luc Mélenchon s’est prononcé pour une sortie totale et définitive du nucléaire en 2050 pour produire de l’électricité.

Aujourd’hui, la seule question de la sécurité des centrales sur le territoire national est mise en avant par la France insoumise pour justifier la politique de fermeture progressive de tous les sites d’ici 2050. La France Insoumise évoque aussi la possibilité d’avoir 100% d’énergies renouvelables dans la production électrique d’ici 2050. La formation dirigée par Jean-Luc Mélenchon occulte enfin le rôle très important de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) totalement indépendante depuis une loi votée par les parlementaires en 2006 et qui exerce un contrôle rigoureux sur toutes les centrales, exigeant leur arrêt complet chaque fois que de besoin.

Ce que nous apprend la situation de l’Allemagne

 Notre voisin allemand a décidé au début de ce siècle de sortir totalement du nucléaire pour sa production électrique en 2022. Les centrales d’outre Rhin n’ont jamais fourni plus de 25% de la production électrique de ce pays contre plus de 75% en France. En dépit de la progression rapide des énergies renouvelables chez notre voisin, la sortie du nucléaire conduit ce pays à relancer la consommation de charbon et de lignite pour compenser le recul de la production des centrales nucléaires. Il en résulte deux conséquences dont les Français doivent avoir connaissance au moment de voter pour ou contre la sortie du nucléaire à l’appel de la France Insoumise. En France, les émissions de CO2 provenant des combustibles fossiles sont de 4,3 tonnes par habitant et par an contre 8,9 tonnes en Allemagne. Cette différence provient du fait que les centrales nucléaire produisent de l’électricité sans émettredeCO2. En 2016, le prix, toutes taxes comprises pour un MWh de consommation électrique pour un ménage de taille moyenne, était de 168,5 € en France contre 296,9€ en Allemagne.

Il est enfin une autre question que les partisans de la sortie rapide du nucléaire n’abordent jamais en France. Plus la part de cette énergie est élevée, plus une sortie rapide sera doublement coûteuse. En 2018, notre production électrique provient à hauteur de 72% des centrales nucléaires après avoir dépassé les 75% au début de la décennie. Fermer toutes ces centrales en une trentaine d’années impliquerait d’investir des sommes colossales dans l’éolien, dans le photovoltaïque, mais aussi dans les centrales au gaz, voire au charbon en raison de la production intermittente du vent et du soleil. Mais il faudrait parallèlement investir des sommes également colossales dans le démantèlement des centrales nucléaires mises à l’arrêt de manière anticipée. Tout cela pourrait se traduire par un triplement, voire un quadruplement du prix de l’électricité en France pour les ménages.

N’aggravons pas la précarité énergétique des ménages

 Il serait bien que les personnes qui choisiront de voter pour où contre la sortie du nucléaire civil à l’appel de la France Insoumise disposent de ces informations avant de choisir cet abandon rapide du nucléaire civil dans le pays dont la production électrique est la plus nucléarisée au monde. Chacun peut approuver ou contester le choix fait par la France de dépendre à ce point du nucléaire dans les années 1970. Il reste que nous héritons de cette situation et qu’il convient de la gérer sans ruiner le pays et sans accroître la précarité énergétique des ménages modestes.

Ajoutons enfin que la production de chaque centrale nucléaire peut se moduler rapidement en fonction des besoins en termes de volume de consommation d’électricité. Quand on manque de vent et de soleil pour les énergies renouvelables, les centrales nucléaires assurent la transition sans rupture de flux sur le réseau électrique. Autant de raisons qui font que l’on ne sort pas du nucléaire comme on sort de sa douche. Mais à vouloir en sortir trop rapidement on risque de manquer d’eau chaude pour la douche et d’électricité pour bien des appareils dans la vie de tous les jours, à commencer par les ordinateurs.

