Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2013

LE MAJORDOME, LE FILM !

majordome.jpg« Les ténèbres ne peuvent pas chasser les ténèbres, seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine, seul l’amour le peut »

Martin Luther King

Allez voir le Majordome, comme je viens de le faire. Pour les combats qui ont été menés et ceux qui restent à mener. Pour tous ceux qui se sont levés pour dire non et qui, souvent en sont morts et pour tous ceux qui sont debout encore aujourd’hui.

Et surtout pour ne pas oublier que racisme, homophobie, discrimination,…sont des maux d’aujourd’hui !!!

N’oublions pas que la bête brune, noire ou marine ne se cache plus. Sa bile nauséabonde se répand au détour de chaque geste de notre quotidien. Restons vigilants, pour ne pas nous réveiller un matin dans un monde dont nous ne voudrions pas !

Christian Pigaglio

LE FILM

majordome-film.jpgDate de sortie . 11 septembre 2013, (2h 10min) Réalisé par Lee Daniels

Avec Forest Whitaker, Oprah Winfrey, Mariah Carey

Le jeune Cecil Gaines, en quête d'un avenir meilleur, fuit, en 1926, le Sud des États-Unis, en proie à la tyrannie ségrégationniste. Tout en devenant un homme, il acquiert les compétences inestimables qui lui permettent d’atteindre une fonction très convoitée : majordome de la Maison-Blanche. C'est là que Cecil devient, durant sept présidences, un témoin privilégié de son temps et des tractations qui ont lieu au sein du Bureau Ovale.

À la maison, sa femme, Gloria, élève leurs deux fils, et la famille jouit d'une existence confortable grâce au poste de Cecil. Pourtant, son engagement suscite des tensions dans son couple : Gloria s'éloigne de lui et les disputes avec l'un de ses fils, particulièrement anticonformiste, sont incessantes.

À travers le regard de Cecil Gaines, le film retrace l'évolution de la vie politique américaine et des relations entre communautés. De l'assassinat du président Kennedy et de Martin Luther King au mouvement des "Black Panthers", de la guerre du Vietnam au scandale du Watergate, Cecil vit ces événements de l'intérieur, mais aussi en père de famille…

 

18/09/2013

FETE DE L’HUMANITE 2013 : AMBIANCE !

fhph2.jpgUne fête de l’Humanité est difficile à raconter : elle se vit, et celle de 2013 plus que d’autres fêtes sans doute !

D’abord parce que la pluie était l’invitée peu attendue notamment le vendredi et le samedi et à donnée un ton particulier avec une convivialité et une chaleur des visiteurs plus fortes sans doute pour compenser sans doute ce temps peu clément, et ensuite parce que dans la situation dans laquelle se trouve ce pays et le monde beaucoup ont voulu, le temps d’une fête exprimer une certaine solidarité et une joie de vivre un peu exceptionnelle.

La fête de l’Humanité c’est une programmation artistique unique avec en 2013 par exemple des chanteurs et des groupes comme Tryo, Archive, Zebda, HK et les Saltimbaks, Sanseverino, Empire Dust…et aussi l’orchestre national de France, l’humoriste Jamel Debouzze et bien d’autres.

fhph1.jpgLa fête de l’Humanité ce sont aussi des centaines de débats politiques ou philosophique sur les sujets les plus divers et parfois inattendus, des rencontres avec des centaines d’écrivains, un meeting immense avec Pierre Laurent, secrétaire national du PCF.

Mais la fête de l’Huma c’est surtout le rendez vous annuel de centaines de milliers de personnes qui échangent, partagent, s’amusent, dansent, vivent le temps d’un week-end un moment incroyable.

fhph.jpgVisiter en trois jours tous les départements de France, les pays de notre planète, écoutez toutes les musiques, côtoyer toutes les générations et tous les origines, c’est cela aussi le fête de l’Huma.

C’est aussi pouvoir accéder à tous les goûts gastronomiques, et à tous les prix, pour tous et dans une ambiance assez fantastique.

