Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2017

Isabelle Boulay nous prend par les sentiments

Isabelle-Boulay.jpg

Victor Hache, L'Humanité

Trois ans après son disque hommage à Serge Reggiani, la chanteuse québécoise sort En vérité. Un album tout en émotion au registre amoureux.

Isabelle Boulay revient avec un album à écouter les jours de pluie, quand le vague à l’âme vous envahit. Un opus tout en émotion réalisé par Benjamin Biolay, « un disque de grandes chansons », comme la chanteuse québécoise se plaît à dire, qui résonne déjà comme un classique. En vérité affiche un répertoire amoureux, registre sentimental où la voix d’Isabelle Boulay coule avec élégance.

Des chansons teintées de mélancolie qui vont droit au cœur : « Pour moi, la mélancolie n’est pas quelque chose qui a à voir avec la complaisance, confie-t-elle. C’est voir clair dans ses souvenirs et essayer d’en garder le meilleur. Mais c’est vrai que je suis une grande sentimentale, probablement une romantique moderne dans une époque qui laisse peu de temps pour les épanchements. »

La chanson ?

Elle s’y est intéressée très jeune, vers l’âge de 11-12 ans, pour son aspect littéraire en écoutant Piaf, Dalida, Nana Mouskouri, Lama, Bécaud. Il y a trois ans, dans son précédent disque, elle avait ainsi rendu un magnifique hommage à Serge Reggiani en reprenant ses plus grandes chansons : « Les mots m’ont toujours fait rêver. Entrer dans le répertoire d’une autre personne m’a soignée de ma propre vie, ça m’a redonné de la force. Quand on chante Reggiani, on plonge forcément dans la contemplation, le temps d’aimer. » C’est aussi ce que raconte le nouvel album de l’interprète de Mieux qu’ici-bas, disque sorti en 2000, déjà réalisé par Benjamin Biolay et qui s’est écoulé à plus d’un million d’exemplaires, porté par les tubes Parle-moi et Un jour ou l’autre.

Un univers sensible qui lui ouvre de nouveaux horizons

Pour En vérité, la chanteuse s’est entourée d’un beau casting d’auteurs (Didier Golemanas, Benjamin Biolay, la Grande Sophie, Julien Clerc, Carla Bruni, Cœur de pirate, Raphaël…), qui lui ont dessiné un univers sensible, lui permettant de s’ouvrir à de nouveaux horizons : « Je voulais que les textes nous prennent le cœur et que la musique nous prenne le corps, sourit-elle. Quelque chose qui soit comme de la matière vivante, des petits films. »

On y trouve des ballades – le Garçon triste, Un souvenir, Voir la mer –, des chansons-variétés de facture classique – Mon amour (la Supplique) – ou encore de la country – Won’t catch me, Nashville, le train d’après –, un style qu’elle aime depuis son enfance, quand, aux côtés de sa grand-mère et de sa tante, elle écoutait des légendes comme Willie Nelson, Johnny Cash, Dolly Parton : « La country, pour nous, Américains du Nord, c’est un peu notre chanson réaliste. » Elle se sent d’ailleurs plus chanteuse réaliste que chanteuse à voix. « J’ai toujours soigné mes interprétations pour éviter la surenchère. J’éprouve plus de plaisir à être dans l’implosion que dans l’explosion. Je me mets au service des textes. J’aime la chanson plus que moi-même quand je suis en train de l’interpréter. Je suis dans une humilité totale. Je chante pour me faire du bien et donner, en essayant de rentrer dans la matière pour atteindre l’émotion. On est obligé d’y mettre son cœur, son énergie, son expérience. »

Un registre social où on ne l’attendait pas

Il y a aussi une belle reprise de Bernard Lavilliers, les Mains d’or, à laquelle on ne peut rester insensible. Registre social où l’on n’attendait pas Isabelle Boulay : « J’ai mes façons d’être solidaire, dit-elle. Mes parents avaient un restaurant et un bar. J’ai vu beaucoup d’hommes pleurer parce qu’ils venaient de perdre leur travail, des mineurs, des hommes qui travaillaient sur les chantiers de foresterie et d’hydroélectricité. Je viens d’une famille d’ouvriers et j’ai toujours voulu aborder mon métier comme une ouvrière, en essayant à ma manière d’être du côté de la réalité. Faire du bien aux autres est la seule chose qui m’intéresse. Et les Mains d’or est une chanson qui fait du bien. »

12:20 Publié dans Actualités, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : isabelle boulay, souvenirs, en vérité | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

Écrire un commentaire