15:37 Publié dans Connaissances, Planète, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nucléaire, insoumis, mélenchon | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

30/08/2016

François Moncla : un livre sur ses récits de vie et d’Ovalie en Béarn

moncla.jpg

Par Renée Mourgues, publié le .

Ancien capitaine du XV de France et de la Section paloise aux engagements extra-sportifs assumés, François Moncla inspire à Olivier Dartigolles une biographie « militante » fidèle aux faits.

J’aurais aimé faire un livre pour mes enfants que j’aurais rédigé sur les pages d’un cahier d’écolier et puis j’ai laissé le temps passer », raconte François Moncla, 84 ans, une référence pour tous les amoureux du rugby mais aussi un citoyen combatif.

Quand Olivier Dartigolles, élu communiste palois, veut écrire les « récits de vie et d’Ovalie » du champion, celui-ci, d’abord perplexe, finit par acquiescer. Les deux militants se connaissent et s’apprécient. D’ailleurs François Moncla ne rejoignit-il pas la liste Front de Gauche aux dernières élections municipales ? Aussi, « je n’ai pas su lui dire non », admet François Moncla qui ne regrette en rien sa décision. « Il n’a rien trahi. C’est bien écrit et il a bien traduit ce que nous nous sommes dit. Pour le faire, il s’est appuyé sur la tournée de l’équipe de France en Afrique du Sud en 1958. C’est une bonne idée », estime l’international de rugby.

« Le sport m’a beaucoup aidé »

A travers cette biographie un soupçon militante, c’est aussi une génération qui rend hommage à son aînée. « Ça fait bizarre car le contexte est tellement différent ! », commente François Moncla qui souhaiterait voir retenus du parcours de vie ses engagements sur le plan sportif et extra-sportif, « mon fil rouge dans tous les sens du terme », affirme-t-il.

Poussé dans ses retranchements, il évoque non sans nostalgie ses longues années au sein d’Edf (1949-1986). « Je suis malheureux quand je vois ce qui se passe. J’ai fait partie de la génération qui a créé l’entreprise. Il y avait tout à faire. C’était une école nationale de métiers qui formait les apprentis et les ouvriers de demain, une entreprise riche et cotée dans le monde entier, avec des techniques partout enviées et copiées. Quand je vois qu’on est en train de tout privatiser, ça m’horripile ! », s’insurge l’enfant de Louvie-Juzon, un cégétiste demeuré fidèle à ses idéaux.

C’est au ballon ovale qu’il doit l’essentiel de sa notoriété. « Le sport m’a beaucoup aidé », convient-il. Fort d’une trentaine de sélections en équipe de France, entre 1956 et 1961, il prit une part prépondérante à la victoire lors des Tournois des Cinq Nations en 1959,1960 et 1961. Capitaine de la Section paloise, il remporta avec son club le titre de champion de France en 1964... après celui décroché en 1959 avec le Racing Club de France. Les tournées en Afrique du Sud, Argentine et Nouvelle-Zélande ont pour lui le goût des aventures pionnières.

Combattant pour la paix

Les succès du sportif de très haut niveau n’ont jamais éclipsé dans ses souvenirsl’Etoile Sportive Arudyenne où il accomplit ses premiers pas. Sa devise (« Le jeu interdit le je ») lui tient lieu d’acte de foi quand il s’investit auprès du PCF pour la paix, le désarmement atomique ou la lutte contre l’apartheid. Face aux convulsions de la société, François Moncla veut, « au crépuscule » de sa vie, croire qu’«’il n’y aura de solutions que dans un développement harmonieux pour les hommes et pour le vivre-ensemble ».

