Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2020

Philippe Martinez : « Sur la réforme des retraites, rien n’est encore joué »

Philippe Martinez.jpgEntretien

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez assure dans La Croix que rien n’est encore joué dans le combat contre le projet de système universel des retraites. La CGT, qui peut faire preuve de « dogmatisme », doit mieux prendre en compte les nouvelles formes de travail.

La Croix : La CGT est clairement opposée au projet de réforme des retraites. Quelle serait votre alternative ?

Philippe Martinez : Notre projet est assez clair, contrairement à celui du gouvernement : améliorer le système actuel qui souffre de réformes qui ont affaibli les ressources dédiées à la Sécurité sociale. Il faut inverser cette tendance et rouvrir le robinet.

Pour financer un système de retraite plus solidaire, il faut d’abord être plus solidaire dans le travail. Régler le problème de l’inégalité salariale entre les femmes et hommes, par exemple, représenterait 6,5 milliards d’euros de cotisations supplémentaires. On pourrait aussi augmenter globalement les salaires, ce qui augmente naturellement les cotisations. Augmenter la masse salariale rien que de 1 % dans le privé, cela rapporte 3,6 milliards d’euros de cotisations sociales supplémentaires.

Peut-être faut-il aussi revoir les exonérations pour les employeurs sur les bas salaires. Les patrons ne payent pas de cotisations jusqu’à 1,6 fois le Smic, avec un double effet : pas de rentrée d’argent pour la Sécurité sociale et pas d’intérêt à vous augmenter pour rester sous le plafond. Il faut évaluer ce système, savoir s’il permet vraiment de créer de l’emploi.

Enfin, peut-être pourrait-on élargir l’assiette des cotisations, en intégrant les rémunérations aujourd’hui exonérées comme les primes d’intéressement et de performance, ou encore les transactions financières. Nous souhaitons aussi que tout le monde cotise de la même façon, quel que soit son revenu, et non pas dans la limite de plafonds comme le prévoit le projet de loi pour les hauts salaires.

Vous souhaitez aussi que les gens partent plus tôt à la retraite ?

P. M. : L’âge légal doit être ramené à 60 ans. Attention cela ne veut pas dire un départ obligatoire à 60 ans ! La formule d’Ambroise Croizat (ministre du travail et de la sécurité sociale en 1945, NDLR) reste le meilleur symbole d’un système de retraite pour nous : « Je cotise selon mes moyens, je reçois selon mes besoins. »

La vraie question est celle de la répartition des richesses créées, et c’est un choix de société. Soit on considère que la protection sociale est un marqueur d’une société solidaire et fraternelle, soit on considère que c’est un coût. Ces deux conceptions s’opposent.

Siégerez-vous à la gouvernance du futur système s’il est mis en place ?

P. M. : Le problème, c’est que le gouvernement veut une gouvernance où l’État a son mot à dire. Les cotisations, ce n’est pas l’argent de l’État. Elles sont liées au travail et appartiennent à ceux qui cotisent. Quand le gouvernement s’en mêle, c’est forcément pour réduire les dépenses, comme pour l’assurance-chômage. Cette future gouvernance aura toujours la pression de mesures économiques qui l’emporteront sur des mesures sociales.

Vous ne participerez donc pas ?

P. M. : Vous avez une idée de comment se passera ce comité, vous ? Moi pas, et ce que j’en sais ne m’inspire pas confiance. Après, je ne décide pas tout seul et nous verrons le moment venu.

La mobilisation n’a pas vraiment pris dans le secteur privé. Quelles leçons en tirez-vous ?

P. M. : Dire que le privé ne s’est pas mobilisé, c’est un point de vue… Dans l’agroalimentaire, 100 000 salariés font grève en moyenne à chaque journée d’action. Dans le commerce, certains font une heure de grève. Il y a des grèves. Pas au niveau où je le souhaiterais, mais il y en a. Après je comprends tous ceux qui n’arrivent pas à boucler leur fin de mois et pour qui une heure de grève, c’est un chariot moins rempli à la fin du mois.

