Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2020

À Gaza : Ziad Medoukh, un géant de la non-violence

Ziad.jpgPortrait

Ziad Medoukh

Fondateur du Centre de la paix de Gaza

Directeur du département de français de l’université de Gaza, le Palestinien Ziad Medoukh apprend aussi à ses étudiants les armes de la non-violence.

  • Anne-Bénédicte Hoffner,

    « Mes poèmes ne soulagent point nos peines, mais ma poésie défend la vie./Elle est elle-même une résistance ! » Dès qu’il trouve un moment de calme, c’est en vers et en français que Ziad Medoukh s’échappe de Gaza, étroite bande de terre palestinienne, coincée entre la Méditerranée et les barbelés israéliens. « Je compose mes poèmes de Gaza ma prison :/Gaza est l’âme libre du poète/Gaza est le sourire brûlant des innocents/Gaza est l’étoile magique de l’espoir/Qui trouve dans la poésie l’échappatoire/Nécessaire à sa survie. »

    Géant débonnaire aux sourcils broussailleux et à la vigoureuse poignée de main, Ziad Medoukh est l’homme des contraires, des associations improbables. Le titre de son dernier livre en témoigne : Être non-violent à Gaza (1). Directeur du département de français de l’université Al-Aqsa de Gaza, récompensé par plusieurs prix littéraires et même les palmes académiques, il est un amoureux fou de la France et de la langue française qu’il a apprise en Algérie, en pleine décennie noire, auprès des Kabyles de Tizi Ouzou. Quelques années plus tard, un master en sciences du langage à Grenoble lui permit d’en parfaire la maîtrise, et, comme il l’avait déjà fait en Algérie, de parcourir l’Hexagone du nord au sud. « Je n’aime pas l’enfermement », résume-t-il.

    « La langue du témoignage et de la résistance »

    Depuis, le français est pour lui « la langue de la paix et de l’espoir, la langue du témoignage et de la résistance ». Son seul regret ? Ne pas avoir réussi à partager sa passion avec sa femme et ses cinq garçons, qui ont tous choisi d’apprendre l’anglais. « Ils ne me voient pas assez à la maison et ils pensent que c’est la France qui leur a pris leur père », confesse-t-il, mi-amusé mi-contrit.

    Lorsqu’il parvient à décrocher un permis pour voyager, « tous les trois ou quatre ans environ », c’est vers Paris qu’il s’envole, non plus pour visiter ses monuments ou goûter sa cuisine, mais pour participer à des colloques, retrouver ses nombreux amis, cinéastes, écrivains ou journalistes, et toujours défendre sa deuxième passion : « la résistance non-violente ».

    Lui qui vit au quotidien l’injustice et la violence a créé en 2004, au sein de son université, le Centre de la paix. Parce qu’il sait que, pour être efficaces, « les artisans de la non-violence doivent s’insérer profondément dans la vie socio-économique locale », il emmène ses étudiants aider les agriculteurs pendant la récolte des fruits et légumes, donner un coup de main aux pêcheurs, et il les invite à s’impliquer dans un programme de soutien psychologique aux enfants traumatisés. Le Hamas n’apprécie guère la mixité de mise dans toutes les activités mais Ziad Medoukh tient bon. Mieux, il partage ses initiatives sur une chaîne YouTube : « Gaza la vie ».

    « Je suis musulman, croyant et pratiquant, mais j’accepte l’autre »

    Dans une région où la religion est omniprésente, voire envahissante, il entretient avec elle un rapport de prudente distance. « Il y a trois questions que je ne pose jamais : l’origine, la religion et l’appartenance politique, raconte-t-il en riant, avant d’accepter de se livrer à ce sujet. Je suis musulman, croyant et pratiquant, mais j’accepte l’autre. C’est la force de mon islam, celui que mon père m’a appris. »

    Avec l’échec de la résistance armée palestinienne, Ziad Medoukh veut croire que le contexte est porteur. Il en veut pour preuve la Grande marche du retour, mouvement lancé le 30 mars 2018 dans le cadre de la commémoration de la Nakba, l’exode palestinien de 1948 lors de la première guerre israélo-arabe. Chaque vendredi dans la bande de Gaza, 10 à 15 000 habitants, parfois plus, se dirigent vers les « zones tampons » gardées par les soldats israéliens « non pas pour les affronter mais pour les défier, et exiger la levée du blocus », explique-t-il : ils s’y installent pour des pique-niques, agrémentés de concerts ou de danses.

