Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2018

CISJORDANIE : VIOLENCES ISRAELIENNES

Cisjordanie.jpg

L'armée israélienne a présenté mardi un ordre d'expulsion aux habitants de Khan al-Ahmar, leur annonçant la saisie des routes d'accès à ce village qui compte 173 habitants et une école, selon B'Tselem, ONG israélienne opposée à l'occupation des territoires palestiniens.

Des équipements lourds, dont un bulldozer, ont été déployés mercredi autour de la localité, ce qui a entraîné des jets de pierres de la part de manifestants puis des affrontements avec les forces de l'ordre israéliennes.

«Les préparatifs de la destruction du site ont été mis en place (mercredi) matin et plusieurs personnes ont été arrêtées alors qu'elles protestaient pacifiquement en bloquant un bulldozer», a affirmé dans un communiqué Amit Gilutz, porte-parole de B'Tselem.

Plus de 30 personnes ont été blessées, dont quatre ont été hospitalisées, selon le Croissant-Rouge palestinien.

Onze personnes ont été arrêtées pour avoir «dérangé les forces de l'ordre», selon un communiqué de la police israélienne qui a ajouté que 3 policiers avaient été blessés durant les affrontements.

Khan al-Ahmar est situé à l'est de Jérusalem, sur la route menant à la mer Morte, près de plusieurs colonies israéliennes.

Selon les autorités israéliennes, ce village a été construit illégalement et la Cour suprême a rejeté en mai un appel des habitants contre la démolition.

Les habitants du village et les militants de B'Tselem soulignent de leur côté que l'obtention de permis de construire par des Palestiniens de la part des autorités israéliennes est pratiquement impossible dans ce secteur de Cisjordanie occupée.

Les autorités israéliennes ont proposé aux habitants de s'installer dans un autre secteur de la région.

Alistair Burt, ministre d'État britannique chargé du Moyen-Orient, avait visité le village en mai et appelé le gouvernement israélien à faire preuve de retenue, affirmant qu'une expulsion «pourrait constituer un transfert forcé du point de vue des Nations unies».

Un transfert forcé de population est considéré comme une violation de la Convention de Genève.

«Nous condamnons dans les termes les plus forts cette action israélienne de démolition et de nettoyage ethnique de la communauté bédouine», a affirmé mercredi devant des journalistes Saëb Erakat, un haut responsable palestinien.

Par ailleurs, les forces de l'ordre israéliennes ont détruit des structures d'habitations et agricoles dans le village bédouin voisin d'Abou Nuwar, laissant 62 personnes sans domicile, d'après B'Tselem.

Selon cette ONG, la poursuite de la construction dans les colonies israéliennes situées à l'est de Jérusalem pourrait aboutir à une division entre le nord et le sud de la Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis plus de 50 ans.

Sources La Croix

18:23 Publié dans Actualités, International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cisjordanie, israël, bédouins | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

12/04/2018

400 enseignants dénoncent la réforme de l'accès à l'université

université.jpg

TRIBUNE. "Une sélection absurde" : plus de 400 enseignants dénoncent la réforme de l'accès à l'université Sélection qui ne dit pas son nom, manque de places dans les facs...

Des enseignants dénoncent sur franceinfo la réforme de l'université.  Lundi 9 avril, certains enseignants de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ont reconduit la grève votée jeudi, apportant leur soutien aux étudiants qui bloquent depuis plusieurs jours le site de Tolbiac. Leurs collègues de Lille menacent, quant à eux, de ne pas examiner les candidatures des futurs bacheliers souhaitant intégrer une filière universitaire. Dans une tribune à franceinfo, 425 enseignants dénoncent une "réforme absurde" et expliquent pourquoi ils soutiennent les étudiants contestataires. Ils s'expriment ici librement. 


Nous, enseignants à l'université, soutenons et accompagnons les étudiants dans leur contestation de la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE) et de Parcoursup depuis le début de leur mouvement.

Notre prise de position s'explique d'abord par notre rejet de toute forme de sélection à l'entrée de l'université. Or, la nouvelle loi instaure une sélection hypocrite. D'un côté, les responsables gouvernementaux refusent catégoriquement d'utiliser ce mot. Mais, de l'autre, on nous demande de classer les candidatures de sorte qu'un couperet tombera une fois les capacités d'accueil des filières saturées. Parcoursup est en effet conçu de telle façon qu'on ne peut y introduire des ex æquo, sauf à déployer des trésors d'ingéniosité informatique.

"Un mode de sélection se substitue à un autre"

Le gouvernement défend sa loi en invoquant une politique d'orientation destinée à pallier les échecs en premier cycle. Mais il ne donne aucun moyen pour mettre en place les cours de mise à niveau, dont il annonce unilatéralement la mise en place.

L'affirmation récente de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, qui évoque un milliard d'euros destiné à la refonte du premier cycle est une "fake news" - c'est-à-dire, en réalité et en français, de la propagande.Des enseignants d'université à franceinfo

Un milliard d'euros représente 7,5% du budget total 2018 de l'Enseignement supérieur (13,4 milliards d'euros). Une dotation supplémentaire d'un milliard d'euros, rien que pour le premier cycle, devrait être largement visible, ce qui n'est pas le cas. Et, à notre connaissance, aucune loi rectificative du budget n'est annoncée.

Autre argument utilisé par le gouvernement : rien ne serait pire que le tirage au sort pratiqué l'année dernière via le logiciel admission post-bac (APB) pour 1% des bacheliers dans les filières en tension. En réalité, le système APB a révélé l'impossibilité d'accueillir tous les étudiants, faute de place et de moyens. En juillet 2017, le ministère a reconnu que 87 000 demandes d'inscription n'étaient pas satisfaites, soit plus du quart du total des nouveaux entrants à l'université en 2016 ! Le fait qu'un mode de sélection (sur dossier, pour tous les bacheliers) se substitue à un autre a pour objectif presque avoué de différer, sinon d'écarter dans l'immédiat, un certain nombre de candidats.

Le problème posé par le nombre de candidatures n'a pas disparu. Au contraire, on sait, pour des raisons démographiques, qu'il va se tendre davantage. L'année 2018-2019 correspond au baby boom de l'an 2000 et se traduit par une explosion démographique prévisible depuis longtemps.

Le gouvernement préfère la sélection au financement des universités à la hauteur des besoins.

Or, toute la politique du gouvernement est fondée sur la volonté de ne pas donner davantage de moyens à l'Enseignement supérieur, malgré les difficultés auxquelles il est confronté depuis des années. 

"Elever le niveau de ceux qui ne l'ont pas encore"

manifs étudiants.jpgSi nous soutenons les étudiants, c'est enfin parce que nous assistons, impuissants, à une inexorable dégradation de l'enseignement supérieur depuis une vingtaine d'années. Les dix dernières années ont été marquées par la réduction drastique des budgets et le gel des créations de postes à l'université.

N'oublions pas que la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) de 2007 a donné lieu en 2009 à une grève de plusieurs semaines dans l'enseignement supérieur, la plus longue jamais enregistrée. Depuis, la situation n'a cessé d'empirer.

Le service public de l'enseignement supérieur se dégrade autant, sinon plus, que celui du transport ferroviaire ou des hôpitaux.Des enseignants d'universitéà franceinfo

Il serait vain, nous dit-on, d'accueillir davantage d'étudiants à l'université dès lors qu'ils n'ont pas le niveau. Ce serait un gaspillage des deniers publics ! Mais la finalité de l'Education nationale n'est-elle pas d'éduquer et de former ? Ce qui fait la noblesse de notre métier n'est-il pas d'élever le niveau de ceux qui ne l'ont pas, c'est-à-dire pas encore ? Quel serait notre rôle s'il s'agissait seulement de dispenser des cours à ceux qui n'ont aucun problème et qui ont la chance d'avoir le niveau et d'être doués pour les études supérieures ? 