La grève est-elle le bon outil pour combattre un projet ?

P. M. : C’est l’un des meilleurs outils de mobilisation mais c’en est un parmi d’autres. Je suis agréablement surpris par ce qui se passe dans ce pays. J’étais à Perpignan récemment, 2 500 personnes ont défilé aux flambeaux dans les rues, c’était magnifique. Le lendemain à l’hôpital, des agents ont jeté leur blouse, tout cela est nouveau. Il y a une créativité et une originalité dans ce mouvement.

Ces dernières années, les mobilisations nationales ont rarement atteint leur but. Cela remet-il en question votre stratégie syndicale ?

P. M. : Sur la réforme des retraites, rien n’est encore joué. Plus on avance, moins cette réforme est claire et les débats au Parlement sont loin d’être finis.

Sur la place du syndicalisme, il est vrai que le monde du travail change. Nous nous sommes intéressés à ceux qui avaient un contrat de travail, or de plus en plus de travailleurs n’en ont pas ! Nous avons pris du retard sur ce terrain. Nous sommes parfois un peu trop dogmatiques. Si nous sommes contre le travail du dimanche, cela ne doit pas nous empêcher de défendre ceux qui travaillent le dimanche. Je suis contre l’ubérisation mais elle existe et nous devons écouter ces travailleurs. Notre responsabilité en tant que syndicalistes est de nous occuper de toutes celles et tous ceux qui travaillent.

Il faut nous battre pour un syndicalisme de proximité. Dans la majorité des lieux où les syndicats sont présents, l’image des syndicalistes est meilleure et les droits des travailleurs, aussi. On ne peut pas passer notre vie avec des ministres, au risque de devenir soi-même une institution. L’essence de notre syndicalisme est d’être à côté des salariés et de les écouter pour connaître la réalité. Je dis souvent en interne : on a une bouche et deux oreilles, qu’est-ce qui doit servir deux fois plus ?

Le climat social vous semble-t-il plus tendu aujourd’hui ?

P. M. : La situation se dégrade, à force de dénigrer les corps intermédiaires et de ne pas être à l’écoute. Le président de la République et la majorité ont une attitude méprisante. Je n’ai trouvé personne qui ait trouvé du boulot en traversant la rue ! Alors oui, une partie des salariés me disent : « T’es gentil, Martinez, avec tes grèves, mais il faut faire autre chose maintenant. » Certains en ont marre. Le respect et l’écoute sont dégradés. Mais ce n’est pas à moi de m’excuser, je ne suis pas à l’origine du mépris qui mène aux débordements.

Le « respect » et « l’écoute », cela vaut-il pour les militants de la CGT qui ont investi les locaux de la CFDT ?

P. M. : Ce qui s’est passé à la CFDT est inacceptable. La condamnation a été claire. Ce genre d’actions ne correspond pas à ma vision de la démocratie. Je ne suis pas d’accord avec la CFDT ; ils ont le droit d’avoir un avis, même si je ne le partage pas.

20:48 Publié dans Actualités, Entretiens, Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : philippe martinez, cgt, entretien | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

22/11/2019

Elections au Sri Lanka : un enjeu stratégique

Sri Lanka2.jpg

Sri Lanka: le candidat de la gauche souverainiste, Gotabaya  remporte les élections présidentielles, avec plus de 52% des voix, il devance de très loin le candidat soutenu par l’axe UE-USA. Cette élection intervient après des mois de crise politique – une tentative de putsch de l’ex premier ministre – et des attentats sanglants commis en avril 2019. Jean-Pierre Page, ex responsable  de la CGT et très fin connaisseur du Sri Lanka a accepté de répondre aux questions d’Initiative Communiste pour décoder les tenants, aboutissants de cette élection et les enjeux politiques et géopolitiques du Sri Lanka. Napoléon non sans raison affirmait « qui contrôlera Ceylon contrôlera l’Ocean Indien »…

I.C: Les deux dernières années ont été très agité au Sri Lanka, crise politique et attentat frappait le pays, quelles étaient les enjeux des élections de ce dimanche 17 novembre ?