« Il me fallait raconter tout qu’il disait »

monga,rugby,olivier dartigolles« J’avais sollicité François Moncla lors des élections municipales de 2014 pour la liste Front de Gauche. On avait beaucoup parlé. Je l’avais enregistré. J’ai réécouté les cassettes. Je me suis dit qu’il fallait raconter tout ce qu’il disait. Après l’avoir convaincu, je me suis mis au travail. Je voulais faire quelque chose de plus vif et percutant qui lui ressemble. J’ai terminé mi-juin », explique Olivier Dartigolles, marqué par « les trésors d’humanisme » de son interlocuteur, « un grand capitaine de l’équipe de France », complète-t-il. Après avoir présenté, hier à Pau, l’ouvrage intitulé « François Moncla, récits de vie et d’Ovalie » (1), ils iront ensemble à la rencontre des lecteurs à Agen, Dax, Tarbes et Biarritz où les attendent Philippe Sella, Pierre Albaladejo, Philippe Dintrans et Serge Blanco et aussi à la Fête de l’Humanité (9-11 septembre).

 (1) Editions Arcane. 80p. 10€. Contact : 06 70 36 29 73. Adresse : 40, avenue Jean-Mermoz à Pau (mentionner le titre de l’ouvrage). Facebook : https ://m.facebook.com/FMvieetovalie/ Compte twitter : @FMvieetovalie

Article publié par la République des Pyrénees

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

 

16:40 Publié dans Livre, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monga, rugby, olivier dartigolles | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

04/06/2013

Villepreux : « Le rugby français risque de perdre son âme »

rugby, toulouse, toulon, castres, VillepreuxVictoire du jeu restrictif, incertitude sportive gommée par la puissance financière, intérêts divergents entre rugby professionnel et équipe de France. L’ex-joueur, entraîneur, sélectionneur et directeur technique national répond aux maux de l’Ovalie.

Pierre Villepreux est certes l’un des plus beaux CV du rugby français (multiple champion de France et vainqueur du tournoi en tant que joueur puis entraîneur du Stade Toulousain et joueur et sélectionneur du Quinze de France). On avait surtout envie de demander à ce promoteur invétéré de l’intelligence de jeu de donner son avis sur la tournure que prend le rugby français. À l’entendre, il y a urgence à secouer l’Ovalie.

Pour parvenir en finale, Castres et Toulon ont éliminé respectivement Toulouse et Clermont, réputés pour leur jeu offensif. Le jeu défensif a-t-il pris le pas, cette saison ?

rugby, toulouse, toulon, castres, VillepreuxPierre Villepreux. Les deux équipes qui étaient en finale n’étaient pas celles qui ont produit le meilleur rugby au cours de la saison. Pour moi et sur l’ensemble du championnat, c’est Clermont. Mais ce rugby n’a remporté ni la Coupe d’Europe ni le bouclier de Brennus. Pourquoi la domination des Auvergnats ne s’est-elle pas traduite par un titre ? Ont-ils évalué toute la complexité du championnat, avec des phases finales qui posent d’autres problèmes que ceux de la saison régulière ? Faut-il, par exemple, changer régulièrement de joueurs alors que les matchs couperet imposent de dégager une équipe type ?

Qu’est-ce pour vous que
le « meilleur rugby » ?

Pierre Villepreux. Si on dit que c’est celui qui gagne, ce n’est pas ma façon de concevoir le sport. Le meilleur rugby est celui qui fait lever les foules, qui offre du spectacle par son intelligence de jeu. C’est celui qui, d’abord, donne envie d’aller voir un match. Ce rugby-là était jusque-là capable de gagner des titres. J’espère que nous ne revenons pas à un jeu restrictif où une défense resserrée et des points pris grâce à des pénalités suffisent à gagner.

Hormis Castres, neuvième budget de Top 14 
(16 millions tout de même), les trois autres places 
de demi-finalistes étaient occupées par les trois plus gros budgets du championnat. Idem en Coupe d’Europe. 
La puissance financière 
est-elle en train de tuer l’incertitude sportive ?

