Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2019

George Mallory L’Everest "parce qu’il est là"

Mallory.jpgUn autre alpiniste a-t-il gravi l’Everest, vingt-neuf ans avant l’exploit reconnu d’Edmund Hillary ? La question est toujours débattue pour savoir si, en 1924, George Mallory, incarnation d’une génération voulant oublier la Grande Guerre, a contemplé la Terre depuis le toit du monde.

Comme nombre d’alpinistes de son époque, il ne jugeait pas très « sport » d’employer de l’oxygène pour gravir les sommets. George Mallory, le 8 juin 1924, s’y résoudra pourtant, pour sa troisième tentative de gravir l’Everest. Ce jour-là, à 12 h 50, l’alpiniste anglais âgé de 37 ans disparaît dans la brume, en compagnie d’Andrew Irvine.

Un peu plus bas, Noel Odell, qui tentait de rejoindre le camp VI, à plus de 8 000 mètres, entraperçut entre deux nuages ces deux petits points sombres sur la glace. « Il y eut soudain une éclaircie et toute l’arête sommitale et la cime de l’Everest sont apparues, écrivit-il dans ses Mémoires. Puis la brume les enveloppa de nouveau. » Odell attendra deux jours qu’ils reviennent, avant de déployer sur la neige deux sacs de couchage en T : le signal convenu pour signifier au reste de l’équipe, plus bas, qui scrutait chaque heure aux jumelles, qu’il n’y avait plus d’espoir.

Pas de preuve directe mais un indice de succès

Pour percer un peu plus le mystère, il faut attendre 1999. Cette année-là, une expédition se donne pour but de retrouver des traces de Mallory. Dans les années 1930 fut retrouvé un piolet qui appartenait à l’un ou l’autre. En 1975, un alpiniste chinois affirme avoir aperçu un cadavre qu’il décrit comme celui d’un alpiniste anglais, mais meurt le lendemain dans une ascension.

Une bouteille d’oxygène datant des années 1920 est retrouvée en 1991 sur la route du sommet. Avec ces indices, l’expédition de 1999 retrouve le corps de Mallory à 8 290 mètres sur la face nord de l’Everest. Son cadavre est face contre le sol, portant les stigmates d’une chute. Celui d’Irvine reste prisonnier de la montagne. Sur Mallory est retrouvé son altimètre, des lettres de sa femme, un canif, des lunettes de glacier, mais pas l’un des deux appareils photo qui devaient immortaliser l’instant au sommet. Pas de preuve directe donc du succès de l’ascension.

Mallory n’avait pas non plus la photographie de sa femme, qui ne le quittait jamais, et ça, c’est au contraire un indice de succès : il avait promis de la laisser en haut… Après une cérémonie anglicane improvisée, le corps de Mallory a été recouvert de pierres.

Aujourd’hui encore, la question de savoir si Mallory et Irvine ont bel et bien été les premiers à gravir l’Everest (baptisé du nom d’un responsable de la Royal Geographical Society au XIXe siècle) est débattue. Mallory, membre du prestigieux Alpine Club, aurait été alors, vingt-neuf ans avant sir Edmund Hillary et son porteur Tensing Norgay, un pionnier sur le toit du monde. Pour l’alpiniste italien Reinhold Messner, la chose est impossible.

Les deux hommes ne pouvaient pas franchir le deuxième ressaut à cette époque – aujourd’hui, une échelle le permet – sans pitons, sans chaussures adaptées, et la fine corde de soie dont il disposait n’aurait pu retenir un homme dans sa chute. Le ressaut, classé en sixième degré, aurait été en raison de l’altitude, 8 600 mètres, un mur infranchissable. On aurait tort de ne jurer que par l’équipement, la technologie. Peu après la découverte du corps de Mallory, une équipe d’experts en textile mit trois ans à concevoir une « réplique » des tenues portées par Mallory et ses compagnons, faites de laine, soie, coton et gabardine.

Elles se sont révélées adaptées au froid extrême – les sherpas étaient, eux, engourdis par la température. Mieux encore, l’équipement de Mallory se révélait, avec ce test, 20 % plus léger pour les vêtements et 40 % pour les chaussures que les produits actuels.

Interrogé sur sa motivation à revenir dans l’Himalaya et gravir la montagne de l’Everest, George Mallory répond du tac au tac : « Parce qu’elle est là . » « Mallory est peut-être parvenu au sommet de l’Everest en 1924 mais je suis le premier à en être redescendu vivant. » Vachard au titre de la confraternité, Edmund Hillary a raison au regard de la tradition alpine. Pourtant, rien n’aurait pu se faire sans les trois expéditions qui, en 1921, 1922 et 1924, s’attelèrent à l’Everest.