Jean-Pierre Page: En fait, depuis l’élection d’un gouvernement ultra libéral à la botte des USA en 2015, la crise politique n’a cessé de se développer marquée entre autre par une corruption sans précédent comme celui de la Banque centrale, des abandons de souveraineté de plus en plus importants, une domestication géo politique à Washington, des mesures anti sociales, des privatisations importantes, des décisions ultra libérales du type de celles pratiquées au Chili d’ailleurs et curieusement par les mêmes protagonistes.  Tout cela a provoqué très vite, un effondrement économique et monétaire du pays et une plus grande dépendance vis-à-vis des puissances occidentales et des institutions financières comme le FMI.Cette crise a atteint son point culminant avec les attentats et le massacre de centaines de personnes en avril 2019. La manipulation et l’origine de cette tragédie n’était pas indifférente aux arrières pensées et ambitions stratégiques des États Unis face à la montée irrésistible de l’influence de la Chine dans la région. 

Dans ces conditions le rejet de ce gouvernement conservateur et la colère populaire n’ont cessé de grandir comme j’ai pu le  constater à travers de nombreuses luttes sociales et politiques, cela s’est poursuivi avec l’effondrement électoral de la droite et du parti présidentiel aux élections régionales de février 2019 et la grande bataille ces derniers mois contre le projet d’accord ACSA-SOFA-MCC imposé par les États Unis qui aboutirait à une partition du Sri Lanka, une présence militaire permanente transformant le pays en un porte avion, une vaste base pour de futures agressions contre la Chine, l’Iran et le Pakistan.

Il faut trouver là les raisons de cette défaite de la droite et l’enjeu de cette élection présidentielle qui sera dans quelques mois prolongée par des élections générales. L’ancien Président Mahinda Rajapaksa dont le charisme et la popularité demeuraient très élevés ne pouvait plus se représenter du fait d’un changement constitutionnel imposé par le gouvernement . C’est donc le frère de Mahinda, Gotabaya Rajapaksa qui s’est porté candidat. Gotabaya connu pour sa rigueur, est lui aussi très populaire car comme secrétaire à la Défense dans le gouvernement de son frère au moment de la guerre contre les séparatistes du LTTE, il a joué un rôle décisif et est associé à la victoire contre le terrorisme . La défaite politique et militaire du LTTE soutenu par les pays occidentaux et en particulier Washington explique pour une part les campagnes médiatiques mensongères comme l’illustre l’AFP, les ONG, Human rights watch, amnesty, le Crisis group, les fondations comme celle de Georges Soros qui sont financées par les banques, les multinationales et les gouvernements occidentaux. Gotabaya et Mahinda en sont les cibles d’autant que les convictions anti-impérialiste de l’ancien président sont connus, ainsi son amitié avec Yasser Arafat, Lula,  Chavez ou Raoul Castro. L’enjeu de tout cela est bien sûr géo stratégique. Il ne faut pas oublier que le Sri Lanka dispose du plus grand port en eau profonde de l’Asie du Sud  ce qui bien sûr a toujours suscité les convoitises de l’impérialisme.

D’après les résultats publiés, Gotabaya Rajapasksa a remporté les élections. Qu’est ce que cela signifie de la situation Sri Lankaise ?

Gotabaya à effectivement gagné les élections sans contestation possible avec plus de 7 millions de voix, chiffre sans précédent dans une élection présidentielle et près d’1,5 million de voix d’avance sur le candidat de droite. Le troisième avec un résultat dérisoire est le dirigeant du JVP un parti pseudo marxiste léniniste dont l’alliance avec la droite et le soutien financier des américains est bien connu, ce parti escroc est dorénavant totalement disqualifié. Les partis traditionnels de la gauche notamment  le PC et le LSSP trotskiste, tout comme les deux partis de la gauche souverainiste soutenaient Gotabaya. Sans aucun doute ces forces politiques de gauche reviendront tous au pouvoir comme cela était le cas dans les gouvernements précédents de Mahinda.