Pierre Villepreux. L’économie est en passe de guider le résultat. Si l’on suit les discours de certains entraîneurs et présidents de club, on prend la direction d’une course à l’armement qui fait peu de place à la formation française. Tout le monde ne parle que d’aller chercher à l’étranger des joueurs qui ont déjà fait leur carrière, parce que les potentiels seraient insuffisants ici. Pour moi, une partie de la solution se trouve dans le jeu lui-même. Il faut lui permettre d’évoluer. Par exemple, en créant des points forts à un point donné, avec plusieurs joueurs qui accompagnent le porteur du ballon afin de lui apporter plusieurs solutions, donc de l’incertitude dans le jeu. Une autre solution se trouve peut-être dans l’évolution des règles. Par exemple, en conférant encore plus de points à un essai qu’à des points pris au pied. Pour la mêlée aussi, c’est l’état d’esprit qu’il faut changer. Aujourd’hui, elle ne sert qu’à obtenir une pénalité, alors qu’elle devrait offrir un lancement de jeu propre. On l’a fait pour la touche, avec la possibilité de lever le réceptionneur. On peut bien le faire pour la mêlée.

Les intérêts de l’équipe de France, dernière du tournoi 2013, et des clubs 
du Top 14, qui triomphent 
en Europe, sont-ils désormais irréconciliables ?

Pierre Villepreux. Nous sommes arrivés à un moment charnière. La course à l’armement des clubs, qui amène toujours plus d’internationaux étrangers en fin de carrière, laisse très peu de place à nos jeunes. La situation n’est pas irrémédiable. Mais l’équipe de France vient de partir avec quatre étrangers pour sa tournée en Nouvelle-Zélande. La tendance peut se poursuivre.

Même Toulouse se pose 
la question du bien-fondé de sa politique de formation…

Pierre Villepreux. Ce serait une évolution très dommageable. Ça changerait la donne. Si le système professionnel tend à cela, il ne faut plus se casser la tête avec la formation. Le rugby français risque d’y perdre son âme. Ce qui est dramatique, c’est de dire que l’on va chercher des joueurs ailleurs grâce à la manne du rugby français. Faire étalage de cet argent est indécent, surtout en cette période de crise.

Entretien réalisé par Stéphane Guérard pour l'Humanité

14:05 Publié dans Connaissances, Société, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rugby, toulouse, toulon, castres, villepreux | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

20/04/2013

CHRONIQUE CUBAINE : L'HONNEUR D'UNE JOURNALISTE !

lionj.png« J’ai choisi le journalisme pour dire la vérité et non pas pour la cacher »

En France vous ne la connaissez pas pourtant c’est une journaliste de talent. Elle était correspondante et présentatrice vedette de CNN, la chaine de Télévision d’informations continues la plus importante du monde. Amber Lyon est reconnue aux Etats Unis par sa profession où elle a remporté trois fois le prestigieux Emmy Award décerné au meilleur journaliste.

Elle a été licencié pour avoir osé critiqué le régime Bahreïn (petit royaume du golfe Persique au Moyen-Orient ) et allié stratégique des USA dans cette partie du monde.

Le Bahrein qu’elle connait bien puisque elle a été correspondante de CNN dans ce pays où elle, et son équipe ont été arrêté en mars 2011.

Ce qui est sûr est qu’en France pareille mésaventure ne peut arriver à un journaliste de France Télévision ou TF1. Vous imaginez Pujadas critiquer le régime dictatorial du Qatar ? Pour Cuba ou le Vénézuela, ou la Syrie ou l’Iran tout peut être dit, et même tous les mensonges soit directement, soit par omission dans cette guerre idéologique totale menée par les pays occidentaux.

C’est justement à propos de ces deux derniers pays qu’Amber Lyon a révélé aussi que CNN pendant son activité pour la chaîne, avait reçu des ordres afin de transmettre de fausses informations et d'exclure certaines autres non-favorables à l'administration US dans le but de créer chez le public une opinion favorable au lancement d'une attaque contre l'Iran et la Syrie.

Oui vous avez bien lu : « ordre de préparer la guerre en donnant des fausses informations ». Souvenez vous, la même opération avait été mise en place pour déclencher la guerre en Irak.