Qui prétendrait avoir trouvé son chemin à 16 ans ou 18 ans comme l'imposent Parcoursup et la loi ORE ?

L'université est un formidable révélateur de talents, un lieu où s'expérimente l'autonomie, où se développe l'esprit critique. Bon nombre d'étudiants qui ont fait des études brillantes à l'université n'étaient pas des élèves remarquables dans le secondaire et n'ont pas eu une bonne mention au baccalauréat. Auraient-ils été retenus si la sélection s'était appliquée alors ? Pourquoi devrions-nous abandonner ce vivier et renoncer, par une sélection absurde, à donner leur chance à tous ceux qui ont le degré minimum, à savoir le baccalauréat ? La France est-elle riche à ce point de talents avérés pour que les enseignants renoncent à leur vocation première : former, éduquer et faire progresser vers les meilleurs niveaux ?

 

Signataires : Lyu Abe, Université de Nice Sophia-Antipolis (06), Catherine Adloff, Université Savoie Mont Blanc (74), Thomas Alam, Université de Lille (59), Florence Alazard, Université de Tours (37), Sophie Albert, Université Paris-Sorbonne (75) , Christèle Allès, Université de Nantes (44)   Eric Alliez, Université Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis (93)   Virginie Althaus, Université de Rouen (76)   Charles Alunni, Université Paris 8 (93) / École Normale Supérieure (75)   Maxime Amblard, Université de Lorraine (54)   Virginie André, Université de Lorraine (54)   Armelle Andro, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Saverio Ansaldi, Université de Reims Champagne- Ardenne (51)   Dominique Archambault, Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis (93)   Chantal Aspe, Aix-Marseille Université (13)   Isabelle Aubert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Marc Bailly-Bechet, Université Nice Sophia-Antipolis (06)   Mohammed Bachir, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Marie-Hélène Bacqué, Université Paris Nanterre (92)   Ludivine Bantigny, Université de Rouen (76)   Sabine Barles, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Christophe Baticle, Université de Picardie Jules Verne (80) Dominique Batoux, Aix-Marseille Université (13) Jauffrey Berthier, Université de Bordeaux Montaigne (33)   Cécile Bianchi, Aix-Marseille Université (13)   Hervé Billard , Université Bretagne occidentale (29) Vincent Béal, Université de Strasbourg (67)   Véronique Beaulande-Barraud, Université de Reims (51)   Eric Beaumatin, Université Paris 3 (75)   Emmanuelle Bénicourt, Université Picardie Jules Verne (80)   Jocelyn Benoist, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Christophe Benzitoun, Université de Lorraine (54) Sylvie Bepoix, Université de Franche-Comté (25)   Christian Berner, Université Paris Nanterre (92)   Sandrine Berroir, Université Paris Diderot (75)   Jerôme Berthaut, Université de Bourgogne (21)   Christine Bertrand, Sorbonne Université (75)   Magali Bessone, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Bertrand Binoche, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Élodie Blestel, Université Paris 3 (75)   Brigitte Blondet, Université Paris Est Créteil (94)   Géraldine Bois, Université de Lorraine Nancy (54)   Christian Bonnet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Stéphane Bonnéry, Université Paris 8 (93)   Yann Boniface, Université de Lorraine (54)   Yannick Bosc, Université de Rouen (76)   Martine Boudet, Université Toulouse Jean Jaurés (31)    Marion Boudier, Université d’Amiens (80)   Antoine Boulangé, Sorbonne Université (75)   Joël Boulier, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Nicolas Bourgeois, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Chahira Boutayeb, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Vincent Bonnecase, Science po Bordeaux (33)   Corine Bonningue, Université Toulouse 3 (31)   Sylvain Bordiec, Université de Bordeaux (33)   Anne Bory, Université de Lille (59)   Senouci Boucif, Université Haute Normandie (76)   Vanina Bouté, Université de Picardie (80)   Nicolas Bourgoin, Université de Franche-Comté (25)   ​​​Raphaëlle Branche, Université de Rouen (76)   Jean-Baptiste Brenet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Serge Bresson, Université Picardie Jules Verne (80)   Guillaume Bridet, Université de Bourgogne (21)   Olga Bronnikova, Université Grenoble Alpes (38)   Cédric Brun, Université Bordeaux-Montaigne (33)   Mathieu Brunet, Aix Marseille Université  (13)   Isabelle Bruno, Université de Lille (59)   Fanny Bugeja-Bloch, universelle Paris Nanterre (92)   Didier Busca, Université Toulouse Jean Jaurès (31)   Marie Buscatto, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Mireille Cabané, Université de Lorraine (54)   Florence Cabaret, Université de Rouen (76)   Patricia Caillé, Université de Strasbourg (67)   Ronan de Calan, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Silvia Capanema, Université Paris 13 (93)   Marcel Carbillet, Université de Nice Sophia-Antipolis (06)   Mathilde Carrive, Université de Poitiers (86)   Florent Castagnino, Université Paris Est Marne-la-Vallée (77)   Nicolas Castel, Université de Lorraine (54)   Peggy Cénac, Université de Bourgogne (21)   Olivia Chambard, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Pierre Chantelot, Université Paris-Est Marne-la-Vallée (77)   Cécile Chapon, Aix-Marseille Université (13)   Sébastien Charbonnier, Université de Lille (59)   Christophe Charle, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Marie-Claude Charpentier, Université de Franche-Comté (25)   Marie Charvet, Université de Nantes (44)   Rudy Chaulet, Université de Franche-Comté (21)   Nathalie Chauvac, Université Toulouse Jean Jaurès (31)   Gilda Charrier, Université de Bretagne Occidentale (29)   Marie Chenet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Marion Chottin, IHRIM CNRS (69)   Verene Chevalier, Université Paris Est Créteil (94)   Pierre Clement, Université de Rouen (76)   Mickaël Clévenot, Université de Bourgogne-Franche-Comté (21)   Robert Coale, Université de Rouen-Normandie (76)    Deborah Cohen, Université de Rouen (76)   Michèle Cohen-Halimi, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis (93)   Beate Collet, Sorbonne Université (75) Jean-Baptiste Comby, Université Paris 2 (75)   Hadrien Commenges, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Carlos Conde Romero, Université de Lorraine (54)   Laurence Corbel, Université Rennes 2 (35)   Paula Cossart, Université de Lille (59)   Sandrine Costamagno, Université Toulouse Jean Jaurès (31)   Christel Coton, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Marie Cottrell, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Laurent Coudroy de Lille, Université Paris Est Creteil (94)   Saskia Cousin, Université Paris Descartes (75)   Nathalie Coutinet, Université Paris 13 - Villetaneuse (93)   Natacha Coquery, Université Lumière Lyon (69)   Geneviève Cresson, Université Lille 1 (59)   Hervé Christofol, Université d’Angers (49)   Marie Cuillerai, Université Paris 7-Diderot (75) / Université Paris 8 (93)     Kim Sang Ong Van Cung, Université Bordeaux Montaigne ( 33)   Fanny Darbus, Université de Nantes (44)   Bruno Dauvier, Aix-Marseille Université (13)   Augustin David, Université Paris 8 (93)   Mary David,  Université de Nantes (44)   Eva Debray, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne  (75)   Estelle Deléage, Université de Caen (14)   Christophe Demarque, Aix-Marseille Université (13)   Steeves Demazeux, Université de Bordeaux Montaigne (33)   Marie-Aude Depuiset, Université de Lille (59) Marie-Laure Déroff, Université de Bretagne Occidentale (29)   Elodie Djordjevic, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Université Paris II Panthéon-Assas (75)   Laurence de Cock, Université Paris-Diderot (75)    Hervé Defalvard, Université Paris Est Marne la Vallée (77)   Pierre Deffontaines, Université de Bourgogne Franche-Comté (21)   Delphine Dellacherie, Université de Lille SHS (59)   Fabien Desage, Université Lille 2 (59)   Stéphane Desvignes, Sorbonne Université (75)   Catherine Deville Cavellin, Université Paris Est Créteil (94)   Estelle d'Halluin, Université de Nantes (44)   Petros Diatsentos, Aix-Marseille Université (13)   Sophie Didier, Université Paris-Est Marne-la-Vallée (77)   Stéphane Douailler, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis (93)   Blaise Douglas, Université de Rouen-Normandie (76)   Milena Doytcheva, Université Lille SHS (59)   Matthias Dressler-Bredsdorff, Sorbonne Université (75)   Isabelle Dubost, Université des Antilles (972)   Pascale Dubus, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Julien Dufour, Université de Lorraine (54)   Stéphane Dufoix, Université Paris Nanterre (92)   Delphine Dulong, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Natalie Depraz, Université de Rouen (76)   Frédéric Dufaux, Université Paris Nanterre (92)  Jean-François Dupeyron, Université de Bordeaux (33)   Pascal Dupuy, Université de Rouen (76)   Florence Eloy, Université Paris 8 (93)   Philippe Enclos, Université de Lille (59) Léo Exibard, Aix-Marseille Université (13)   Corine Eyraud, Aix-Marseille Université (13)   Jean Fabbri, Universite de Tours (37)   Eric Fassin, Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis (93)   Emmanuel Faye, Université de Rouen Normandie (76)   Caroline Fayolle Université de Montpellier (34)   Jocelyne Fernandez-Vest, CNRS / Université Sorbonne-Nouvelle - Paris 3 (75)   Benjamin Ferron, Université Paris-Est Créteil (94)   Etienne Fieux, Université de Toulouse 3 (31)   ​​​​​Catherine Filippi-Deswelle, Université de Rouen (76)   Jérémie Foa, Université Aix-Marseille (13)   Sylvie Fol, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Didier Forcioli, Université de Nice Sophia Antipolis (06)   Sabine Fortino, Université de Paris Nanterre (92)   Eric Fournier, Université Paris-1 (75)   Karine François, Université de Lorraine (54)   Jérémy Freixas, Université de Nantes  (44)   Anne Fretel, Université de Lille 1 (59)   Julien Fretel, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Frédéric Fruteau de Laclos, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Muriel Froment-Meurice, Université Paris-Est (94)   Christian Gadchaux, Aix-Marseille Université (13)   Philippe Gajewski Université Paris 8 (93)   Fanny Gallot, Université Paris Est Créteil (94)   Cyril Gallut, Sorbonne Université (75) Edith Galy, Université Nice Sophia-Antipolis (06)   Aline Garnier, Université Paris Est Créteil (94)   Marie Garrau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   François Gaudin, Université de Rouen (76)   Pierre Gautreau, Université Panthéon Sorbonne (75)   Marie-Dominique Garnier, Université Paris 8 (93)   Nadia Garnoussi, Université de Lille (59)   Jean-Luc Gautero, Université de Nice Sophia Antipolis (06)   Emmanuèle Gautier-Costard, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Katia Genel, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Julie Gervais, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne  (75)   Laurence Giavarini, Université de Bourgogne (21)   Pierre Gilbert, Université Paris 8 (93)   Pascal Gillot, Université de Tours (37)   Frédéric Gob, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Mónica González, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (75)   Sylvie Grand'Eury-Buron, Université de Lorraine (54)   Christophe Giudicelli, Université de Rennes (35)   Nicolas Gregori, Université de Lorraine (54) Christophe Grellard, École Pratique des Hautes Études (75)   Tatiana Gründler, Université Paris Nanterre (92)   Florent Guénard, Université de Nantes (44)   Nacira Guénif, Université Paris 8 (93)   Sophie Guérard de Latour, Université Paris-Sorbonne   Bertrand Guillarme, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis (93)    Michèle Guillemont, Université de Lille (59) Fabien Guillot, Université de Caen Normandie (14)   Didier Guy, Université de Strasbourg (67)   Emilie Hache, Université Paris Nanterre (92)   Hamza Hajji, Université Paris 8 (93)   Berenice Hamidi Kim, Université Lyon 2 et Institut Universitaire de France (69)   Claire Hancock, Université Paris-Est Créteil (94)   Matthieu Hély, Université de Versailles St Quentin en Yvelines (78)   Philippe Henry, Université de Franche-Comté (25)   Céline Hervet, Université de Picardie (80)   Isabelle Hirtzlin, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Jennifer Houdiard, Université de Nantes (44)    Myriam Houssay-Holzschuch, Université Grenoble Alpes (38)   Nicolas Hubé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Sophie Jallais, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Richard Jacquemond, Aix-Marseille Université (13)   Lionel Jacquot, Université de Lorraine (54)   Chantal Jaquet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Fançois Jarrige, Université de Bourgogne (21)   Julie Jarty, Université Toulouse Jean Jaurès (31)   Fanny Jedlicki, Université du Havre (76)   Nicolas Jouandeau, Université Paris 8-Vincennes-Saint Denis (93)   Nathalie Jourdan, Sorbonne-Université (75)   Marianne Jover, Université d'Aix-Marseille (13)   Octave Julien, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Tiphaine Karsenti Université Paris-Nanterre (92) Aurélie Knüfer, Université Paul Valéry – Montpellier (34)   Jean-Luc Kop, Université de Lorraine - Nancy (54)   Mustapha Krazem, Université de Bourgogne (21)   Émilie Kurdziel, Université de Poitiers (86)   Gaëlle Lacaze, Sorbonne Université (75)   Jean-Marc Lachaud, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Laurent C.-Labonnote, Université de Lille (59)   Claire Lacour, Université Paris Sud (91)   Fabien Laffont, Université Toulouse 2 (31)   Stéphanie Laguérodie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Xavier Lambert, Université Toulouse 2 Jean Jaurès (31)   Jean Pierre Lanfrey, Université Aix-Marseille (13)   David Lapoujade, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Mathilde Larrere, Université de Paris Est Marne la Vallée (77)   Annie Lacroix-Riz, Université Paris 7 (75)   Nathalie Lebrun, Université de Lille (59)   Amélie Leconte, Aix-Marseille Université (13) Christian Lavault, Université Paris 13 (93)   Sandra Laugier, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Christian Lazzeri, Université Paris Nanterre (92)   Daniel Lebaud, Université de Franche-Comté (25)   Frédérique Leblanc, Université Paris Nanterre (92)   Guillaume Leblanc, Université Paris Est (94)   Eric Lecerf, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis (93)   Gabienne Leconte, Université de Rouen (76)   Laurence Le Douarin, Université de Lille (59)   Philippe Légé, Université Picardie Jules Verne (80)   Vincent Lhuillier, Université de lorraine (54) Thibault Le Corre, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Laurent Lemarchand, Université de Rouen (76)   Claire Lemêtre, Université Paris 8 (93)   Emeric Lendjel, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Yann Leredde, Université de Montpellier (34)   Benoît Leroux,  Université de Poitiers (86)   Marie Leroy-Collombel, Université Paris Descartes (75)   Marie-Pierre Lefeuvre, Université de Tours (37)   Enora Le Quere, Université de Rouen-Normandie (76)   Marie Lesclingand, Université de Nice (06)   Clément Lescloupé, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (75)   Laurent Lespez, Université de Paris-Est Créteil (94)   Cécile Lefèvre, Université Paris Descartes (75)   Yann Leredde, Université de Montpellier  (34)   Brigitte Lion, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Dany Lionel,  Université d'Aix-Marseille (13)   Olivier Long, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Jean-François Louette, Sorbonne Université (75)   Odette Louiset, Université Rouen Normandie (76)   José Vicente Lozano, Université de Rouen Normandie (76)   Isabelle Luciani, Université Aix-Marseille (13)   Armelle Mabon, Université Bretagne Sud (56)   Yves Macchi, Université de Lille, (59)   Pascal Maillard, Université de Strasbourg (67)   Arnaud Maisetti, Aix-Marseille Université (13) Corine Maitte, Universite Paris-Est Marne-la-Vallée (77)   Christelle Manifet, Université Toulouse Jean Jaurès (31)   Patrice Maniglier, Université Paris Nanterre (92)   Eric Marquer, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Jacob Matthews, Université Paris 8 (93)   Benoît Mariou, Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis (93)   Pascal Marry, Université Paris Est Marne la Vallée (77)   Jean-Luc Martine, Université de Bourgogne Franche-Comté (21)   Etienne Matheron, Université d’Artois (62)   Frédérique Matonti, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Nicole Mathieu, CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Quentin Meillassoux, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Sarah Mekdjian, Université Grenoble Alpes (38)   Bernard Mezzadri, Université d’Avignon (84)   Laure Michel, Sorbonne Université (75)   Catherine Mills, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Christophe Miqueu, Université de Bordeaux Montaigne (33)   Hasnia-Sonia Missaoui, Université de Toulouse Jean Jaurès (31)   Guillaume Mazeau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Laurence Maurel, Université de Dijon (21)   Christophe Mileschi, Université Paris Nanterre (92)   Olivier Milhaud, Sorbonne Université (75) Benjamin Moignard, université Paris-Est-Créteil (94)   Jeanne Moisand, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Nicolas Monteix, Université de Rouen (76)   Katell Morand, Université Paris Nanterre (92)   Marie Morelle, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Olivier Morizot, Aix-Marseille Université (13)   Damase Mouralis, Université de Rouen-Normandie (76) Marie-Hélène Mourgues, Université Paris-Diderot (75)   Caroline Muller Université de Reims (51)   Jennifer Murray, Université de Franche-Comté (25)   Alerto Naibo, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Bruno Nazaret, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Emilie Née, Université Paris Est Créteil (94)   Hélène Nessi, Université Paris Nanterre (92)   Frédéric Neyrat, Université de Rouen-Normandie (76)   Alexander Neumann, Université Paris 8 (93)   Bertrand Ogilvie, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis (93)   Julien O'Miel, Université de Lille (59)   Renaud Orain, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Jean-Louis Olive, Université de Perpignan Via Domitia (66)  Marie-Hélène Orthous, Université Avignon-Pays de Vaucluse (84)   Claude Paraponaris, Aix Marseille Université (13)   Armelle Parey, Université de Caen (14)   Alain Parrau, Université Paris 7 (75)   Simon Paye, Université de Lorraine (54)   Thierry Pécout, Université de Saint-Étienne (42)   Etienne Penissat, Université de Lille (59)   Bastien Pereira Besteiro, Université Lyon 2 (69)   Philippe de Peretti, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Corinne Perraudin, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Danielle Perrot-Corpet, Sorbonne Université (75)   Etienne Petit, Université de Lorraine (57)   Claire Pagès, Université de Tours, (37)   Mélanie Plouviez, Université de Nice Sophia Antipolis (06) Héloïse Petit, Université de Lille 1 (59) Matthieu Pichon, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Manon Pignot Université d’Amiens (80)   Catherine Peyrard, Université de Rouen (76)   Nathalie Peyrebonne, Université Sorbonne nouvelle - Paris 3 (75)   Marie Philemon, Université Paris 8 (93)   Hélène Pignot, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Florence Piola, Université Lyon1 (69)   Aurélien Poidevin, Université de Rouen (76)   Sophie Poirot-Delpech, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Raphaël Porteilla, Université de Bourgogne (21)   Jean-Christophe Poully, Université de Caen (14)   Behrang Pourhosseini, Université Paris 8 - Vincennes (93)   Joël Pothier, Sorbonne Université (75)   Plínio Prado, Université Paris 8 - Vincennes (93)   Muriel Pucci, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Christophe Quéva, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Lissell Quiroz, Université de Rouen Normandie (76)   Véronique Rauline, MCF Université Nanterre (92) Christelle Rabier, EHESS - Marseille (13)   Nicolas Rafin, Université de Nantes (44)   Olivier Ramaré, CNRS / Aix-Marseille Université (13)   Paul Rateau, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, (75)   Jean-Yves Rauline, Université de Rouen Normandie (76)   Pablo Rauzy, Université Paris 8 (93)   Manuel Rebuschi, Université de Lorraine (54)   Laurent Regnier, Aix-Marseille Université (13) Emmanuel Renault, Université Paris Nanterre (92)   Judith Revel, Université Paris Nanterre (92)   Nicolas Rialland, Université de Rouen (76)   Jean-Luc Richard, Université de Rennes 1 (35)   Ophélie Rillon, IEP de Bordeaux (33)   Fabrice Ripoll, Université Paris Est Créteil (94)   Olivier Ritz, Université Paris-Diderot (75)   Michaël Rivard, Université Paris-Est Créteil (94)   Jean Rivière, Université de Nantes (44)   Valérie Robert, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (75)   Vincent Robert, Université Paris I Panthéon Sorbonne (75)   Valérie Robin Azevedo, Université Paris V Descartes (75)   Jean-Yves Rochex, Université Paris 8 - Vincennes (93)   Anne Roger, Université de Lyon 1 (69)   Anis Rojbi, Université Paris 8 (93)   Salomé Roth, Université Sorbonne Nouvelle (75)   Marine Roussillon Université d’Artois (62)   Céline Ruet, Université Paris 13 - Villetaneuse (93)   Benjamin Saccomanno, Université de Toulouse Jean Jaurès (31)   Gaël Saint-Cricq, Université de Rouen (76)   Jessica Sainty, Université d'Avignon   (84)   Catherine Samary, Université Paris Dauphine (75)   Samuel F. Sanchez, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (75)   Damien Sauze, Université Lumière Lyon 2 (69)   Michel Savaric, Université de Franche-Comté (25)   Delphine Serre, Université Paris Descartes (75)   Pascal Sévérac, Université Paris Est, (94)   Nicolas Schapira, Université Paris Nanterre (92)   Guillaume Sibertin-Blanc Université Paris-Nanterre (92)   Brigitte Sibille, Université Nice-Sophia Antipolis (06)   Camille Signoretto, Aix-Marseille Université (13)   Wilfrid da Silva,  Sorbonne Université (75)   Arnault Skornicki, Université Paris Nanterre (92)   Pierre Serna, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75) Charles Soulié, Université Paris 8 - Vincennes (93)   Amandine Spire, Université Paris Diderot (75)   Patrick Taïeb, Université de Montpellier (34)   Armelle Talbot, Université Paris Diderot (75)   Pascal Taranto,  AMU   Romain Telliez, Sorbonne Université (75)   Florent Tetard , Université Paris 13 - Villetaneuse (93)   Anne Teulade, Université de Nantes (44)   Nadine Thèvenot, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Claude Thiaudière, Université de Picardie Jules Verne (80)   Marion Tillous, Université Paris 8 (93)   Marc Tomczak, Université de Lorraine (54)   Anne Tomiche, Sorbonne Université (75)   Mathieu Uhel, Université de Caen (14)   François Valegeas, Université Paul-Valery Montpellier 3 (34)   Boris Valentin, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Eric Valentin, Université de Picardie Jules Verne (80)   Julie Valentin, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Jérôme Valluy, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Patricia Vannier, Université Toulouse Jean Jaurès (31)   Vincent Veschambre, Université de Lyon (69)   Frédéric Verhaegen, Université de Lorraine (54)   Patrice Vermeren, Paris 8 Vincennes Saint-Denis (93)   Catherine Vigier, Université de Rouen (76)   Cécile Vignal, Université de Lille (59)   Noémie Villacèque Université de Reims (51)   Alexandre Vincent, Université de Poitiers (86)   Bruno Vivicorsi, Université de Rouen (76)   Bruno Viaris, Université Paris-Sud (91)   Luc Vincenti, Université Montpellier-III (34)   Christophe Voilliot, Université Paris-Nanterre (92)   Anne-Catherine Wagner, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Geoffrey Williams, Université de Bretagne Sud (56)   Marc Weinstein, Aix-Marseille Université (13)   Maud Yvinec, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (75)   Barbara Zauli, Université Paris 8 - Vincennes (93)   Anna Zaytseva, Université Toulouse 2 (31)   Caroline Zekri, Université Paris-Est Créteil (94)      