A la sortie de cette fête, une seule pensée nous anime, y revenir l’année prochaine…

Diego Diaz pour E-Mosaïque. Texte, photos, vidéo exclusifs E-Mosaïque

 
CUBA 2013 : AMBIANCE ! par E-Mosaique

 

11/09/2013

Il y a quarante ans, le coup d’Etat contre Salvador Allende

chilisept.jpg

Chili, 40 ans. Anniversaire du coup d’Etat de Pinochet (11 septembre 1973, 11 septembre 2013)

"Savez-vous pourquoi il n'y a jamais eu de coup d'Etat aux Etats-Unis ? Parce qu'il n'y a pas d'ambassade des Etats-Unis aux Etats-Unis..." Michelle Bachelet, ancienne Présidente du Chili (fille d'un général assassiné avec la complicité des Etats Unis).

« Nous ne devons pas laisser l’Amérique latine penser qu’elle peut emprunter ce chemin sans en subir les conséquences », martèle le président américain Richard Nixon devant le Conseil national de sécurité le novembre 1970.

L’avant-veille, le président socialiste Salvador Allende a pris ses fonctions. La coalition qui a porté la gauche au pouvoir est fragile, et la Maison Blanche bien décidée a « faire hurler » l’économie du pays. Après des mois de déstabilisation (manœuvres institutionnelles, grèves patronales, manifestations, tentatives de coup d’Etat, etc.), l’armée chilienne intervient.

Elle est soutenue par la presse, par l’organisation fasciste Patrie et Liberté, par le Parti national et par les Etats-Unis.

Le 11 septembre 1973, elle bombarde le palais présidentiel. Quelques heures avant sa mort, au cours d’une ultime allocution radiophonique, Allende déclare : « Ils ont la force, ils pourront nous asservir ; mais on n’arrête pas les mouvements sociaux, ni par le crime ni par la violence. » Débute alors l’une des dictatures les plus brutales qu’ait connues l’Amérique latine : plus de trois mille morts, près de trente-huit mille personnes torturées et des centaines de milliers d’exilés.

Septembre_Chilien.jpgQuelques jours après le coup d’Etat, le réalisateur Bruno Muel se rend sur place, pour témoigner. Avec Théo Robichet et Valérie Mayoux, il réalisera le documentaire Septembre chilien — qui ressort en salles le 2 octobre — dont il raconte ici la genèse.

Laboratoire des politiques néolibérales, le Chili fut également celui de nouvelles méthodes de déstabilisation, comme le révèle le film La Spirale, réalisé (en collaboration avec Chris Marker) par Jacqueline Meppiel, Valérie Mayoux et l’intellectuel Armand Mattelart, qui livrera bientôt ici son analyse de la stratégie de la bourgeoisie chilienne.

Si celle-ci dut s’organiser, c’est que de 1970 à 1973, le Chili aura menacé les intérêts des puissants : de la constitution de solides organisations populaires (lire L’« octobre rouge » chilien et la naissance des cordons industriels) à l’émergence d’une politique étrangère non alignée

.Ce qui explique sans doute qu’après une longue période d’oubli, les étudiants chiliens mobilisés depuis septembre 2011 aient décidé de dépoussiérer l’icône Allende, ainsi que son héritage politique.

Article publié par le Monde Diplomatique


Coup d'Etat Chili 1973 par sybelium

07/09/2013

COTE D'IVOIRE : RIEN NE FREINE LA CYBERCRIMINALITE !

cyber.jpgABIDJAN, 12 août (IPS) - Les autorités de Côte d’Ivoire multiplient les actions pour lutter contre la cybercriminalité dans l’espoir de freiner le phénomène. Mais, elles sont loin d’entamer les ardeurs des pirates de l’informatique dans ce pays d’Afrique de l’ouest.

Dans le quartier de Cocody-Riviera 2, à l’est d’Abidjan, comme dans la majorité des communes de la capitale économique ivoirienne, les cybercafés ne désemplissent jamais. De jour comme de nuit, des clients de tout âge, parfois mineurs, surfent sur Internet.

Mais, loin de faire des recherches pour des travaux scolaires ou universitaires, ils conçoivent plutôt des scénarios pour arnaquer des individus et même des entreprises, a constaté IPS pendant une enquête début-août dans un cybercafé d’Abidjan.

''J’ai tendu mon hameçon en me présentant comme un prince héritier, à qui le défunt père a cédé une très grosse fortune – huit millions de dollars - dans un compte bancaire en Angleterre'', explique Soumahoro Kanvaly*, 16 ans, élève dans un collège secondaire d’Abidjan. ''J’ai demandé que mon contact [sa victime] à Bruxelles m’aide à entrer en possession de mon argent et je lui reverserai la moitié du trésor'', ajoute-t-il à IPS.