Toute la question maintenant est de savoir si Gotabaya tiendra ses promesses sociales, économiques, de lutte contre la criminalité financière et la corruption et surtout si il adoptera une attitude ferme et claire sur tout ce qui touche à la souveraineté du pays. Les pressions n’ont d’ailleurs pas tardé de la part des occidentaux, il en ira de même du très réactionnaire Modi premier ministre de l’Inde. Il y a des attentes fortes de la part de la population, celle-ci devra se battre. Ce n’est pas la fin de l’histoire, même si les USA et l’UE enregistrent un échec politique avec le résultat de ces élections. Ils ne vont pas renoncer à leurs objectifs dans une région considérée comme une priorité par Washington. Tout dépendra en dernière analyse des luttes populaires , des solidarités internationalistes. Le Sri Lanka ne manque pas de moyens pour faire face.

 

Immédiatement, les capitales occidentales se sont inquiétées de cette victoire. Le Sri lanka occupe t il une position géopolitique particulière qui expliquerai ces réactions ?

Oui c’est indiscutable. Il suffit de regarder une carte de géographie pour comprendre que le Sri Lanka cette île dont Octave Mirbeau disait « si il existe un paradis sur  terre, c’est Ceylon »( le nom ancien du Sri Lanka), a toujours à travers les siècles suscité l’intérêt des grands voyageurs comme Ibn Battûta mais aussi des colonisateurs portugais, puis hollandais, français et britannique. Pendant près de 450 ans Ceylan a connu la colonisation . La culture du pays est très ancienne, près de 5000 ans. La proximité géographique, historique, culturelle , religieuse et linguistique avec l’Inde détermine également les relations économiques et politiques essentielles du Sri Lanka. C’est une dimension que l’on ne peut ignorer. Napoléon non sans raison affirmait « qui contrôlera Ceylon contrôlera l’Ocean Indien ». En effet, le pays outre sa position stratégique, possède d’importantes richesses caoutchouc, pétrole, gaz, pierres précieuses,….et depuis un certain temps elles donnent lieu à d’importantes recherches pour l’ exploitation de « terres rares » comme le lithium, enjeu dont le contrôle je le rappelle,  n’est pas étranger au coup d’état en Bolivie.

Par conséquent, oui les pays occidentaux s’inquiètent d’autant que la Chine est très présente au Sri Lanka, qu’elle finance et participe à de grands projets de développement dont « les routes de la soie » constituent un enjeu considérable. Le Sri Lanka en est partie prenante. Par conséquent Gotabaya est confronté des aujourd’hui à  des enjeux considérables. Il faudra pour cela qu’il s’appuie sur ses alliés naturels tout particulièrement les pays émergents et en voie de développement, n’oublions pas que le Sri Lanka fut un des 5 pays fondateurs du Mouvement des non alignés .

Source : Initiative Communiste

12:40 Publié dans Actualités, Entretiens, Planète | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sri lanka, présidentielles | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

04/11/2019

Meriem Borja du Maroc elle survole les plus grands sommets de la planète

Meriem Borja.jpg

Dynamique, rieuse, Meriem Borja a une joie de vivre contagieuse et une motivation à toute épreuve. Sa passion, c’est la montagne, et dès qu’elle en a l’occasion, elle s’échappe de sa vie casablancaise pour partir à l’assaut des sept plus hauts sommets du monde. Dans son palmarès, le Mont Elbrous, plus haut sommet d’Europe, et le Kosciuszko, le plus élevé d’Australie… Meriem Borja peut être fière, car c’est la première Marocaine a avoir atteint leur sommet !

