Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2013

MURS DES CONS : REACTION DU SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE ET DE LA CGT

cons0001.jpg

Le « scandale » a éclaté il y a deux jours.C’est Atlantico qui s’est procuré la vidéo. On y découvre un « mur des cons » dans les locaux du Syndicat de la magistrature. Beaucoup de politiques de droite sont épinglés au tableau d’honneur, mais aussi des journalistes et des intellectuels. Seule consigne aux contributeurs : « Avant d’ajouter un con, vérifiez qu’il n’y est pas déjà. »

Le président de l’UMP, Jean-François Copé a immédiatement demandé à la ministre de la Justice de « diligenter une enquête ».

Jeudi, la garde des Sceaux a finalement saisi, pour avis, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Christiane Taubira a fait part, jeudi dans la matinée, de sa « vive émotion » et de sa « consternation » ; dans l’après-midi, au Sénat, elle a « condamné » en termes particulièrement vifs « un acte insupportable, stupide et malsain ».

VOIR LE DOCUMENT

(Fichier PDF)

Le CSM devra donc dire s’il y a manquement à la déontologie.

Nous publions, la lettre du Syndicat de la magistrature à Christiane Taubira :

« Madame la ministre,

Suite à la diffusion mercredi 24 avril par le site Atlantico d’une vidéo d’images soustraites à l’intérieur de notre local syndical, vous avez cru devoir saisir le Conseil supérieur de la magistrature pour apprécier s’il y a eu “manquement à la déontologie”.

Vous avez déclaré, dans un communiqué de presse et devant le Sénat, “condamner cette pratique”, vous avez exprimé “votre consternation face à ce comportement” et considéré qu’il s’agissait “d’un acte insupportable, stupide et malsain”.

Quelle pratique ? Celle d’un journaliste qui filme en cachette l’intérieur d’un local syndical privé à l’insu de ses occupants ?

Quel acte ? Celui d’un site en ligne, proche de la droite la plus dure, qui décide de diffuser ces images qu’il sait soustraites ?

Quel comportement ? Celui d’une certaine droite prompte à instrumentaliser cette “révélation” à des fins bassement politiciennes pour décrédibiliser ceux qui combattent avec force leurs idées depuis des années ?

Et bien non, tout cela ne semble pas vous avoir choquée …

Vous avez au contraire cédé à la pression de ceux-ci et choisi de vous en prendre à l’expression en privé d’une opinion – lapidaire et caricaturale certes mais qui n’a rien à envier aux propos publics outranciers de certains à notre égard – concernant ceux dont nous dénoncions les propos, les actes ou les prises de position.

Souhaitez-vous donc réglementer la liberté d’opinion des syndicalistes, définir les standards de l’affichage autorisé dans les locaux syndicaux, voire même encadrer la liberté des magistrats que nous sommes s’exprimant dans la sphère privée ?

Vous prétendez, dans votre communiqué, que “le devoir de réserve des magistrats suppose la retenue même dans le cadre de l’expression syndicale”.

Quelle expression syndicale, Madame la ministre ?

Des propos satiriques tenus en privé par des syndicalistes dont personne d’autre qu’eux n’auraient dû avoir connaissance sans cette soustraction d’images ? Cette violation de notre sphère privée syndicale n’est pas “une expression syndicale”, laquelle est par nature publique. Faut-il vous rappeler que dans nos prises de position publiques nous nous en sommes toujours tenus au débat d’idées ?

Quel devoir de réserve, Madame la ministre ? Celui des magistrats ou celui d’un syndicat ?

Est-il besoin de vous rappeler que “l’obligation de réserve” ne s’applique qu’à l’expression publique des magistrats et qu’en tout état de cause, elle ne constitue ni une obligation au silence, ni une obligation de neutralité ?