Depuis trois mois que Kanvaly échange avec sa victime, il relève lui avoir déjà soutiré huit millions de francs CFA (environ 16.000 dollars). ''Dans les prochains jours, il doit me faire parvenir encore de l'argent et je le mets actuellement en confiance pour éviter que l’affaire ne capote'', affirme-t-il.

A côté du poste de navigation de Kanvaly, est installé Fabrice Kouadio*, 27 ans. C’est lui qui a initié Kanvaly à l’arnaque, après avoir fait de nombreuses victimes, tant en Europe qu’en Côte d’Ivoire.

''Ce qui m’intéresse, ce sont les grosses prises. Je traite toujours les dossiers de plus de 40.000 dollars en faisant croire qu’il y a une entreprise de cacao ou de café à implanter. Je cherche des partenaires et certains mordent à l’hameçon'', raconte Kouadio à IPS, avec un brin d’humour.

Comme Kanvaly et Kouadio, ils sont des milliers de jeunes, communément appelés ''les brouteurs'', à s’adonner à la cybercriminalité en Côte d’Ivoire, faisant de nombreuses victimes à travers le monde.

Pourtant, il y a deux ans, le gouvernement ivoirien avait mis en place une Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC) pour traquer les cybercriminels. Les résultats de son action, selon des experts de la PLCC, sont inquiétants.

Selon un rapport publié le 27 juillet par la PLCC, le phénomène a déjà causé, pour le premier trimestre de 2013, un préjudice financier de cinq milliards FCFA (environ 10 millions de dollars) à des particuliers vivant à l’étranger - 285 personnes en France - et à des entreprises.

Déjà, entre 2009 et 2012, ajoute la PLCC, ce fléau avait représenté une perte de 40 millions de dollars en Côte d’Ivoire, dont 16 millions de dollars au préjudice du géant de l’informatique, Microsoft, qui a également perdu 12 millions de dollars dans 18 autres pays d’Afrique de l’ouest et du centre à cause de la cybercriminalité.

''Le mal va donc en s’amplifiant et la côte d’alerte est atteinte'', souligne avec amertume, Stéphane Konan, responsable de la Direction de l’informatique et des traces technologiques, une police scientifique dont dépend la PLCC. Selon lui, la cybercriminalité se poursuit et se perfectionne en Côte d’Ivoire.

La preuve vient du démantèlement de 22 réseaux de cybercriminels depuis janvier 2013 dans le pays, alors qu’en 2012 seule, 59 réseaux ont été démantelés. En outre, 4.000 dénonciations ont été enregistrées au premier trimestre cette année, contre moins de 2.000 dénonciations en 2012, relève le rapport de la PLCC. Selon Konan, ''59 pour cent des arnaqueurs sont des Ivoiriens''.

''Je me suis fait avoir une fois, lorsqu’un de ces cybercriminels m’a envoyé un mail de l’adresse d’un ami, me disant que ce dernier était bloqué dans un hôtel à Dakar (Sénégal), et qu’il avait besoin de 1.500 dollars pour se sortir d’un ennui. J’ai transféré cet argent et c’est après que je me suis rendu compte de la supercherie'', se souvient Maxime Bilé, directeur d’une entreprise à Abidjan.

''Je souhaite que la loi frappe durement ces individus. Ils ont causé trop tort aux citoyens et aux entreprises'', déclare Bilé à IPS.

A ce jour, 68 individus ont été condamnés en 2012, malgré l’absence d’une loi sanctionnant la cybercriminalité. Parmi eux, Mohamed Kourouma, 33 ans, condamné, en mai 2012, à dix ans de prison ferme pour escroquerie, portant sur une somme de deux millions de dollars à un citoyen suisse.

En mai 2013, le parlement ivoirien a adopté une loi sur la lutte contre la cybercriminalité. Les sanctions vont d’une peine de prison ferme d’un an à 20 ans, assorties d’une amende de 1.000 dollars à 200.000 dollars.

''Qu’est-ce que cela peut changer quand on sait que le phénomène continue depuis l’arrestation de Kourouma qui constitue, pour l’heure, la condamnation la plus lourde?'', demande Timothée N’dabian, un juriste basé à Abidjan.

*Ce sont des noms d’emprunt. (FIN/2013)

Fulgence Zamblé pour Ipsinternational