Petite, Meriem Borja avait un penchant pour le sport. Elle commence par de la danse classique, pour faire de la natation par la suite. Elle a même été vice-championne du Maroc dans la catégorie junior. Au lycée, elle arrête le sport pour se consacrer à ses études.
Sept ans plus tard, elle escalade le Toubkal pendant une excursion scolaire. C’est là que son amour pour l’alpinisme a commencé. Eblouie par la nature, elle se souvient encore de ce sentiment de satisfaction quand elle a réussi. Elle escaladera le plus haut sommet du Maroc plusieurs fois pour s’entrainer sous diverses conditions climatiques.
Elle tente ensuite le défi  international des sept Sommets, en référence aux sept montagnes les plus hautes de chacun des continents. Jusque là, notre fierté nationale en a réussi trois sur sept. Elle a fait  flotter le drapeau marocain et a chanté l'hymne nationale sur deux des trois sommets qu'elle a atteints.

FDM : Comment vous est venue pour la première fois l’envie d’escalader des sommets ?

Meriem : Depuis que je suis jeune, je rêve de grands espaces, de voyages, de découvertes…

Mais à l’époque, partir en vadrouille n’était pas chose simple. Puis, quand j’ai eu 18 ans, une sortie a été organisée par mon école pour faire l’ascension du Toubkal. Pour la jeune citadine que j’étais à l’époque, et pour qui les vacances se résumaient essentiellement à aller à la plage, c’était incroyable. J’ai découvert la culture de l’effort, les paysages, l’esprit d’équipe, j’ai fait de belles rencontres… Et tout cela m’a beaucoup plu.

Après le Toubkal, vous vous êtes lancé le défi des “sept sommets”. Comment vous vient cette idée ?

Meriem Borja2.jpgDix ans après ma première ascension, et après avoir sillonné toutes les montagnes du Maroc, j’ai entendu parler d’un projet sportif : “Les sept sommets”. Son but est d’escalader les sept plus hauts sommets du monde, et je me suis dit : “Pourquoi pas ?”. J’ai commencé cette aventure en 2008 en partant pour la Tanzanie où j’ai escaladé le Kilimandjaro (5.895 m), puis j’ai fait l’ascension du Mont Elbrous (5.642 m), le plus haut sommet de Russie et d’Europe ; et je suis d’ailleurs la première Marocaine à avoir atteint son sommet ! Dernièrement, j’ai escaladé le Kosciuszko (2.228 m) en Australie, et je suis également la première Marocaine à avoir accompli ce challenge.

Votre passion représente-t-elle un investissement financier important ?

Depuis que j’ai débuté, je ne compte que sur mes propres économies et je puise dans mes jours de congés. A titre d’exemple, escalader le Kilimandjaro représente un investissement d’environ 40.000 dirhams tout compris, et c’est le moins cher. En revanche, je n’ai absolument pas les moyens pour le moment de gravir l’Everest, car il faut compter dans les 500.000 dirhams pour en faire l’ascension.

Impossible à faire sans sponsoring.

Que ressentez-vous quand vous atteignez un sommet ?

Ce sont des sensations indescriptibles… C’est un aboutissement, la réalisation d’un rêve qui me motive toute l’année et qui enfin s’accomplit. Quand on arrive tout en haut, c’est bizarre de se dire qu’on est l’être humain le plus haut de tout le continent. Et puis, avec le manque d’oxygène, on se sent léger, stone ! On plane complètement… Avis à ceux qui veulent des sensations sympas, allez-y (rires) ! La notion de dépassement de soi compte elle aussi beaucoup dans la satisfaction que l’on ressent quand on atteint son but. On croit toujours avoir des barrières infranchissables, que ce soit dans la vie ou dans le cadre d’un projet sportif, mais on se rend compte que quand le physique lâche, le mental prend le relais et nous permet de dépasser nos limites.

Racontez-nous votre plus grosse frayeur…

C’est arrivé alors que j’escaladais le Mont-Blanc. Nous étions trois en comptant le guide. La personne derrière moi a glissé et s’est retrouvée suspendue dans les airs. Comme nous étions tous encordés, elle m’a entraînée et je me suis à mon tour retrouvée dans le vide. Heureusement pour nous, notre guide a réussi à éviter la chute et nous a remontées. Quand je raconte cette histoire, on me demande si j’ai vu ma vie défiler, mais je peux vous assurer qu’à ce moment précis, je n’ai pensé qu’à une chose : m’agripper de toutes mes forces à la roche et à sauver ma peau (rires) ! Donc non, désolée de vous décevoir, on ne voit pas sa vie défiler. Il n’y a pas non plus de lumière blanche et on ne voit pas son grand-père mort venir vous faire coucou… (rires).

