Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2012

JO LONDRES : Des questions (sélectives) sur des champions

sport, cyclisme, dopage, jeux olympiques londres 2012Les exploits des nageuses américaines et des cyclistes anglais ne suscitent aucune interrogation, contrairement aux records de la chinoise Ye Shiwen.

Envoyé spécial. Selon que vous soyez chinoise ou américaine, on vous fera suspecte ou génie… Un parfum de « néocolonialisme », voire de délit de sale gueule, flotte encore sur les bassins, stades et vélodromes. La preuve.

Après le double titre olympique de Ye Shiwen, une foison d’articles se sont penchés sur les temps (vraiment) canons réalisés par la jeune nageuse chinoise. Dans le registre de la suspicion, on n’a pas fait mieux que John Leonard, le directeur de l’Association internationale des entraîneurs de natation : « L’histoire de notre sport montre que chaque fois que nous assistons à quelque chose – et je mets ça entre guillemets – d’“incroyable”, il se révèle ensuite qu’il y avait dopage. »

À la limite, le doute permanent peut constituer une méthode d’appréhension des exploits sportifs. Mais elle doit alors s’appliquer à tous, tout le temps. Or, on n’a guère entendu l’entraîneur américain les jours suivants, alors que l’Aquatic Centre retentissait d’exploits des Américains. Rebecca Soni, à deux reprises en deux jours, et Missy Franklin ont amélioré les records du monde de leur spécialité (200 m brasse et 200 m dos), détenus par des athlètes portant, alors, les combinaisons « magiques » en polyuréthane (aujourd’hui interdites). Vendredi, Katie Ledecky, quinze ans, a remporté la médaille d’or du 800 mètres en améliorant son propre record de plusieurs secondes. Silence radio.

Même ambiance sur la piste du vélodrome. Dix records du monde ont été améliorés, dont huit par les seuls compétiteurs britanniques. L’équipe masculine de poursuite en a pulvérisé deux en vingt-quatre heures et leurs compatriotes féminines trois… Au total : une seconde et demie de mieux pour chaque équipe. Seule voix à s’étonner : celle de la directrice technique nationale du cyclisme français, Isabelle Gautheron, qui s’est déclarée « perplexe » devant ces performances. « Ils n’ont pas dominé depuis quatre ans, ils faisaient partie des meilleures équipes avec l’Australie, l’Allemagne et la France. Là, ils écrasent tout le monde. Les filles mettent quatre secondes aux autres (en poursuite). » Si elle estime qu’« il ne faut pas jeter un doute quand il y a des performances », elle ne s’interroge pas moins : « Ont-ils une technologie ? Un secret de préparation ? Il faut qu’on fasse de l’intelligence sportive pour savoir comment ils peuvent faire pour être si forts. » La presse anglo-saxonne n’a évidemment pas repris un mot de ces déclarations.

C. D. pour l'Humanité

30/01/2011

Claude Onesta. « Face à la fatalité, seules les utopies changeront le monde »

 

Onesta, Hand Ball, champion du mondeEntraîneur charismatique de l’équipe de France de handball, Claude Onesta est aussi un homme de gauche. À l’occasion du Mondial en Suède, que les Bleus débutent ce soir face à la Tunisie, il revient sur son parcours. Et ses idées.

Aux commandes de l’équipe de France de handball depuis 2002, Claude Onesta a failli être remercié plusieurs fois avant de devenir l’entraîneur français le plus titré dans un sport collectif, avec quatre titres majeurs (Euro 2006 et 2010, JO 2008 et Mondial 2009). Issu d’une famille communiste ayant fui l’Italie de Mussolini, le sectionneur est aussi un citoyen qui ne mâche pas ses mots.

Que vous inspire votre parcours 
à la tête des Bleus ?

Claude Onesta. À ma nomination, j’ai ressenti une grande fierté et une grande responsabilité. Longtemps, je me suis posé la question de ma capacité à être utile. L’équipe de France s’était positionnée sur le devant de la scène et je savais qu’on ne demeure pas dans ce métier sans résultat. Mais ce dont je suis le plus fier, c’est d’avoir réussi en restant fidèle à l’idée que je me fais du rôle d’entraîneur et d’éducateur.

Vous avez dû attendre cinq ans avant de remporter votre premier titre (Euro 2006). Avez-vous douté ?

Claude Onesta. Oui. Heureusement, il y a eu ces podiums venus valider le travail accompli (bronze aux Mondiaux 2003 et 2005). Mais la vraie souffrance, ce sont les JO d’Athènes, en 2004. Avec le recul, je me rends compte qu’on s’était autopersuadés que nous étions parmi les favoris, ce qui n’était pas vrai. On chute contre la Russie en quart de finale, alors qu’on restait sur cinq victoires d’affilée. Cela a été un véritable traumatisme car les JO sont un investissement majeur, le groupe vit ensemble durant deux mois…

Sans la médaille de bronze 
au Mondial 2005, ne croyez-vous pas que l’équipe de France aurait 
implosé et que son destin, ainsi que le vôtre, aurait été bien différent ?