17:35 Publié dans Actualités, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : étudiants, université, parcours sup, appel | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

02/03/2018

Pourquoi le gouvernement veut «se faire» les cheminots

Les libéraux et l’ensemble de la bourgeoisie en rêvaient, Macron et ses sbires vont le faire : s’attaquer à l’anomalie néolibérale que constituent la SNCF et ses cheminots, les priver de leur régime et de leur statut pour en faire une main d’œuvre moins coûteuse que vont pouvoir se répartir les entreprises privées qui se jetteront sur le juteux marché du rail lorsqu’il sera ouvert à la concurrence

Le réseau, moins rentable, restera à la charge du contribuable, car ce gouvernement est fidèle au premier précepte de ceux qui l’ont précédé : Nationalisez les pertes, privatisez les gains. On ne peut pas se dire surpris, on le sentait venir depuis un moment, avec les intenses campagnes de dénigrement de la SNCF et de ses travailleuses et travailleurs depuis plusieurs mois. Désormais, le gouvernement joue la fermeté thatchérienne et agite la haine et la division parmi la population, en ciblant le cheminot : “Voilà le privilégié !”. Pour contrer cette rhétorique écœurante, plusieurs mensonges sont à dénoncer, plusieurs vérités sont à rétablir :

Depuis les années 1990, la dette de la SNCF a quasiment doublé. De quoi mettre des rictus scandalisés sur le visage de tout chroniqueur libéral, qui adore agiter la dette pour justifier tout et n’importe quoi. Pour le gouvernement, la chose est entendue : Pour résoudre la question de la dette, il faut supprimer le statut des cheminots.

On ne voit pourtant pas bien le rapport. Les effectifs de cheminots n’ont cessé de diminuer : Entre 2005 et 2010, la SNCF a supprimé 14 200 postes et 4 500 entre 2010 et 2015. Pourquoi coûteraient-ils de plus en plus cher ?

Alors, qui s’amuse à creuser la dette ? Les investissements colossaux des dernières décennies pour la construction de lignes grandes vitesses (LGV), obsession contemporaine pour relier des métropoles entre elles, sont bien plus responsables. Prenons l’exemple de la LGV Bordeaux-Tours : Lisea, société créée par Vinci qui reste son principal actionnaire, devait financer entièrement le chantier de la LGV Tours-Bordeaux au sein d’un “partenariat public-privé”. Or, elle n’a finalement consenti qu’à 2,4 milliards d’euros sur les 7,6 de coût total, le reste au frais de subvention publique et de la SNCF. En outre, elle a aussi fait pression pour augmenter le nombre de rames, bien au dessus des besoins du marché et donc plaçant l’opérateur, la SNCF, dans une situation de client captif et à perte. Pourtant, Lisea percevra durant 44 ans la totalité des péages. Addition annuelle pour la SNCF : 250 millions d’euros de déficit annuel.

Qui creuse la dette ? Les politiques et hauts cadres de la SNCF qui ont consenti des montages aussi foireux au profit du privé, ou les cheminots ? L’argument du gouvernement reviendrait à dire que nous payons plus cher nos autoroute à cause de leurs agents d’entretiens, alors que chacun sait désormais qu’en vendant des autoroutes déjà rentabilisés à des sociétés privés (dont Vinci), l’Etat s’est tiré une balle dans le pied, et a flingué notre portefeuille.

“C’est scandaleux que les cheminots conservent leur statut alors que des agriculteurs n’ont pas de retraites”

Si l’on suit ce raisonnement, il est scandaleux que des agriculteurs ait un toit alors que des tas de SDF dorment dans la rue par ce froid. Il est scandaleux que des gens aient un CDI pendant que d’autres sont en intérim. Scandaleux que les infimières des hôpitaux se plaignent de leurs conditions de travail alors que c’est encore pire dans les EHPAD. Mais n’est-il pas plus scandaleux que les 1% les plus riches de notre pays ait capté 82% des richesses créées en 2017 ?

Oui, c’est nettement plus scandaleux car il y a un lien de cause à effet : Nous subissons tous, à des degrés divers, l’accaparement des richesses par les 1% les plus riches, alors que, non, le statut des cheminots ne fait de mal à personne, surtout pas aux agriculteurs, qui ont bien d’autres ennemis : la Grande distribution, les coopératives et les sociétés comme Lactalis, les fabricants de pesticides qui leur donne le cancer… Mais pas les cheminots ! Le statut des cheminots aura beau être supprimé, ça ne tombera pas dans les proches des agriculteurs ou des salariés du privé, bien au contraire !

Avec la réforme par ordonnances de la SNCF, le gouvernement suit une stratégie déjà mise en oeuvre par Thatcher et Reagan au Royaume-Uni et aux Etats-Unis : S’en prendre aux secteurs les plus syndiqués, les plus solidaires (les contrôleurs aériens pour Reagan, les mineurs pour Thatcher), attirer la vindicte de la population contre eux, leur supprimer leurs droits… Et ce faisant, réduire la norme générale en terme de droits sociaux pour tout le monde. C’est ce qui se passe actuellement avec les cheminots. Le gouvernement veut “se les faire”, parce qu’ils évoluent avec un régime de formations, de retraites et d’indemnités qui est très social, trop peu libéral, puisque l’entreprise comme les salariés y cotisent plus : Ce régime est la démonstration qu’on peut prendre une partie de la valeur ajoutée d’une organisation et la répartir équitablement au sein d’un collectif de travail. Or, le gouvernement veut l’inverse pour nous tous : L’ubérisation, où chaque travailleur est isolé et économise tout seul de son coté pour des risques pourtant liés au travail (accidents, maladies, vieillesse…), dont l’entreprise peut se laver les mains, contrairement à la SNCF qui est soumise à de multiples responsabilités sociales et sanitaires.