Et le souvenir le plus grisant ?

C’est à chaque fois grisant et chaque ascension est une explosion de joie et de satisfaction. C’est un sentiment que je ne ressens que quand j’escalade un sommet… et à aucun autre moment.

Qu’est-ce qui est le plus dur à gérer quand on grimpe ?

Le manque d’oxygène et le MAM (Mal Aigu des Montagnes). On peut être champion du monde, mais si on a le mal des montagnes, on ne peut rien faire. On ne se sent pas bien, on a le vertige, des maux de tête, des nausées, et puis ça dégénère en oedème pulmonaire ou cérébral pouvant entraîner la mort. Dès l’apparition des premiers signes, il faut faire demitour et redescendre rapidement.

Et les hommes ? Ça leur fait peur ou pas une femme sous l’emprise d’une telle passion ?

Ils ont tous pris leurs jambes à leur cou (rires) ! Ça n’engage que moi, mais je pense que les femmes qui font des choses un peu particulières font peur aux hommes. Ceci dit, j’ai beaucoup d’amis hommes qui m’encouragent et me soutiennent.

Que ressentez-vous en rentrant chez vous après un tel exploit ?

C’est difficile de retrouver ses repères, de se reconnecter à la réalité après deux ou trois semaines en montagne. Beaucoup de choses nous paraissent futiles. Nous vivons malheureusement dans une société du paraître. J’ai l’impression que pas mal de personnes lient leur bonheur aux choses  matérielles. Le bonheur, dans notre culture, est indissociable des étapes du parcours classique : études, diplôme, travail, appartement, mariage, enfants… Surtout pour une femme au Maroc, le mariage est primordial ! Moi je dis que le bonheur est relatif, la vie est courte et ça passe tellement vite ! L’essentiel est d’être en bonne santé et en adéquation avec son esprit, vivre pleinement sa vie selon ses moyens, croire en soi, en ses rêves et surtout, positiver ! Le prince charmant finira bien par débarquer un jour, il est juste bloqué dans les embouteillages (rires).

Sources Yabiladi et Femmes du Maroc

19:35 Publié dans Connaissances, Entretiens, Planète, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : meriem borja, maroc, alpinisme | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

30/09/2019

89% des Français soutiennent la grève des urgences

urgence greve2.jpg

Près de neuf Français sur dix soutiennent la grève des urgences, selon un sondage Odoxa pour franceinfo et Le Figaro. "C'est le but recherché par notre mouvement", réagit Christophe Prudhomme, le porte-parole de l'Association des médecins urgentistes de France, dimanche 29 septembre. Selon ce même sondage Odoxa, les Français, comme les personnels hospitaliers n’ont pas été convaincus par le plan Buzyn. "Nous ne voulons pas du plan de Mme Buzyn, nous ne voulons pas des 750 millions d'euros, parce qu'ils sont pris ailleurs, à nos collègues, dans d'autres services", résume-t-il.

franceinfo : Près neuf Français sur dix estiment que les personnels des urgences font bien leur travail. C'est une première consolation, pour vous, après plusieurs mois de grève ?

Christophe Prudhomme : C'est le but recherché par notre mouvement. De plans d'économies en plans d'économies, nous sommes en permanence sur la corde raide. Quand des personnes attendent des lits sur des brancards et que la seule réponse de la ministre c'est de nous fournir des gestionnaires de lits, ça ne fonctionne pas. Un gestionnaire de lits ça ne trouve pas les lits qui n'existent pas. Ce qu'on demande, ce n'est pas le plan d'Agnès Buzyn, ce qu'on demande c'est qu'on desserre les cordons de la bourse et après on discutera des moyens à mettre en œuvre hôpital par hôpital.