Mais, au-delà des circonstances de l’espèce, et en raison de l’amalgame qui est fait entre expression privée et action syndicale, c’est bien l’expression publique syndicale et, par conséquent, le fait syndical dans la magistrature que vous remettez en question par votre saisine consternante du Conseil supérieur de la magistrature. Nous attendions plutôt de vous, Madame la ministre, que vous défendiez vous-même cette liberté syndicale.

En plus de 40 années de combats pour les droits des magistrats et les libertés publiques, le Syndicat de la magistrature a dû faire face à de multiples tentatives visant à l’empêcher de s’exprimer.

Vous venez de vous inscrire dans cette longue tradition, nous le regrettons vivement.

Nous vous prions, Madame la ministre, de croire en l’assurance de notre parfaite considération. »

Pour le Syndicat de la magistrature,

Françoise Martres, présidente.

Soutien au Syndicat de la Magistrature 

 

REACTION DE LA CGT 

 
amnistie1.jpgEt maintenant criminalisation de la liberté syndicale de penser en privé !
 
vendredi 26 avril 2013
Si nous avions pu penser que l’ère des assauts à l’encontre du syndicalisme de lutte était terminée ou presque, l’actualité nous démontre qu’il n’en est rien ! Si nous avions pu espérer que la loi d’amnistie serait votée afin de décriminaliser l’action syndicale, l’actualité nous démontre qu’il n’en est rien puisque la Commission des lois, sur demande du gouvernement, vient de rejeter la proposition de loi.
 
Depuis deux jours le courroux politico-médiatique s’est abattu sans relâche sur nos camarades du Syndicat de la Magistrature. Les raisons invoquées sont disproportionnées et délirantes.
 
« Les déchainés du mur des cons », et leurs partenaires, leur reprochent donc, d’avoir acté leur liberté de penser syndicale, leur liberté de penser le fait et l’individu politique avec humour dans un local privé ! N’a-t- on donc plus le droit en France d’avoir de l’humour ?
 
Si nous avions pu penser que les agressions politiques et médiatiques menées à l’encontre du monde judiciaire, particulièrement à l’encontre des magistrats, durant cinq longues années étaient terminées nous nous leurrions.
Si nous avions pu penser que l’ère de la défiance, des menaces, des moqueries, des atteintes graves au professionnalisme et à la réputation des magistrats était finie, nous nous trompions. L’actualité nous montre l’inverse.
 
Ce déchainement sans précédent étonne alors que dans le même temps des magistrats sont menacés de mort et rien n’est fait.
 
Après la criminalisation de l’action syndicale, après le rejet inacceptable du texte d’amnistie, nous sommes contraints de constater que la liberté de penser dans un lieu privé devient criminel.
 
Par contre, nous constatons que les propos et discours homophobes entendus ces derniers temps, les appels indirects à la haine ou les menaces de « guerre civile » de la part de responsables politiques, associatifs, religieux ne sont pas sanctionnés à la hauteur du danger que ces actes collectifs représentent pour notre Démocratie. Les violences verbales et physiques perpétrées au sein de l’Assemblée nationale par les représentants du peuple ne le sont pas non plus.
 
Certains ont le droit d’être hors la loi, d’autres non. Ce n’est pas nouveau, nous le savons !
 
Si un syndicaliste avait menacé de « guerre civile », il serait emprisonné sans sommations.
Si des syndicalistes s’étaient réunis autour de l’Assemblée nationale en pleine nuit pour demander l’abrogation de l’ANI ou l’adoption de la loi d’amnistie alors, ordre aurait été donné à la police de leur tirer dessus avec des Flash Ball, fichés et leur ADN prélevé…
 
L’action et la pensée syndicale ne peuvent être criminalisées en Démocratie.
 
La CGT apporte son soutien au Syndicat de la Magistrature.

