Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2019

Sanctions contre Airbus par les USA : aux origines d'un dossier politico-industriel

Air Bus.jpg

Selon son énoncé de mission, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) est l'organisation internationale qui a pour objectif d'assurer l'ouverture du commerce « dans l'intérêt de tous » (sic). Elle se donne notamment pour but de promouvoir la compétitivité, comme expliqué sur son site : « En décourageant les pratiques « déloyales » telles que les subventions à l’exportation et la vente de produits à des prix de dumping, c’est-à-dire à des prix inférieurs aux coûts de production pour gagner des parts de marché ; les questions sont complexes, et les règles tentent d’établir ce qui est loyal et déloyal et d’indiquer comment les gouvernements peuvent réagir, notamment en imposant des droits d’importation additionnels calculés de manière à compenser le dommage causé par le commerce déloyal.»

La décision rendue le 2 octobre, après 14 ans de procédure, rentre dans ce cadre. L’OMC donne raison aux Etats-Unis qui dénonçaient des subventions publiques indues accordées par la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne sur les programmes A380 puis A350 d’Airbus, subventions qui auraient fait perdre des campagnes de ventes à Boeing. Elle autorise les Etats-Unis à appliquer des droits de douanes alourdis de 7,5 milliards d’Euros annuels sur les biens européens importés, ce qui constitue la plus grande sanction jamais imposée.

Suite à cette décision, la situation est désormais ubuesque sur tous les aspects :

- Tout d’abord, l’Union Européenne a riposté en 2005 en ouvrant une procédure similaire contre les subventions américaines versées à Boeing, et une résolution équivalente mais inversée est attendue pour l’an prochain. La fin de l’histoire a donc 2 issues possibles : soit une montée des sanctions douanières de part et d’autre qui irait à l’encontre du dogme du libre-échange – peu probable, avec en arrière-plan la crainte de voir la Chine s’immiscer dans le duopole Airbus/Boeing, soit un statu quo. « Tout ça pour ça ».

- Sur le fond, l’OMC s’attaque aux subventions publiques, épouvantail des libéraux. Pourtant, le marché aéronautique est, historiquement, largement biaisé par bien d’autres aspects de politique internationale. Et au jeu des décisions politiques visant à favoriser son industrie nationale, Washington possède une certaine expérience : interdiction de Concorde sur le sol américain dans les années 70, annulation de l’appel d’offre sur l’avion militaire KC45 remporté par Airbus puis rédaction de nouvelles règles sur-mesure pour Boeing (2008), ou plus récemment embargo sur les équipements américains entraînant le gel des ventes d’Airbus à l’Iran. Sans réaction de l’OMC.

- Sur les sanctions envisagées par les Etats-Unis : outre les Airbus qui seraient surtaxés de 10%, Washington envisage de taxer des produits qui n’ont pas grand-chose à voir avec cette affaire, comme le vin français ou les fromages italiens. Un prétexte pour Trump pour flatter son électorat agricole ?

Il est aussi intéressant de noter l’évolution des sanctions promises contre les Airbus : annoncées de 100%, les taxes supplémentaires retenues sont finalement 10 fois plus faibles. Les compagnies aériennes américaines ont en effet usé de tout leur poids pour raisonner leur gouvernement : avec des centaines d’Airbus en commande et l’impossibilité de les transformer en Boeing (notamment du fait des problèmes du 787 max), elles sont les premières victimes de ces nouvelles taxes : soit elles payent, soient elles renoncent à leurs avions, annulent des vols et suppriment des emplois.
Avec des paramètres difficilement prédictibles, au premier rang desquels les décisions du Président américain, l’issue de ce conflit n’est pas encore évidente. Cependant certaines conclusions peuvent déjà être tirées. Tout d’abord, l’absurdité du rôle de l’OMC et son incapacité à assurer une paix commerciale se révèlent aux yeux mêmes des plus fervents libéraux. Gageons que ce coup d’éclat médiatique était un baroud d’honneur pour cette organisation moribonde depuis la fin des années 2000.


Ensuite, il serait probablement temps de regarder les Etats-Unis pour ce qu’ils sont, un pays qui défend avant tout ses propres intérêts économiques. La candeur de la déclaration de la Représentation Permanente de la France aux Nations Unies semble presque anachronique:
« L’escalade des tensions commerciales avec notre allié et partenaire américain n’est pas souhaitable et aura des impacts négatifs sur nos deux économies, sur le commerce international et sur l’industrie aéronautique.»
Enfin, notons que les grands discours des gouvernements français, allemands et de la direction d’Airbus (EADS à l’époque) au moment du changement de pacte d’actionnaires en 2012/2013 ont fait long feu. Alors que tous se félicitaient de faire d’Airbus une « entreprise normale » qui ne serait plus sous le joug des Etats grâce à un capital flottant passant à 72%, cet épisode de l’OMC montre qu’il n’en est rien. Les dirigeants européens ont été plus prompts encore à réagir que la direction d’Airbus, bien conscients que l’on touche là à une industrie structurante en terme d’emplois, de sécurité et défense nationales, d’aménagement du territoire, de souveraineté. Aux dernières nouvelles, aucun actionnaire d’Airbus ne s’est pourtant plaint de «l’interventionnisme » de l’Etat sur ce sujet.

Par Rut Mat de la web-redaction de Progressistes

12:39 Publié dans Economie, Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : air bus, omc | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

Écrire un commentaire