Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/11/2008

PHOTO TRUQUE

Le Figaro efface la bague au doigt de la ministre de la Justice Rachida Dati

rachidaphotos.jpgLa bague Chaumet de Rachida Dati, d'une valeur de 15.600 euros, a été gommée d'une photo parue en première page du quotidien Le Figaro, mercredi 19 novembre. "On l'a fait dans le feu de l'action pour éviter que l'attention se focalise sur elle (la bague, ndlr)", se justifie la responsable du service photo du journal.

 Le quotidien Le Figaro a retouché une photo de Rachida Dati, parue mercredi en une, faisant disparaître une bague de prix qu'elle avait au doigt, a reconnu la responsable de la photo du journal, parlant d'une "erreur d'appréciation" et confirmant une information de lexpress.fr.
"C'est une erreur d'appréciation, on l'a fait dans le feu de l'action pour éviter que l'attention se focalise sur elle (la bague, ndlr)", a déclaré jeudi 20 novembre à l'AFP Debora Altman, rédactrice en chef du service photo du Figaro, ajoutant: "on trouvait qu'on ne voyait que ça (...) alors qu'on parlait vraiment de la grognes des juges".
D'après le site internet de L'Express qui publie les deux photos, la bague "disparue" est signée Chaumet (en or gris pavé de diamants) et d'une valeur de 15.600 euros.
Cette photo, prise le 17 juin dernier à l'Assemblée par un photographe du Figaro, était destinée à illustrer une interview exclusive de la ministre de la Justice.
"Mme Dati n'a absolument rien à voir là dedans, c'est quelque chose qui ne reproduira plus", a ajouté la rédactrice en chef du quotidien. (AFP)

 

Publié par

NOUVELOBS.COM

18:13 Publié dans Cactus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rachida dati, photo, truquage | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

01/10/2008

Sarkozy pour des « subprimes » à la française

sarko.jpgC’était bien avant la crise financière… et les appels du président de la République, l’autre soir à Toulon, à « refonder » le capitalisme et à châtier les spéculateurs. À l’époque, Nicolas Sarkozy, qui n’était que candidat à l’Élysée, rêvait d’une « France de propriétaires » et proposait dans la revue Banque, en avril 2007, que « ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement ». C’est-à-dire rien d’autre que les fameux « subprimes » à l’origine du chaos boursier mondial, qui ont spéculé sur les créances des ménages modestes américains, avant de les jeter à la rue quand le marché s’est effondré et qu’ils n’ont plus pu rembourser ! « L’information est vérifiable sur le site internet de l’UMP » (1), précise Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, qui l’a repérée. Le 15 mars 2007, à Nantes, Nicolas Sarkozy avait déjà fait cette proposition « pour ceux qui n’ont pas de revenus stables ou suffisants pour emprunter »… Quant au budget du ministère du Logement, rappelons qu’il sera amputé de 7 % en 2009.

(1) La vidéo de l'intervention de N Sarkozy approuvant l'intauration des subprimes

Sébastien Crépel

Subprimes. Il s’agit d’un type de prêt accordé aux foyers modestes pour pouvoir acquérir leur logement. Ce crédit hypothécaire permettait à un ménage en difficulté de revendre son bien pour rembourser ses dettes. Dans le cas américain, le taux d’intérêt était bas les deux premières années, puis s’ajustait aux prix du marché les années suivantes. La conjonction de deux facteurs (la hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine (Fed) de 1 à 5% entre 2003 et 2006 et la baisse des prix de l’immobilier) a rendu impossible le remboursement pour des millions de foyers. En 2007, on a compté outre- Atlantique deux millions de saisies immobilières.

23:26 Publié dans Cactus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, subprimes | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

07/07/2008

Sarkozy ou la figure du méchant

La vérité sort de la bouche des enfants, disait-on jusqu’à aujourd’hui. Dorénavant la vérité sort de la bouche de l’Elysée nous enseigne Le Figaro  

 Sarkozy ou la figure du «méchant» sarkomechant.jpg

L’utilisation d’une photo du chef de l’Etat, par un élève de CM1, pour illustrer le thème de la méchanceté dans une école primaire d’Albi a déclenché l’ouverture d’une enquête.

L’exercice paraissait inoffensif : en novembre dernier, l’enseignante Valérie Framit, de l’école primaire Claude-Nougaro d’Albi, demande à ses élèves de CM1 de collecter des photos et des images illustrant les sentiments de joie, de colère, de crainte, de fatigue et… de méchanceté. Pour illustrer ce dernier thème, un enfant choisit d’apporter une photo de Nicolas Sarkozy. Les images n’étaient pas destinées au public mais elles étaient placardées sur un mur de l’école.

Quelle n’a dû être la surprise de la directrice de l’école, vendredi dernier, lorsqu’elle a été informée par l’inspecteur d’Académie de Midi-Pyrénées qu’une enquête avait été diligentée par le recteur. Surtout lorsqu’elle a appris que c’était par le biais d’une lettre envoyée à l’Elysée que l’Académie avait pris connaissance de cet exercice. La lettre, non anonyme, a été envoyée par un parent d’élève dont l’identité n’a pas été révélée. Ce dernier s’inquiétait d’une «atteinte à l’image du chef de l’Etat».