    « Le gouvernement israélien redoute la non-violence palestinienne, car elle pourrait lui faire perdre la prétendue légitimité de ses représailles violentes », assure-t-il, tout en déplorant le manque de soutien de l’Autorité palestinienne comme des « factions » qui dominent Gaza. « Contrairement à ce que beaucoup de gens croient, l’action non-violente est un choix plus difficile que la violence », reconnaît-il.

    Quant à lui, il semble imperturbable, un roc dans la tempête de violence et de désespérance. Il assure ne jamais pleurer « sauf parfois devant un film ». « Ma force ? Elle vient de l’intérieur, de la conviction que je suis à ma place là-bas. Même pour 1 million d’euros, je ne viendrai pas m’installer en France. Je ne vais pas laisser les jeunes affronter cette situation seuls. »

    -------------------------------

    « La pierre est tombée de ma main »

    La découverte de la non-violence a été instinctive pour Ziad Medoukh. Jeune homme, il a suivi ses camarades de classe partis « lancer des pierres sur les soldats israéliens qui se trouvaient dans ma ville et répondaient par des balles réelles ». « Mais soudain, la pierre est tombée de ma main et j’ai commencé à réfléchir à d’autres moyens de résister contre les occupants de notre terre », raconte-t-il dans son livre. Après s’être documenté et avoir découvert les principes élaborés par Gandhi contre l’occupation britannique, Ziad Medoukh s’est promis de consacrer sa vie « à résister par l’éducation, la culture, la non-violence et le travail auprès des jeunes ».

    (1) Éditions Culture et Paix, 192 p., 13 €.

 

17:53 Publié dans Actualités, Entretiens, Histoire, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ziad medoukh | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

27/07/2019

L’Homme, le sucre et la révolution

Lhomme-le-sucre-et-la-révolution.pngL'Homme, le sucre et la révolution, Belkacemi Nadia

Destins humains entrecroisés, l’espace d’évènements cruciaux dans l’Histoire d’un pays. Il ne s’agit pas de narrer cette Histoire, l’auteur n’étant pas historien, mais d’imaginer différents choix, diverses évolutions des personnages, dans le temps et l’espace.

Sont-ils vraiment des personnes distinctes ou des questions pouvant tarauder l’esprit d’un seul finalement, quand les situations se compliquent, entre engagement et renoncement, espoir et désillusion, aimer ou faire le choix la solitude.

Editions le Lys Bleu

Belkacemi Nadia vit en Algérie, son pays d’origine. Pharmacienne de formation, écrivant de la poésie depuis son enfance, plutôt engagée. À son actif, un prix de poésie de jeunesse pour la paix sous l’égide de l’ONU en 1986, deux recueils de poésie « Trois femmes autour d’un vers » et « Voix de femmes » et un ouvrage collectif avec 63 intellectuels Algériens autour de la mémoire de Katia Bengana.

L’homme, le sucre et la révolution est son premier roman.

12:43 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'homme, le sucre et la révolution, nadia belkacemi | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

19/04/2019

SUR LA ROUTE DE PARKINSON : UN HYMNE A LA VIE

Claire Garnier.jpg« Vivons notre vie comme une fête sans fin, comme une danse, au son de la musique universelle de l'amour »

Claire Garnier est née en Algérie, un pays magnifique malgré une enfance difficile. Elle a eu un parcours professionnel riche et diversifié. Elle a terminé ce parcours professionnel en devenant directrice des politiques sanitaires et sociales de la mairie d'une grande ville, Evry, avant d'exercer une activité de psychothérapie et de formation, notamment auprès des jeunes en difficulté. Elle anime aujourd'hui des groupes de parole au sein de l'association France Parkinson.

Son livre ne s'adresse pas qu'au centaines de milliers de personnes atteintes de la maladie de Parkinson et à leurs familles, mais à tous, parce c'est un véritable hymne à la vie.

Ce livre obtient une estime grandissante méritée et un succès de librairie exceptionnel. A peine une semaine après sa sortie, la première édition est déjà épuisée et une seconde est en cours.

Elle a accordé à Mosaik Radios un entretien que vous pouvez écouter ici.