Qu’est-ce que les autres groupes professionnels vont gagner de la suppression du statut de cheminot ? A court terme, la satisfaction malsaine de se dire que “c’est bien fait pour eux, y’a pas de raison que moi je trime sans compte pénibilité et pour partir plus tard à la retraite, et qu’eux non !” A long terme, un effet simple et avantageux pour le patronat : Il n’y aura plus de catégories “privilégiées” auxquelles vous pourrez vous comparez, de système que vous pourrez revendiquer. Le privilégié, ce sera vous. Le prochain groupe professionnel sur la liste, c’est sans doute le vôtre. Alors, on se réjouit que le mieux loti tombe, ou on se bat avec lui pour avoir la même chose que lui, à savoir une meilleure répartition des gains d’un collectif de travail ?

“L’ouverture à la concurrence va faire baisser les prix et améliorer la qualité du service”.

Pour le gouvernement, détruire l’idée même qu’un régime de retraite puisse permettre de partir plus tôt dans certains cas et que la pénibilité soit prise en compte est un bonus au sein d’une affaire plus vaste : Celle qui consiste à offrir aux entreprises privés qui investiront le lucratif marché du rail dans quelques années la possibilité d’avoir une main d’oeuvre peu coûteuse, sans trop de normes en matière de formation ou de sécurité. Bref, un marché ouvert, déréglementé et sans contraintes.

Et que nous rapportera cette concurrence en lieu et place du sordide monopole actuel ? L’exemple du fret français et du transport de voyageur britannique peuvent nous servir de boule de cristal, et attention les yeux : 

En France, le transport de marchandise a été ouvert à la concurrence en 2006. Le bilan est catastrophique, sauf si l’objectif était de tuer l’activité : Alors qu’en 1947, 75 % des marchandises transitaient en France par le rail, ce taux n’est plus que de 10 % en 2014. De 1990 à 2015, le transport routier de marchandises a crû de 40 % tandis que le transport ferroviaire baissait de 34 %. La part modale du transport routier atteignait 85 % en 2014, contre 82,6% en 2008. La France est le seul pays d’Europe occidentale où le fret s’est effondré à ce point en quinze ans. Pour la SNCF, la concurrence a causé plus du doublement de la dette imputable au fret entre 2008 et 2014, selon la Cour des comptes. Pas les cheminots, l’ouverture à la concurrence du fret !

Si vous traversez la Manche, vous ferez un saut dans un futur plutôt moche : 20 ans après la privatisation de British Rail, la qualité du transport ferroviaire s’est fortement dégradée : Hausse incontrôlée du prix des billets (Estimée à +27% en moyenne depuis 2010), trains supprimés et réduction du personnel conduisent près de deux Britanniques sur trois à souhaiter une renationalisation complète. Ils déboursent chaque mois six fois plus que les Français simplement pour se rendre sur leur lieu de travail. 14% de leur revenu mensuel, très exactement, contre 2% pour les usagers de l’Hexagone.  Sympa non ?

Les récents sondages décrivent une opinion publique soutien du gouvernement. A croire que les salarié.e.s du privé à qui on a retiré une flopée de droits en septembre dernier, les fonctionnaires que le gouvernement harcèle constamment ou encore les personnels des services et du commerce qui croulent sous un management dégueulasse se disent qu’il n’y a pas de raison qu’il existe encore dans ce pays un îlot de travailleuses et de travailleurs qui ont encore une sécurité sociale efficace, qui peuvent partir à la retraite un peu avant que leur boulot ne les tue, qui cotisent plus pour avoir plus de droits.

Qu’il n’y a pas de raison qu’eux aussi ne connaissent pas les affres du RSI, les faibles remboursements de la MSA, les queues aux caisses primaires d’assurance maladie. Ce raisonnement est presque compréhensible quand on sait combien les gens souffrent, mais il est le signe terrible d’un peuple divisé, de travailleuses et de travailleurs pour qui la solidarité de classe a cédé la place au ressentiment entre corporations que les puissants opposent les unes aux autres en bons cyniques qu’ils sont. Eux regardent cela de haut et se marrent : “Qu’ils continuent de cracher sur les cheminots pendant que nous augmentons nos milliards sur leurs dos à tous”. Refusons ce scénario qu’ils ont écrit d’avance pour nous. Faisons dérailler leurs plans dégueulasses et soutenons les cheminots. La manifestation est le 22 mars.

19:36 Publié dans Actualités, Connaissances, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sncf, cheminots, statuts | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

23/02/2018

Nucléaire : pourquoi les partisans de Mélenchon se trompent

nucléaire.jpgQuelques arguments ici autour du nucléaire civil, alors que sont lancées plusieurs campagnes en France en faveur de la « sortie du nucléaire », notamment par les partisans de Mélenchon (FI, PG). Ces campagnes se font à coup de tracts, d’affiches (ci dessous une illustration) avec pour point d’orgue un « référendum » sur le sujet.

Les argumentaires « antinucléaires » que l’on peut lire sur ces tracts ou dans des livrets du « parfait militant » se contentent de jouer sur les peurs, et expédient en quelques lignes la difficile équation énergétique, équation qui doit pourtant tenir compte des besoins mondiaux, de l’épuisement des ressources, et du grave problème du réchauffement climatique et des pollutions en générales.

nucléaire2.jpgAussi remarquons que ces campagnes émanent toutes de partis politiques ou organisations (PG, ELLV, Greenpeace…) qui consacrent pourtant de longs passages de leurs textes fondateurs sur la menace que fait peser le réchauffement climatique à toute l’humanité et l’urgence et la nécessité de le combattre.

Pourtant, il est contradictoire d’affirmer qu’il faut « sortir du nucléaire » en avançant l’argument de la dangerosité, tout en sachant que le GIEC reconnaît clairement que cette énergie sera un des leviers incontournables pour contrer le réchauffement climatique, et en même temps, répondre à une demande mondiale considérable pour 20501 afin de satisfaire au droit à l’énergie si vital pour des milliards d’être humains. Rappelons qu’un réchauffement global de +5°C prévu pour la fin de ce siècle si rien n’est fait, c’est une planète méconnaissable, et qui pourra difficilement nourrir les 10 milliards d’êtres humains qui s’y trouveront. Difficile de balayer cela d’un revers de main si on est un minimum progressiste et internationaliste.

Précisons un peu mieux les données du problème concernant le niveau de dangerosité du nucléaire mais aussi des autres activités industrielles en général  :

L’accident nucléaire

Dans le domaine de l’énergie, le risque d’un accident nucléaire est l’argument le plus fort pour l’arrêt du nucléaire civil. C’est peut-être l’objection la plus sérieuse et la plus fondée à l’utilisation de cette énergie, cela est vrai. Et c’est un point qui revient systématiquement dans les débats, ce qui traduit une vraie préoccupation chez les citoyens.

Le risque qu’un accident majeur se produise en France existe bel et bien, même si sa probabilité est extrêmement faible. Là comme ailleurs, le risque zéro n’existe pas.

Est-ce que, pour autant, cet événement très rare qu’est l’accident majeur, avec des conséquences importantes, doit nous conduire à sortir du nucléaire en France ? Un tel raisonnement, bien que séduisant et somme toute assez confortable, nous conduit à une impasse, et nous amènera à répondre par la négative à cette question.

Tout d’abord, si, parce qu’il y a risque d’un accident, même très faible, il faut sortir du nucléaire, alors il va falloir faire la liste de tous les domaines où il y a des risques comparables, et en sortir aussi si on veut être cohérent et ne pas motiver une telle décision juste pour « surfer » sur une peur. (voir plus loin explication autour de l’accident de Fukushima)

Sortir de l’hydraulique ?