Il fallut partir de Darjeeling (nord de l’Inde) et sa chaleur étouffante pour rejoindre la face nord et ses – 40 °C. Les expéditions britanniques, mêlant militaires et alpinistes civils, qui, tous, connurent les tranchées de 1914-1918, s’inscrivent dans un complexe environnement, à la fois diplomatique et scientifique. Il s’agit de cartographier une région inconnue aussi à des fins militaires, se jouer de la Russie soviétique qui a des vues sur la région, amadouer le dalaï-lama. Et, au sortir de la boucherie de la Grande Guerre, procurer à une nation tout entière un motif de fierté.

12:33 Publié dans Connaissances, Histoire, Planète, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : everest, mallory, alpinisme | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

22/01/2018

"Voix de femmes”, de Nadia Belkacemi et Keltoum Deffous De la poésie comme instinct de survie

Nadia Belkacemi.jpgDans la collection “Regards croisés” est paru Voix de femmes, un bel échange de vers entre Nadia Belkacemi et Keltoum Deffous, qui ont voulu, chacune avec sa sensibilité singulière, donner la voix à cette Femme qui, très souvent, trop souvent, souffre en silence.

À travers leurs poèmes dont Naissance ; Vers mon nuage ; L’honneur ; Rallumer mes cendres ; Le sourire de ma mère ; ou encore Silence, on crie, nos deux poètes – ou devrions-nous plutôt dire “poétesses” pour marquer ce féminin et accentuer encore sa présence dans une société misogyne ? – se veulent les porte-voix de ce “sexe faible” toujours soumis à l’asservissement des uns et à la vindicte des autres.

Elle dénoncent cette “Soumission déshérence/Femmes aux douleurs séculaires, de leur naissance aux accouchements” ; l’une refuse de se taire et nous dira : “J’ai mis à nu mon âme, à cet exorciste je confie/Les fantômes du passé, hantises de la petite fille/Avec le temps guérisseur, elle fêta à la vie, un défi.” L’autre renchérira toute fière : “Ma sœur/Si tu t’en souviens/Prends ma main et faisons ce voyage loin de nos silences…” Et de ce silence, Keltoum Deffous et Nadia Belkacemi n’en veulent plus.

Elles veulent plutôt crier haut et fort leur envie de vivre, d’aimer et de construire un bel avenir. Elles ne veulent plus que la femme subisse cette “maltraitance conjugale”, elles refusent cet étalage de vie privée sous prétexte de garantir “l’honneur” ; que dire de ces “youyous (qui) retentiront/et de ces femmes qui danseront/leur énième défloration…”. Comment oublier que “chaque fois que je veux décrire la rencontre/de deux personnes qui s’aiment…/Je vois tapi dans l’ombre/l’assassin aux aguets/Ma plume raconte alors/la haine de l’assassin”.

Et cette plume a décidé de ne pas s’arrêter d’écrire pour dire. Dire les mots de cette “femme en colère”. Et sache lecteur que “rien ne peut arrêter une femme en colère/tu as beau la blâmer, tu as beau le faire/Elle est montagne debout ; elle est rivière/Miracle est sa force, son intuition, son flair”. Et “la passion des mots” a eu le dernier mot, puisque ce recueil est né au grand plaisir des amoureux des belles lettres et de la poésie pour dire encore et toujours que tant que “l’homme qui tient la main de la femme sans sein” est là, la poétesse survivra et sa muse sera en paix et “ira chercher la paix dans ses doutes et ses certitudes…”.

Samira Bendris-Oulebsir pour DZairinfos

Voix de femmes, de Nadia Belkacemi et Keltoum Deffous,
Anep, 2017

15:56 Publié dans Livre, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nadia belhacemi, voix de femmes, algérie | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

31/12/2013

Le plus grand canyon sous marin, au large d'Agadir, exploré par des scientifiques découvert !

canyon.jpg

Grand canyon en Arizona – USA, Un relief similaire est sous mer au Maroc

Une équipe de scientifiques était en expédition au Maroc afin d’explorer le plus grand canyon sous marin situé au large d’Agadir. Après cinq semaines de mission, les chercheurs ont pu mettre au point une cartographie en 3D et faire l’échantillonnage de ce fond marin qu’ils considèrent potentiellement comme le plus grand au monde. Cette immense vallée serait la source de la plus grande circulation des sédiments sous-marins du monde, il ya 60 000 années. Découverte.

Le plus Legrand canyon sous marin d’Agadir était resté jusque-là un fond marin à peine exploré. Entre novembre et décembre, une équipe composée de deux scientifiques, l’un britannique et l’autre allemand, a effectué une mission d’exploration dans ce fond sous marin durant cinq semaines, rapporte Livescience. A l’aide du navire de recherche allemand Maria S Merian, les deux chercheurs ont exploré les profondeurs de ce qu’ils surnomment « Agadir Canyon » et ont appris un peu plus sur cette vallée sous marine longtemps ignorée par les géologues. « Il y a beaucoup de caractéristiques intéressantes que personne n’est jamais allé découvrir », a souligné Russell Wynn, chercheur au National Oceanography Center.