 

Claire Garnier sur la route de Parkinson.jpgSUR LA ROUTE DE PARKINSON

Mon chemin vers la guérison

        • De Claire Garnier, Brigitte Schadeck-Guillemaud

  • Éditeur : Albin Michel

  • Parution : 27 mars 2019

"En 2003, le diagnostic de Parkinson me jette à terre. Refusant la perspective de la dépendance, je mets en oeuvre toutes mes ressources pour guérir plutôt que subir. Je décide de comprendre le sens de ma maladie. Je commence par accepter mon histoire personnelle, longtemps niée. M'appuyant sur diverses approches complémentaires, conjuguées à la médecine allopathique, je me relève. En chemin, je regagne ma place dans la lignée, retrouve l'amour de moi et des autres, et reprend le pouvoir sur la maladie...
Au point d'aller mieux maintenant qu'avant son déclenchement ! J'ai écrit ce livre pour tous ceux et toutes celles qui, atteints d'une maladie, ont envie de décider de la place et du rôle qu'elle prendra dans leur vie : partenaire ou ennemie ? C'est une invitation pour le lecteur à trouver des pratiques qui lui conviennent, tout en tenant compte des conseils des spécialistes".

 

12:51 Publié dans Entretiens, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claire garnier, sur la route de parkinson | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

07/03/2019

« La poésie est hors saison, comme un vrai mois de mai »

Le Printemps des poètes 2019.jpgÀ l’occasion du Printemps des poètes 2019 (du 9 au 25 mars), qui a cette année pour thème « La beauté », Serge Pey abat son jeu, constitué d’un grand nombre de cartes brûlantes.

Il est plusieurs façons de se dire ou d’être poète…

serge pey Nous sommes dans un immense carnaval. Surtout ne pas se dire poète, au nom d’une poésie arrêtée et qui imite un langage qui ne bouge plus. La définition du poète est un mouvement permanent, et il est difficile de juger un concept qui recopie ou décalque un mouvement du passé. Mais par ce geste, qui redéfinit le mot poète, on se revendique paradoxalement, mais absolument comme tel. Être poète, c’est revendiquer une intelligence amoureuse.

Il fait être voyageur, dans les mots, marcheur de l’âme, explorateur d’inconnu. Alors oui, en ce sens je suis poète, car j’essaie de mettre en sacrifice tous les aspects du langage unis à la vie. Car, sans ce mouvement de mise à mort provisoire entre justement cette vie et ce langage, le concept même de poète est immobilisé et on assiste à sa mort. Le poète doit réinventer sa liaison à la vie et au langage d’une manière permanente.

Les poètes d’aujourd’hui doivent devenir des êtres témoignant du monde qui les entoure : l’amour, la lutte des peuples, les trous dans les étoiles, les dialogues avec l’invisible. C’est aussi avoir le courage d’une parole singulière contre le bruit dominant. C’est encore écrire des poèmes à contre-courant de la mode et des styles.

Continuer incessamment le sacrifice du langage pour arriver à une parole-pensée jamais entendue. C’est aussi défendre les poètes contre la fausse poésie des bons sentiments et les illusions du langage pourri des médias toxiques. Être poète, c’est savoir aussi être un écrivain public. Mettre son poème au service des opprimés que les pouvoirs réduisent en esclavage. C’est lutter avec ses mots contre le mensonge. Cette menterie qui collabore à la destruction du langage. Nous sommes ainsi obligés, d’une manière permanente, à reconstruire ce langage contre les mercenaires de l’obscurité qui détruisent la vérité.

Chez vous, il y va de l’engagement du corps tout entier…

serge pey La poésie est un morceau de corps pris dans la langue. La langue fait partie du corps et donc la poésie est un corps à part entière. La poésie est la publication de nos corps invisibles, de ces nombreux corps qui cohabitent en nous, ou dans l’ombre de nous-même.

C’est aussi le corps de l’autre, mort ou amoureux. Si la poésie est un corps, il passe dans l’écriture. Nous sommes des êtres de parole, et la poésie est cette extrémité. Il ne faut pas confondre l’oralisation de la poésie avec une corpo-caporalisation scénique. C’est surtout le conflit entre écriture et parole que la poésie incarne et résout. Un poème se récite, mais toute écriture est une oralité qu’il faut entendre même si elle est muette. L’écriture reste la manifestation des oralités qu’on n’entend pas, et qu’on aimerait faire entendre, ou la manifestation des oralités possibles et infinies contenues dans une écriture. La poésie ne se réduit pas à un récitatif, elle est toujours la mise en rituel d’un sacrifice ou d’un travail sur le langage.