Montreuil, le 26 avril 2013

21/12/2012

TRES PETITES ENTREPRISES : LA CGT TRES LARGEMENT EN TETE DES ELECTIONS PROFESSIONNELLES

052.JPGCOMMUNIQUE DE LA CGT
Elections TPE
Les salariés des TPE placent la Cgt très largement en tête
vendredi 21 décembre 2012

Avec un résultat de 29,54%, la Cgt arrive très largement en tête du premier scrutin de représentativité dans les très petites entreprises. Scrutin où 465 756 électeurs et électrices se sont exprimé-e-s malgré les innombrables obstacles.
...
La Cgt remercie les salarié-e-s qui ont porté leur choix sur la Cgt. Ce résultat vient après d’autres signes forts quand à la place majeure occupée par la Cgt dans le paysage social. La deuxième organisation syndicale recueille quant à elle 19,26% et la troisième organisation recueille 15,25%.

Le résultat obtenu donne encore plus de poids à ceux qui n’acceptent pas une régression sociale majeure dans la négociation sur l’emploi en cours.

Dans les conventions collectives et au niveau national interprofessionnelle, ce résultat renforce la place de la Cgt. Il donne du poids aux exigences portées par les salarié-e-s des TPE et renforce leur volonté d’obtenir à l’avenir de véritables lieux de négociations avec des élu-e-s pour les représenter.

Au cours de plusieurs mois de campagne, la Cgt dans les territoires et avec ses organisations professionnelles a tissé de nombreux liens avec des milliers de salarié-e-s des TPE qui lui ont réservé un accueil très favorable.

La Cgt entend poursuivre cet effort au-delà de l’élection et créer les conditions pour que le syndicalisme et la négociation collective prennent toute leur place auprès de ces salarié-e-s.

Forts de ce résultat, les salarié-e-s peuvent compter sur la présence de la Cgt pour agir avec eux en faveur de nouvelles conquêtes sociales. Elle les appelle aussi à prendre toute leur place dans cette mobilisation en rejoignant massivement la Cgt.

Montreuil, le 21 décembre 2012

20:22 Publié dans Actualités, Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections, syndicats, tpe, cgt | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

08/11/2012

Thierry Lepaon (CGT): le plan compétitivité est "une erreur politique"

syndicat, cgt, bernard thibault, compétitivité, thierry lepaonLe futur secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, a estimé jeudi que le plan du gouvernement pour la compétitivité était une "erreur politique". Le syndicat poursuit son offensive contre les annonces d’Ayrault entamée hier par Bernard Thibault.

L'octroi d'un crédit d'impôt de 20 milliards d'euros pour favoriser 300.000 créations d'emploi, "ça fait environ 70.000 euros l'emploi" dans le privé "alors qu'on refuse de donner les moyens au service public de notre pays de fonctionner normalement, je pense que c'est une erreur politique", a déclaré sur RTL celui qui succèdera en mars à Bernard Thibault. Le financement de ce plan au moyen notamment d'une hausse de la TVA signifie que "ce sont les salariés, les ménages qui vont une nouvelle fois être mis à contribution".

"On confie encore l’avenir des salariés à un patron"

Thierry Lepaon rappelé qu’en France, le problème n'est pas le coût du travail, "c'est le problème du coût du capital". Pour sa première interview suite à sa nomination officielle, Le futur secrétaire général poursuit l’offensive lancée mercredi par Bernard Thibault : "La CGT conteste fortement les volets essentiels du dispositif" présenté mardi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en soutien à la compétitivité avait-il lancé. Le syndicat dénonce "une vaste campagne consistant à culpabiliser les salariés sur le coût du travail", mais aussi le financement du plan, via la hausse de la TVA, "un impôt très inégalitaire".

Autre point de contestation, les 20 milliards d'euros de crédit d'impôt prévus par le plan, "vont bénéficier à toutes les entreprises y compris à celles qui distribuent des dividendes. C'est inacceptable pour nous". Surtout que ces milliards "s'ajoutent à 160 mds d'exonérations déjà accordées. Je dis stop".