Selon les résultats de leur périple, cette vallée mesure 1 000 mètres de profondeur et 450 km de long. Potentiellement, il s’agit du plus grand canyon sous-marin au monde, expliquent-ils à Livescience. « ’’Agadir Canyon’’ est remarquablement similaire en taille au Grand Canyon en Arizona », a rappelé le docteur Wynn.

Potentiellement le plus grand canyon du monde

maroc,découverte,canyonRussell Wynn et son collègue Sebastian Krastel de l'Université de Kiel, ont pris des images et des échantillons du fond marin pour créer une carte 3D de haute résolution du canyon, afin d’en savoir plus sur ses caractéristiques. « Nous avons découvert que cette immense vallée est la source de la plus grande circulation de sédiments sous-marins au monde, il y a 60 000 années. Jusqu'à 160 kilomètres cubes de sédiments ont été transportés dans les profondeurs océaniques en un seul événement catastrophique », a précisé le docteur Wynn. « Etre les premiers à explorer et cartographier cette région vaste et spectaculaire des fonds marins est un privilège rare, surtout à la porte de l'Europe », se réjouissent les deux scientifiques.

Au cours de leur expédition, les chercheurs ont recueilli des images du fond marin et des carottes sédimentaires. Cela leur a permis d’avoir des preuves sur les flux de sédiments puissants qui proviennent de la tête de canyon, et qui transportent du gravier et du sable provenant des montagnes de l'Atlas terrestres vers les bassins offshore profonds de plus de trois miles en dessous de la surface de la mer. Ces flux ont déposé les sédiments sur une superficie de fond marin dépassant 350 000 kilomètres carrés, soit environ la taille de l'Allemagne. En fait, c'est la première fois que les flux de sédiments individuels de ce dépôt ont été suivis entièrement le long de leur voie d'écoulement.

Découverte d’un glissement de terrain de plus de 5 000 kilomètres carrés

En plus de ces découvertes biologiques intéressantes, les deux scientifiques ont également trouvé un nouveau glissement de terrain géant au sud de l’« Agadir Canyon » qui couvre une superficie de fond marin de plus de 5000 kilomètres carrés. Ce glissement de terrain a une superficie plus grande que le comté de Hampshire, comme indiqué à Scienceworld report.

Wynn et Krastel ont également fait d’autres découvertes biologiques. Ils ont fait des prélèvements des premiers coraux vivants en eau profonde à être récupérés sur le large de l’océan atlantique. Ils ont également trouvé une énorme concentration de centaines de tortues caouannes qui se chauffaient à la surface.

Leur voyage au sud du Maroc ne doit pas être un effort scientifique sans lendemain. Les chercheurs mettent en garde contre les dangers qui guettent les fonds sous marins. « Il est à espérer que nos résultats serviront à poursuivre les travaux sur les dangers géologiques et la conservation marine dans cette région », a souligné Russel Wynn.

Article publié par le Mag Ma

10:54 Publié dans Actualités, Connaissances, International, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maroc, découverte, canyon | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

01/09/2013

CHAUMONT : FESTIVAL INTERNATIONAL DES JARDINS

100_9939.JPGJusqu’au 20 octobre 2013 se déroule le traditionnel festival des jardins au cœur du domaine de Chaumont sur Loire, près du château de l’époque gothique et à l’architecture d’agrément de la Renaissance.

Le spectacle est garantie pour le plus grand plaisir de vos yeux, mais aussi de votre odorat, de votre ouïe, du toucher, et du gout, puisque cette année ce festival est placé sous le signe des sensations.

25 jardins vous attendent aux noms évocateurs : Le sentiment bleue, Saute qui peut, Les sniffettes, Un paysage à goûter, Le jardin de l’ivresse, Comme un bruissement d’ailes, Qui s’y frotte s’y pique, Tic Tac, Le parfum du blanc, La rivière des sens, Les parfums du vignoble, Le jardin d’amour…

100_9934.JPGVous irez de surprises en surprises en visitant ces jardins merveilleux dans un environnement de rêve dans ce patrimoine mondial de l’UNESCO irrigué par la Loire sauvage et à l‘ombre des cèdres centenaires.

Aristote disait déjà : « Rien dans nos intelligence qui ne soit passé par nos sens ». C’est le pari gagné des organisateurs de ce festival qui dans ce micro monde ont mis en musique agréablement la mise en valeur et la découverte des sensations de notre vie quotidienne.

19:13 Publié dans Actualités, Société, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chaumont, festival des jardins, fleurs | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!