Donner de la voix n’est cependant pas la condition d’un rapport au corps. Un poète muet peut être oral, car l’oralité a une infinité de possibilités de se manifester. La poésie est un gueuloir, mais également un murmure et une confidence. La voix ne fait pas un poème, elle est une manière de l’écrire sur un autre support que la page de papier ou le mur. Dire un poème à voix haute est une manière d’écrire dans l’oreille de l’autre. Il faut crier la poésie pour faire exister le monde, car le monde dit des choses à voix haute que beaucoup de gens disent tout bas. Parfois, un poème est la voix d’une liberté. Un engagement radical contre les poètes à gages qui n’ont de poète que leurs noms.

N’est-ce pas question de rythme ?

serge pey La poésie est un rythme. L’être humain à l’image du cosmos est un rythmeur. Réduire la poésie à une pulsation ou à un tempo, c’est omettre qu’elle est une pensée : une manière de penser avec l’immensité du corps et de l’esprit dans toutes ses contradictions. Elle n’est pas uniquement une séduction dansée, même si elle danse. Beaucoup de textes rythmés et rimés n’ont rien à voir avec la poésie.

Ils sont des singeries de poèmes, réduisant la poésie à ses rimes finales ou à quelques allitérations. Elle n’est que la vieillerie ressuscitée de siècles passés, prenant pour modèle ce qui se dit à l’école, souvent par facilité pédagogique. Il ne faut pas confondre la cadence avec un poème, car un jour on pourrait confondre une marche militaire avec de la poésie. Lorsque je disais mes poèmes avec Allen Ginsberg, c’est ce rythme que je pratiquais. Celui de la mélopée, proche parfois de la transe. Je me souviens encore les poèmes accompagnés par Marcel Azzola ou maintenant avec Bernard Lubat, Beñat Achiary, ou encore avec la guitare de Kiko Ruiz, c’est à chaque fois un nouveau monde qui s’ouvre dans l’espace du poème.

Que dire sur la beauté, thème de ce Printemps des poètes ?

serge pey Le mot beauté accolé à celui de poésie est pour un poète inimaginable. Mais il est volontaire, je pense, pour les organisateurs du Printemps des poètes, qui veulent donner à réfléchir sur ces concepts. Ce thème est aussi passe-partout que le nom de Printemps. Non, la poésie n’est pas belle, et ne se fait pas uniquement à cette saison sur un banc public. La poésie n’est pas une saison, elle est hors saison, comme un vrai mois de mai. On le sait, le beau peut être le laid. La beauté n’a rien à voir avec la poésie. C’est un lieu commun de l’idéologie dominante pédagogiste qui veut que la beauté soit liée à la poésie.

En poésie, c’est souvent le laid qui est montré comme Maïakovski nous l’apprend, ou Neruda ou Hikmet. S’il y a beauté, c’est dans sa transmission, dans la manière de tracer le chemin des mots afin que la vie puisse se regarder dans un miroir. Réduire la poésie à la beauté, c’est ne plus faire de poésie. La poésie est un acte de vie, qui peut aussi bien englober la vie des morts que des vivants. Elle est un lieu de résurrection. Radicalement un acte de vie. Notre beauté n’est pas belle. Surtout aujourd’hui.

Faire ce Printemps des poètes au nom de la beauté, c’est insister sur le fait que la beauté n’existe pas, ou paradoxalement qu’il faut défendre l’idée d’une redéfinition de la beauté contre la destruction capitaliste du monde. S’il y a une beauté à revendiquer, c’est celle d’un acte d’amour où l’on peut confondre les deux noms. La libération aussi peut être une beauté, une révolution, la mise en amour de deux mots. Après Rimbaud, il faut dire encore que cette beauté est amère, et qu’il est nécessaire de l’injurier, comme celle qui détruit aujourd’hui notre monde et notre humanité. Contre la beauté fabriquée du capitalisme destructeur, il faut opposer notre beauté et notre mystique du langage que nos ennemis prennent pour de la laideur.

Entre autres œuvres de Serge Pey : Mathématique générale de l’infini (Gallimard), Occupation des cimetières (Jacques Brémond), le Carnaval des poètes (Flammarion). Il est aussi présent dans l’anthologie du Castor astral à paraître.