  • Et de rappeler que pour l’instant, "87 manifestations et rassemblements sont prévus" le 14 novembre à l’appel de la Confédération européenne des syndicats, dont sont membres notamment la CGT et la CFDT.

  • Thierry Lepaon, le successeur de Bernard... par rtl-fr

16/04/2012

Groupe GDF SUEZ : Rentabilité financière contre service public

crisexplicnul.jpgLe groupe GDF SUEZ va verser, encore une fois, plus de 3,3 milliards d’euros de dividendes.

L’essentiel des ressources de GDF SUEZ provient des dividendes versés par les filiales : 4 milliards d’euros remontés sur l’exercice 2011 dont plus de 3 milliards proviennent des filiales historiques de Gaz de France de Transport, Distribution, Stockage et Terminaux Méthaniers.

Ainsi, c’est le service public de Gaz de France qui sert de pompe à finances pour les actionnaires du groupe privatisé GDFSUEZ. Ceci a des graves conséquences : course au rendement dans ces filiales essentielles pour le service public, restriction sur les moyens et sur l’emploi, limitation des investissements, dégradation de la qualité de service, endettement.

Pour GrDF (distribution du gaz) qui a dû remonter près d’1,6 milliard en 2011, la trésorerie a été asséchée, l’endettement a progressé de 500 millions, les investissements en développement du réseau sont freinés.

Pour GRT gaz (transport du gaz) qui a dû remonter plus d’1,1 milliard en 2011, l’endettement est en augmentation constante et atteint un ratio « dettes sur capitaux propres » de presque 100%. Rappelons la scandaleuse cession en 2011 par GDF SUEZ à la Caisse des Dépôts, des 25% du transport gaz pour plus de 40 fois le prix d’achat initial à l’Etat français en 2004. Alors qu’il est prévu un programme de grands travaux sur les années à venir, GDF SUEZ continue à tirer des liquidités au lieu de les laisser dans la filiale pour y faire face. On va, d’ici quelques années, atteindre un ratio d’endettement de 200%.

Cela prouve que c’est une logique purement financière qui gouverne le Groupe, bien loin des intérêts publics de l’énergie.

C’est ce que démontre cruellement l’exemple des appels d’offre pour l’éolien en mer. GDF SUEZ a été non seulement battu là où il était en concurrence avec d’autres projets, mais a été refusé sur le projet qu’il connaissait le mieux et où il était tout seul à déposer une offre. La raison ? La rentabilité financière exigée.

La Direction elle-même explique qu’elle avait des « critères de rentabilité très stricts », et que l’entreprise respecte « une discipline financière ». Résultat : GDF SUEZ alimente la crise en Europe en se désengageant de tous les projets d’envergure pour investir dans les pays émergents jugés plus profitables.

Cette dérive financière du Groupe suite à la privatisation de Gaz de France conforte son incompatibilité avec une véritable politique énergétique au service des populations, du développement et de l’environnement. Le Groupe n’a pas l’ambition de participer au service public de l’énergie en France mais simplement l’intention d’en prélever toutes les ressources possibles pour financer ses actionnaires et son développement dans les pays émergents.

Et cela, avec la complicité du gouvernement puisque l’Etat, 1er actionnaire à 35%, valide forcément les choix du groupe.

La FNME-CGT et la coordination CGT du groupe GDF SUEZ considèrent que l’argent des consommateurs doit servir à investir, à améliorer la qualité des installations et de service public, à développer l’emploi et les compétences, pour répondre à leurs besoins. Il ne doit pas être confisqué par les actionnaires privés qui ont fait main basse sur le service public du gaz en 2008, d‘autant que les usagers en subissent déjà les conséquences par la dégradation du service public et par le scandale des hausses tarifaires.

Communiqué de la CGT GDF-SUEZ et Mines Énergie

 

16:25 Publié dans Actualités, Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gdf, dividendes, investissement, cgt | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!