Prenons l’exemple de Grenoble. Cette agglomération est entourée de barrages qui, s’ils venaient à se rompre, produiraient une vague de boue et de débris de la hauteur d’un bâtiment de quatre étages et qui déferlerait sur la ville à près de 200 km/h (scénario catastrophe décrit dans le PPRI2 [Plan de prévention des risques d’inondation]). On disposerait de quelques minutes pour prévenir les 400 000 habitants de l’agglomération. Et cette vague emporterait tout, y compris des usines du secteur de la chimie, avec des produits hautement toxiques qui seraient disséminés.

Le bilan serait catastrophique : des dizaines de milliers de victimes et des vallées polluées à jamais. Bien sûr, on pourra objecter que, pour qu’un barrage se rompe, il faut qu’il y ait de gros défauts de conception et de construction. D’autre part, ce type de rupture donne des signes et prévient, le plus souvent, et donc on aura toujours le temps d’évacuer, et même de réparer le défaut ou de vider le barrage. Mais, comme pour le nucléaire, toutes ces objections ne réduisent pas le risque à zéro. Cela reste malgré tout possible. Alors, faut-il sortir de l’hydraulique ?

Sortir de la chimie ?

Des sites industriels à risque, classés Seveso, sont présents par centaines sur tout notre territoire. Ils touchent essentiellement le secteur de la chimie, crucial dans tous les aspects de nos vies. Sur le Rhône, il en existe qui peuvent déverser des poisons mortels et polluer le fleuve de façon irréversible pour des milliers d’années. Ce sont des scénarios catastrophes qui existent, qui sont très officiels et pris au sérieux par les préfectures. Dans le cas d’une explosion avec déversement de produits hautement toxiques, il y aura des victimes, mais aussi un environnement pollué pour des générations. Et insistons sur ceci : malgré toutes les précautions prises, le risque est réduit mais pas nul. Faut-il pour autant renoncer au secteur de la chimie ?

Arrêter les recherches en biochimie, sur les virus, les bactéries ?

Mettre au point de nouveaux vaccins, comprendre le fonctionnement des virus, faire reculer les maladies, n’est pas sans risque, car la dissémination des germes sur lesquels on travaille pourrait provoquer des catastrophes sanitaires à l’échelle planétaire – cela a inspiré de nombreux films « catastrophes » d’ailleurs. Pour réduire au minimum ces risques, les laboratoires dans lesquels ces recherches s’effectuent sont extrêmement surveillés, avec des protections et des mesures draconiennes. Il y a ainsi de multiples barrières de protection à franchir avant que les virus ne puissent sortir. C’est rassurant, mais, encore une fois, le risque n’est pas nul : il y a toujours une possibilité qu’un supervirus sorte et décime les populations. Ces laboratoires sont dits« P4 »3, il en existe deux en France et une bonne vingtaine dans le monde. Faut-il, au nom du risque d’une possible épidémie mondiale, abandonner pour autant ces recherches, et donc mettre un frein à tout progrès dans le domaine de la médecine ?

Sortir du pétrole, du gaz et du charbon ?

On peut en dire autant de la possible explosion d’un navire transportant du GNL (gaz naturel liquéfié) : une boule de feu de 1 km de diamètre pourrait se former lors d’une telle explosion en plein port (scénario très officiel qui sert de référence aux préfectures). On pourrait aussi parler du risque de marée noire, toujours réel : des millions de tonnes de pétrole avec, plus grave, les métaux lourds contenus dans ce pétrole polluant de façon irréversible des écosystèmes entiers. Nous avons vu également la pollution silencieuse du charbon, qui n’est pas un risque mais une réalité quotidienne. Et ces trois énergies émettent beaucoup de CO2. On pourrait donc aussi parler du risque climatique qui est une catastrophe globale qui pourrait être classée XXL pour ses conséquences en comparaison avec les risques industriels (des centaines de millions de victimes dans un proche avenir ?).

Au nom de tous ces risques, faut-il plutôt prioritairement sortir du pétrole, du gaz, du charbon ?

À partir de ces exemples, on comprend que si on généralise le raisonnement avec le nucléaire, il faudrait alors « sortir de tout », organiser des référendum sur la sortie de l’hydraulique, de la chimie, de la biologie, du gaz, du pétrole, du charbon, ce qui pose tout de même un gros problème.

Et si on reprend la logique de la carte de France imprimé par les partisans de Mélenchon : il n’y aurait plus de place en France où vivre:

Sortir du nucléaire pour entrer dans le charbon et le gaz…

Par ailleurs, il ne faut jamais oublier que sortir de certains risques (par exemple le risque du nucléaire) c’est entrer dans d’autres risques majeurs, qui ne sont d’ailleurs plus vraiment de simples risques, mais des dangers avérés avec des conséquences certaines (les pollutions quotidiennes, le réchauffement climatique, la pénurie d’énergie…). En effet, aujourd’hui, et l’Allemagne le démontre à grande échelle, sortir du nucléaire implique forcément d’entrer dans le charbon et le gaz. Avec le cas allemand, la fable du nucléaire remplacé par de l’éolien et du photovoltaïque, le tout accompagné d’une diminution de la consommation, ne fait plus illusion : ce que les professionnels clament depuis des années finit par s’imposer comme une évidence. On se débarrasse du risque nucléaire pour mieux embrasser les conséquences du charbon et du gaz : les 5°C de réchauffement climatique d’ici 2100, les famines généralisées touchant des milliards d’êtres humains, sans compter l’ empoisonnement par les métaux lourds de la biosphère ainsi que l’acidification des océans .

Tous ces éléments doivent être débattus démocratiquement. Car, après tout, si les citoyens en ont conscience et qu’ils décident malgré tout de « préférer » les risques et pollutions quotidiennes liés aux énergies fossiles, et toutes leurs conséquences à l’échelle planétaire, plutôt que le risque nucléaire, c’est la démocratie qui s’exprime, et ce sera alors une décision légitime. Par contre, ce qui est illégitime, c’est de mettre en avant uniquement les risques du nucléaire, de faire peur en taisant les problèmes que posent les autres alternatives.

Amar Bellal

Amar Bellal, ingénieur de formation (INSA de Lyon), professeur agrégé de génie civil à l'IUT de Rennes, rédacteur en chef de la revue du PCF « Progressistes » et membre du Conseil national du PCF, auteur du livre « Environnement et énergie » (2016). Auteur de « Environnement et énergie, comprendre pour débattre et agir » aux éditions du « Temps des Cerises » 

—————-

POUR APPROFONDIR (pour ceux vraiment intéressés par le sujet)  :

—————————————————–

Le nucléaire, ses pollutions et ses déchets : une spécificité particulière, par rapport aux autres activités industrielles ? Spécificité qui justifierait de bannir cette activité du champs humain ?

Il est ici fait référence aux pollutions dues aux trois accidents nucléaires et à la production des déchets hautement toxiques et à vie longue (plusieurs centaines de milliers d’années). C’est ce qui fait dire à certains que le nucléaire a une spécificité particulière et qu’il doit être banni des activités humaines.

Mais lorsqu’on compare ces pollutions à celles découlant d’autres accidents, notamment du secteur chimique, il n y a pas lieu de placer ce type de pollution comme un phénomène « à part ». L’accident de Bhopal4 ne nous a pas conduits, par exemple, à un débat pour « sortir de la chimie » et ni même à lancer l’idée d’un tribunal pour juger des « crimes de la chimie » ; cette attitude absurde prévaut pourtant lorsqu’il est question du nucléaire civil5. Bhopal a pourtant un bilan plus lourd, sur le plan sanitaire et humain, que tous les accidents nucléaires réunis. La réaction pour le cas de Bhopal a été autre : refonte des normes de sûreté, campagne contre le comportement des multinationales dans le tiers monde… c’est ce type de réaction qu’il faudrait avoir pour le nucléaire. De même, les 100 t de cyanure rejetées dans la biosphère par l’accident de Tianjin6 en août 2015 n’a pas déclenché la création d’un réseau « sortir de la chimie » ni le déroulement de manifestations un peu partout dans le monde.