«La parole n'est pas faite pour couvrir la vérité, mais pour la dire.» disait José Marti, le héros, écrivain, et journaliste d’Amérique latine.

Amber Lyon c’est l’honneur du journalisme. Chacun peut avoir et doit avoir sa propre opinion, sa propre conviction sur les faits d’actualités, mais ce qui n’est pas supportable pour un journaliste digne est de mentir volontairement ou ce qui se passe en France, le plus souvent par omission volontaire.

Cela est illustré aujourd’hui en France à propos du projet de loi sur l’ANI par exemple. La discussion, le débat à l’assemblée nationale ont été volontairement censurés par les médias dominants alors qu’il s’agit d’un texte qui va régir fondamentalement les rapports sociaux dans notre pays. La peur des arguments a laissé la place au silence des censeurs.

senat.jpgAu Sénat la censure est pire, Pierre Laurent, secrétaire national, et sénateur de Paris a dénoncé cet acte à propos d’un texte pourtant présenté par le gouvernement comme fondamental et qui en fait représente un recul social historique.

Les journalistes en agissant ainsi bafouent les règles déontologiques les plus basiques dont-ils devraient être porteurs. Ils cachent la vérité volontairement et pas commission sur la teneur du texte de loi et les arguments donnés par les représentants du peuple.

Ceux qui critiquent le manque de liberté d’information à Cuba par exemple devraient faire preuve d’esprit critique. Le gouvernement des Etats Unis qui donne des ordres à CNN pour mentir où paye des blogueurs cubains pour falsifier la réalité de ce pays comme Yoanni Sanchez est loin d’être un exemple de liberté pour les journalistes.

mariela_castro_051-f062e.jpgDepuis plus de cinquante ans disait à ce propos la Cubaine Mariela Castro Espin, nous subissons une véritable guerre idéologique dans le but d’achever la révolution. La campagne médiatique contre Cuba est de plus en forte. Le département d’État américain y a injecté plus de 20 millions de dollars. Avec cet argent, il paie des blogueurs, des journalistes nord-américains ou européens, pour nous discréditer. Mais qui connaît vraiment, autrement que par la déformation, la réalité quotidienne des Cubains et leur capacité d’avancer ?

Concernant Cuba, je souhaiterais une presse plus critique, qui fasse un vrai travail d’enquête. Et critiquer ne veut pas dire manquer de respect si cela répond à l’éthique journalistique.

Et Mariela Castro Espin ajoutait de manière plus générale et avec lucidité : « La liberté, c’est assumer ses responsabilités, de jouer le tout pour le tout, de prendre des décisions. Et c’est vrai partout. Par rapport à la liberté de la presse, je serais tenté de dire que nulle part elle n’existe. Elle dépend de ceux qui maîtrisent les moyens de communication, les propriétaires, les groupes financiers, les actionnaires, les éditeurs, la politique d’État ».

 

Je ne résiste pas à vous donner cette citation qui date de 1880 et est toujours d’actualité : « La presse libre n’existe pas. Aucun de vous n’oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes les pantins qui sautent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les laquais des puissances financières derrière nous. Nous ne sommes rien d’autre que des intellectuels prostitués. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses». (John Swaiton, le premier éditeur du New York Times, lors de son discours d’adieu au départ pour sa retraite ».

riffaud.jpgTous les journalistes ne sont pas ainsi heureusement et Amber Lyon en est un exemple, et en France d’autres grands journalistes ont honoré leurs professions.

Je pense par exemple à une journaliste toujours vivante et oubliée des grands médias,  Madeleine Riffaud qui fut résistante, torturée par les Allemands, avant de devenir journaliste, grand reporter de l’Humanité et qui a couvert les guerres coloniales. Poète, écrivain, également, elle a été la première femme à repousser aussi loin les limites de l’investigation et de son métier.

Diego Diaz