Claude Onesta. Tout à fait. On voit bien, quand commence ce Mondial, que l’équipe est encore convalescente. D’emblée, on perd contre la Grèce, puis on réalise un nul contre la Tunisie. Il ne nous reste alors plus qu’un match face aux Danois, et on sait que celui qui le perdra rentrera chez lui. Ce match est celui de la vie ou de la mort. Si on ne l’avait pas remporté, je pense que mon aventure de sélectionneur se serait arrêtée là et cela m’aurait paru normal qu’on demande ma tête.

Comment vivez-vous ce premier 
titre en 2006 ?

Claude Onesta. C’est une délivrance. Ce titre est celui qui m’a provoqué le plus de plaisir immédiat et d’apaisement. Tout d’un coup tu vois défiler ta vie, tes parents, tes premiers entraîneurs… J’étais en lévitation.

C’est quoi la méthode Onesta ?

Claude Onesta. Je délègue beaucoup à des collaborateurs autonomes et créatifs, choisis pour leurs compétences et à qui je laisse une entière liberté. Chacun amène ses idées et j’arbitre. Et c’est pareil pour les joueurs. L’idée, c’était de passer du jeu de l’entraîneur à celui de l’équipe. On a beaucoup discuté avec les joueurs. Je suis devenu un chef d’orchestre qui doit faire jouer des virtuoses tout en dosant leur part de liberté. Si on leur en laisse trop, ou pas assez, on n’arrive pas à l’harmonie.

Votre famille a fui l’Italie 
de Mussolini. Racontez-nous…

Onesta, Hand Ball, champion du mondeClaude Onesta. Je suis issu d’une famille de communistes qui ont quitté l’Italie des années 1930, direction le Brésil. Après avoir trimé trois ans dans les champs de café, ils sont revenus en Europe. Une partie de la famille s’est installée dans l’Est pour travailler dans la sidérurgie, et l’autre, la mienne, du côté d’Albi, où il y avait du travail dans les usines. Mon père était syndicaliste cégétiste, il était de toutes les manifs. Je l’ai même vu prendre le fusil pour aller garder la bourse du travail à Toulouse ! Chez nous, il n’y avait pas de crucifix mais les portraits de Lénine et du Che. Parfois, j’ai trouvé excessifs certains comportements et je me suis accroché avec mon père sur le stalinisme. Mais ce combat dans l’intérêt du plus grand nombre et des plus faibles m’a toujours semblé indispensable. Aujourd’hui, je continue à être un homme de gauche, même si je me demande parfois où elle est et qui la représente.

Quel regard portez-vous 
sur la société actuelle ?

Claude Onesta. Ce qui m’agace, c’est le cynisme du capitalisme financier. On nous vend ça comme une fatalité, et le fait qu’il y ait de plus en plus de richesses et qu’elles soient de moins en moins réparties me rend de plus en plus utopiste. Les utopies sont ce qui a permis au monde de changer. Qui aurait dit qu’en France la Bastille serait prise et le roi décapité ?

Vous prônez la révolution ?

Claude Onesta. Non, mais je dis qu’il n’y a pas de fatalité. L’Amérique du Sud s’est défaite de la mainmise des États-Unis. Qui aurait dit, il y a trente ans, que tous ces pays seraient gouvernés par la gauche ? Quand je vois que des gens dans le besoin se nourrissent grâce à un amuseur public et qu’on finit par trouver ça normal… Aujourd’hui, ce sont les associations qui font le travail de l’État. On ne nous parle plus que de diminuer la dette publique, et maintenant il faudrait que l’éducation soit rentable, on croit rêver.

Alors qu’un service public, par définition, n’a pas à être rentable…

Claude Onesta. Et bien sûr que non ! Et c’est justement parce qu’on investit dans l’éducation qu’on mise sur l’avenir. On a vu que les financiers ont failli tout faire péter, et un an après ils ont déjà remboursé tout l’argent prêté et ils recommencent…

Comment l’entraîneur a vécu le débat sur l’identité nationale étant donné la diversité de l’équipe de France 
de handball ?

Claude Onesta. Ce débat traduit le comportement de gens qui, devant la difficulté, se contractent et se protègent. La force du sport français et de la société française, c’est son métissage. Il faut se servir de cette richesse qu’est la diversité. Quand on essaie de nous dire qu’il y a des gens qui sont plus français que d’autres et que c’est en foutant tous les autres dehors que ça va arranger les choses… C’est une illusion de croire qu’en rejetant l’autre on va se protéger et vivre mieux. C’est de la science-fiction. ça n’a pas de sens, et c’est imbécile.

Entretien réalisé par 
Nicolas Guillermin pour l'Humanité

20:12 Publié dans Entretiens, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : onesta, hand ball, champion du monde | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!