Inutile de répéter que les déchets chimiques, rejetés quotidiennement par diverses activités industrielles, ont eux aussi une durée de vie infinie et contaminent toute la biosphère en fonctionnement normal (tous les jours, tous les ans). C’est alors bien plus grave que le nucléaire, activité où les rejets ne se font qu’en cas d’accident ! D’autre part, les volumes ne sont pas du tout identiques. Rappelons que la totalité des déchets nucléaires à vie longue, pour tout le parc nucléaire français, depuis sa création jusqu’à nos jours, a un volume de la taille d’une piscine olympique. Rappelons encore une fois que ces déchets sont confinés et maîtrisés : on se préoccupe de leur devenir, et c’est tout le débat autour du site de stockage Cigéo7 . Les déchets chimiques sont au contraire cent fois plus volumineux et sont, eux, tout simplement rejetés dans la nature.

————————————–

Sur l’accident de Fukushima et sur les enjeux de la sureté nucléaire.

Ce qui a entrainé un accident majeur à Fukushima, c’est la perte des systèmes de refroidissement du combustible. Deux scénarios principaux sont alors possibles dans le cas d’une perte de refroidissement, y compris de secours, du réacteur qui conduirait à la fusion du combustible à l’intérieur de l’enceinte de protection.

1. Si l’enceinte de protection remplit son rôle, alors la pollution restera confinée et les populations, après avoir été dans un premier temps évacuées, pourront retrouver leur domicile au bout de quelques jours. Une grosse frayeur, mais pas vraiment de catastrophe : c’est ce qui s’est passé pour l’accident de Three Mile Island (TMI, 1982). Notons que les réacteurs Français sont de ce type, car à l’origine ce sont des réacteurs de conception Etats-uniennes.

2. Si l’enceinte ne remplit pas son rôle, ou le remplit imparfaitement, ou, pis, si elle est inexistante (le cas de Tchernobyl), alors il y a rejet dans l’environnement et on peut s’attendre à des centaines de kilomètres carrés de terre polluée et inhabitable pendant des années, et à de nombreuses victimes si les mesures d’évacuation et de prise de pastilles d’iode n’ont pas été faites rapidement, dès les premiers signes de l’accident. C’est le scénario catastrophe que les autorités de sûreté de tous les pays cherchent à tout prix à éviter.

Il faut donc franchir plusieurs barrières pour en arriver à une catastrophe de type Fukushima : à la fois perte complète de refroidissement (avec des systèmes de secours défaillants) et enceinte qui ne confine pas efficacement la pollution.

En France, il existe une Autorité de sûreté nucléaire indépendante, qui a vraiment le pouvoir de faire arrêter un réacteur si ses prescriptions ne sont pas respectées. Elle a plusieurs fois arrêté le chantier de Flamanville, par exemple. Ajoutons qu’à chaque accident il y a un retour d’expérience.

Attardons-nous sur le cas de Fukushima. Lors de l’accident, l’opérateur japonais, Tepco, a dû procéder à des dégazages, en clair évacuer de l’air fortement pollué de l’intérieur du réacteur vers l’extérieur afin de diminuer la pression de l’enceinte. Si, avant d’évacuer cet air, on l’avait fait passer à travers des filtres à sable8, la pollution à Fukushima (due en partie à ces dégazages) aurait été fortement réduite, car les particules radioactives auraient été piégées par ce dispositif. D’autre part, tout le monde a vu à la télévision les explosions des toits en structures métalliques abritant l’enceinte de protection des réacteurs. Cela est dû à l’accumulation d’hydrogène dégagé à cause des fortes températures dans le réacteur. Avec un simple dispositif qui « piégerait » cet hydrogène, ces explosions auraient été évitées et n’auraient pas endommagé l’enceinte de protection.

Il se trouve que ces deux systèmes – filtres à sable et pièges à hydrogène – ne coûtent que quelques centaines de milliers d’euros, ce qui est, toutes proportions gardées, dérisoire. En France, toutes les centrales disposent de tels systèmes, et ce depuis… les années 1980 ! En effet, à la suite de l’accident de Three Mile Island, les autorités ont imposé de rajouter ces dispositifs sur tous les réacteurs français.

Alors, pourquoi Tepco, en plus de ne pas avoir pris suffisamment au sérieux les conséquences d’un tsunami – les groupes électrogènes de secours, parce que non protégés, ont été inondés par la vague du tsunami –, n’a pas investi dans de tels systèmes connus de tous les opérateurs mondiaux ? Est-ce dû au fait qu’il n’existe pas au Japon d’autorité de sûreté vraiment indépendante qui lui aurait imposé une telle mesure ? En effet, il faut savoir que c’était Tepco qui inspectait les sites de Tepco, avec tous les faux rapports d’inspection et les « arrangements » du fait de la confusion des rôles.

Ce long développement pour bien faire comprendre qu’il n’y a pas de fatalité. La sûreté, cela se construit, cela demande des moyens… et on apprend avec l’expérience. Mais il faut être clair et honnête : le risque nul n’existe pas pour autant, pas même avec des systèmes de sûreté les plus performants. On peut le réduire, et par exemple l’EPR9 est un nouveau réacteur qui divise par dix ce risque par rapport aux réacteurs actuels, mais il ne le réduit pas à zéro. Il subsistera toujours une probabilité qu’un tel événement provoque une catastrophe, y compris en France. Mais comme nous venons de le voir, des catastrophes comparables peuvent avoir lieu dans d’autres secteurs, ce qui nous conduit pas pour autant à prôner la sortie de l’hydraulique, de la chimie etc : la bataille est ailleurs, dans l’entreprise, dans les organisations du travail, dans l’exigence de service public etc…

119 milliards de tep à produire en 2050, voir la contribution du congrès, disponible dans ce blog  : « contre l idéologie de la décroissance, pour un nouveau mode développement et l’émancipation de toute l’humanité » A. Bellal

4. Catastrophe industrielle survenu en Inde en 1984. Le décompte officiel fera état initialement de 3 598  morts, puis de 7 575 en octobre 1995. Les associations de victimes estiment à plus de 20 000 le nombre de décès causés par cet accident (http://www.bhopal.net).

5Un « tribunal d’opinion pour juger les crimes du nucléaire civil » a bien été lancé sous une forme de pétition. Il n y a curieusement pas d’équivalent aussi extrême pour le charbon ou le secteur de la chimie.

7Francis Sorin, « Cigéo : vers un stockage profond pour les déchets nucléaires de forte radioactivité », in Progressistes n10, octobre-novembre-décembre 2015 (revue-progressistes.org).

8Le filtre à sable est un dispositif de sûreté qui n’est utilisé qu’en situation accidentelle grave. Il permet de décomprimer l’enceinte tout en retenant l’essentiel des produits radioactifs.

9EPR : réacteur pressurisé européen, (initialement European Pressurized Reactor, puis Evolutionary Power Reactor). Quatre réacteurs de type EPR sont en cours de construction dans le monde : un en Finlande, à Olkiluoto ; un en France, à Flamanville ; deux en Chine, à Taishan.

10:16 Publié dans Actualités, Connaissances, Planète | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nucléaire, insoumis, pcf, bellal | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!