«Manque de vigilance» «Parmi toutes ces photos de visages inconnus ou connus, il y avait malheureusement celle de Nicolas Sarkozy. J’ai regardé les expressions et non les visages», s’est justifié Valérie Framit.

Mais, pour l’inspecteur d’académie Michel Azéma, «l’enseignante aurait dû être plus attentive à l’utilisation de ces images. Elle aurait dû profiter de l’occasion pour faire une leçon d’instruction civique pour expliquer la démocratie et le rôle du président de la République et des personnalités du monde politique». Et d’indiquer : «On peut reprocher à l’enseignante un manque de vigilance pour lequel sera appliquée une sanction qui devrait se limiter à une simple remontrance».

Les affiches litigieuses ont été retirées des murs dès le déclenchement de la polémique. http://www.lefigaro.fr/actualite-fr...

 

 

 

Commentaires de l'article  
 
Sarkozy ou la figure du méchant

comme on le dit, la vérité sort de la bouches des enfants !!!! c’est cette photo que l’enfant a choisie, il fait peur même aux gamins !      
Sarkozy ou la figure du méchant

Ben l’élève qui a choisi Sarkozy ne s’est pas trop trompé, il est tellement expressif aussi ! A lui seul, il représente tous les sentiments !      
Sarkozy ou la figure du méchant
Ca continue de plus en plus fort !!! Je ne vois pas en quoi juridiquement cela pose problème. Je ne vois pas en quoi on ne pourrait pas être à la fois président de la république et avoir un visage ou une expression méchant(e)... Toute ma solidarité et ma sympathie à cette enseignante, et mes félicitations à l’élève. Honte au parent-Corbeau. Pauvre pays, tu t’enfonces de plus en plus loin dans les ténèbres... La Louve        
Sarkozy ou la figure du méchant

Comment va-t-il s’en sortir ce gamin? Il aurait peut être été préférable qu’il le traite de connard......?    
 
Sarkozy ou la figure du méchant

Le nabot continue à faire des siennes. Il est partout et il frappe d’estoc et de taille. Ce gamin n’a rien fait de mal. Faut dire que le visage de l’intéressé, lorsqu’il est en colère, n’inspire pas la sympathie. Pour monsieur Sarkozy, la France change ! Il l’a clamé et proclamé hier aux assises de l’ump, le nouveau parti des godillots. Au point, a-t-il dit, que lorsqu’il y a une grève, on ne s’en aperçoit même pas. Si j’étais lui ...      
Sarkozy ou la figure du méchant
Moi j’aurais plutôt dit à la place de cette institutrice "Sarkozy ou la figure du vulgaire". Un type pas à sa place à l’Elysée. On a besoin de hauteur de vue, de cap, de respect. http://www.levraidebat.com

 

       
Sarkozy ou la figure du méchant
Un dédain des gens à ce point c’est à peine croyable beurkkk On n’a jamais eu depuis la création de la république des gens aussi incompétents aussi obséquieux envers les banques, Je présume qu’avant chaque conseil ils consultent les banquiers internationaux et le petit fils rejeton du comité des forges..... Remarque son grand ami est détesté par les citoyens us et nous ici on a le président le plus impopulaire de l’histoire.      

 

Commentaires publiés dans Bellacio

11:51 Publié dans Cactus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, mépris | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

26/04/2008

RSA : PRENDRE AUX PAUVRES POUR DONNER A D'AUTRES PAUVRES

103395984.jpgPas très brillant notre timonier hier soir à la télévision. Il faut dire qu’entre des énumérations de chiffres sortis de leur contexte et une resucée de son programme de candidat, il n’avait pas grand chose "à vendre"

Si l’antienne libérale n’a surpris personne, beaucoup l’attendaient sur sa dernière cartouche sociale (le plan banlieue étant déjà un mauvais souvenir) : Le RSA

Pour rappel, qu’est ce que le RSA :

Destiné aux travailleurs pauvres et aux bénéficiaires des minima sociaux (dans un premier temps ceux du RMI et de l’API, l’allocation parent isolé), le revenu de solidarité active (RSA) vise à inciter à la reprise d’une activité professionnelle grâce au cumul possible pendant trois ans d’un revenu du travail et des prestations sociales. Ce dispositif, défendu par Martin Hirsch, est destiné à faire sortir des bénéficiaires de la pauvreté.

Martin Hirsch qui dans une interview au JDD le 24 juin 2007 expliquait : Il estime ainsi que si 25 départements se portent volontaires pour l’expérimentation - comme le projet de loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat en donne la possibilité -, environ 50.000 bénéficiaires du RMI et de l’allocation de parent isolé (API) pourraient bénéficier de ce test en grandeur nature. Il annonce par ailleurs la mise en place, le mois prochain, d’un "Comité national d’évaluation" chargé de suivre ces expérimentations.