Malgré ce soutien des Français, la situation de saturation conduit-elle à des rapports compliqués parfois avec les patients ?

Oui, les rapports sont tendus. On a une augmentation des actes de violence aux urgences pour différentes raisons. Une bonne partie les agressions sont liées à des patients psychiatriques qui aujourd'hui ne sont pas bien pris en charge. Pour être un peu caricatural, une bonne partie des patients - du fait de la dégradation du système de prise en charge en psychiatrie - sont dans la rue ou en prison. Quand ils sont dans la rue, ils viennent aux urgences et on n'a pas de moyens suffisants pour les prendre en charge. Souvent, on les renvoie dehors parce qu'il n'y a pas de lits d'hospitalisation. À un moment donné, il faudra bien que la ministre écoute les professionnels de terrain et pas quelques experts qu'elle réunit en ce moment dans des groupes de travail où il n'y a aucun représentant des personnels. Ce n'est pas sérieux.

Qu'est-ce que vous réclamez ?

Nous, ce qu'on demande c'est un vrai dialogue social et qu'on prenne en compte la réalité du terrain des aides-soignants, des infirmiers et des médecins. On ne veut plus de plan d'économies, on ne veut plus de fermetures de lits, on veut des augmentations de salaire parce qu'aujourd'hui les infirmières sont parmi les plus mal payées de toute l'Europe. On demande une augmentation du budget des hôpitaux de 5% cette année pour nous permette de souffler. Ce n'est pas anodin, vous avez un mouvement qui perdure depuis plusieurs mois et qui s'étend. Aujourd'hui ce sont des services de psychiatrie, des blocs opératoires, qui se mettent en grève. Ce sont des médecins qui ont publié une tribune dans Le Journal du Dimanche. Ce sont des syndicats de directeurs qui tirent la sonnette d'alarme. Il n'y a pas que les gauchistes de syndicalistes qui hurlent, c'est l'ensemble du monde hospitalier qui dit "Ça suffit !"

Quand vous parlez d'une augmentation de la dotation globale, c'est à la fois pour rénover les services d'urgence, pour moderniser les hôpitaux, et à la fois pour mieux rémunérer les personnels ?

Les moyens qui ont été donnés aux urgences, les quelques postes qui ont été créés, ce sont des moyens qui sont retirés à la gériatrie dans mon hôpital. Aujourd'hui, mon hôpital ferme des lits de gériatrie alors que ce sont les lits dont nous avons besoin pour hospitaliser nos patients. Donc c'est le serpent qui se mord la queue. Nous ne voulons pas du plan de Mme Buzyn, nous ne voulons pas des 750 millions d'euros, parce qu'ils sont pris, ailleurs, à nos collègues dans d'autres services. On est dans le cadre d'un budget qui n'augmente pas. C'est ça le problème. À chaque crise, on va donner un petit peu par-ci un petit peu par-là et on retire ailleurs. Il va bien falloir, à un moment donné, qu'on mette tout à plat. Si on veut rénover les choses, tout sociologue des organisations vous dira qu'on ne peut pas le faire sous la contrainte financière.

Ne faut-il pas aussi sensibiliser le public pour régler cette crise, puisque trop de gens viennent aux urgences alors qu'ils n'en ont pas réellement besoin ?

Non. Les gens viennent aux urgences parce qu'ailleurs il n'y a rien. Parce qu'il n'y a pas de médecin en ville. Le nombre de médecins généralistes a diminué de 10 000 ces quinze dernières années et on va encore perdre 6 000 médecins généralistes d'ici 2025. Donc il faut arrêter de dire que les gens viennent pour rien aux urgences. Heureusement qu'il y a encore un service public qui est ouvert 24 heures sur 24 où il fait chaud, où il y a de la lumière, qui s'appelle les urgences. Personne ne vient par plaisir aux urgences. Bien sûr, des abus, il y en a toujours. Mais c'est voir les choses par le petit bout de la lorgnette. C'est très minoritaire.

Sources France Info

16:18 Publié dans Actualités, Entretiens, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sondage, grève, urgentistes | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!