L’objectif final reste la généralisation du RSA, destiné à remplacer le RMI, "qui souffre d’une image négative depuis sa création", il y a vingt ans. Désireux de ne "pas avancer à la hussarde", Martin Hirsch estime que "la rédaction d’un projet de loi sur le RSA prendra un an" et pense donc être prêt "fin 2008". Il confirme également que la loi créant le RSA "intégrera les réformes des minima sociaux

Le haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté estime le surcoût du RSA à 3 ou 4 milliards d’euros. Selon lui, ce chiffre moins élevé que prévu - les premières estimations tablaient sur 6 à 8 milliards d’euros - se fonde sur le coût moyen de 1.200 euros par bénéficiaire, constaté par les premiers départements expérimentateurs. La réduction du nombre de bénéficiaires du RMI, qui semble désormais bien amorcée, pourrait également jouer en faveur d’un allègement du coût de la réforme. Reste néanmoins la question du financement de ce surcoût, et notamment celle de la part qui incomberait aux départements. Sur ce point, Martin Hirsch, tout en évoquant la nécessité de "générer des recettes supplémentaires", reste très évasif, évoquant surtout la nécessité d’une volonté politique : "Si le RSA s’avère utile et efficace, on trouvera les moyens"

Nous sommes, depuis hier soir, selon le chef de l’Etat, sur une base de 1 à 1,5 milliards pour financer le RSA ! Mais comment puisque les caisses sont vides ?

Et bien tout simplement en "redéployant" (terme pudique pour dire qu’on déshabille Paul pour habiller Pierre) les montants affectés à la prime pour l’emploi. "Le Revenu de solidarité active (RSA), dont Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi la généralisation en 2009 pour un coût de 1 à 1,5 milliards d’euros, soit moitié moins qu’évoqué initialement, doit compléter les ressources des travailleurs pauvres et des bénéficiaires de minima sociaux ... / ... «Le RSA se fera en maîtrisant le coût parce qu’on va redéployer une partie du coût de la prime pour l’emploi», créée en 2001 et versé aux titulaires de bas salaires, également dans le but d’inciter au retour au travail, a expliqué le chef de l’Etat ... / ... " Source Le Parisien

Petit retour et définition de la Prime pour l’emploi

Une prime pour l’emploi (PPE) est accordée aux personnes physiques fiscalement domiciliées en France. Pour en bénéficier, cinq conditions doivent être remplies.

Les conditions d’octroi de la prime

Le revenu fiscal de référence du foyer fiscal ne doit pas dépasser pour l’année 2007 16.251€ pour les personnes célibataires, veuves ou divorcées, et 32.498€ pour les couples soumis à une imposition commune. Ces limites sont majorées de 4.490€ pour chaque demi-part supplémentaire de quotient familial.

Pour bénéficier de la PPE, il faut que l’un au moins des membres du foyer fiscal exerce une activité professionnelle, qu’elle soit salariée (secteur privé ou public) ou non salariée (artisan, commerçant, agriculteur, profession libérale...). L’activité professionnelle peut être exercée à temps plein ou à temps partiel, sur toute l’année ou sur une partie de l’année seulement. Lorsque l’activité n’est pas exercée à temps plein, les revenus professionnels doivent être convertis en "équivalent temps plein".

Le montant des revenus d’activité professionnelle de chaque personne du foyer fiscal susceptible de bénéficier de la prime, doit être compris pour l’année 2006 et pour une activité exercée à temps plein, entre 3.743€ et 17.451€ si la personne est célibataire, veuve, divorcée sans enfant, ou avec des enfants qu’elle n’élève pas seule, ou s’il s’agit d’un couple marié bi-actif, ou enfin si une personne du foyer fiscal exerce une activité lui procurant au moins 3.743€. Si le couple est mono-actif, ou si la personne élève seule un ou plusieurs enfants, les revenus doivent alors être compris entre 3.743€ et 26.572€.

Les membres du foyer fiscal ne doivent pas être imposables à l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) au titre de l’année de réalisation des revenus d’activité professionnelle servant au calcul de la PPE. Cette exclusion est applicable aux personnes assujetties à l’ISF au titre du 1er janvier 2007 pour la prime versée en 2008 (disposition applicable depuis la PPE 2007). Source Le Particulier

Interrogé hier soir sur l’éventualité d’un remise en cause du bouclier fiscal pour financer cette mesure fiscale, la réponse à été claire : Il n’est pas question de revenir sur cet acquis sous peine de voir les plus aisés quitter la France. Il est à noter que le chef de l’Etat avoue ne posséder aucune donnée concernant le nombre de migrants aisés depuis la mise en place du bouclier fiscal !!!

Au fait, n’avait-on pas parlé (rapidement) d’un bouclier sanitaire pour éviter que les franchises médicales n’empêche les plus modestes de se soigner ?

C’est donc avec un budget réduit comme une "peau de chagrin" que notre Président et son Haut Commissaire vont lancer le RSA en 2009.

Enfin, nous avons une certitude depuis hier soir, un nouveau concept est né : "Prendre au pauvres pour donner à plus pauvre qu’eux" Et oui, tout est possible en France. Y compris d’inventer un "Robin Hood" gestionnaire des pénuries.

Slovar les Nouvelles

http://slovar.blogspot.com

19:55 Publié dans Cactus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rsa, primes pour l'emploi, sarkozy | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!