Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2008

Allocations familiales : nouvelle saignée pour les ménages

1219770485.gifUne semaine après le cafouillage sur la carte familles nombreuses, le gouvernement se défend à nouveau de vouloir faire des économies sur sa politique familiale en réformant le versement des allocations versées aux parents d’adolescents.

Un décret jusqu’alors passé inaperçu modifie les règles de calcul des allocations familiales, révèle le quotidien Le Monde. Le nouveau dispositif, qui concerne plus de 4,5 millions de familles de deux enfants et plus, entrera en vigueur le 1er mai : la majoration n’interviendrait plus au onzième anniversaire d’un enfant, mais à son quatorzième. Le décret permet à la Caisse nationale des allocations familiales de réaliser 138 millions d’économies par an. Au total, a calculé le journal, "sur l’ensemble des versements accordés entre le onzième et le dix-huitième anniversaire, les familles perdront près de 600 euros par enfant".

Matignon a justifié mercredi soir cette baisse par le fait que "d’autres mesures" sont prises pour les familles, notamment la hausse des allocations de garde d’enfant par une assistante maternelle pour les familles modestes.

L’Union des familles en Europe (UFE) rejette l’argument et dénonce "l’arnaque" du gouvernement : l’augmentation de l’allocation de garde d’enfant (Paje) coûtera 35 millions d’euros, "versus 138 millions d’économie" dues à la réforme des allocations familiales, "cherchez l’arnaque !", lance l’association familiale.

Signe du malaise, le décret qui doit lancer la majoration unique des allocations familiales à 14 ans, n’est pas encore paru, alors que la mesure doit en principe entrer en vigueur le 1er mai.

A droite aussi, la mesure interpelle. Le député UMP du Maine-et-Loire Hervé de Charette estime que la mesure "ne peut pas être maintenue en l’état" et dénonce les approximations du gouvernement. "La semaine dernière, c’était la carte familles nombreuses, dimanche le remboursement des lunettes, lundi les conditions d’indemnisation des chômeurs, mardi les allocations familiales… C’est un gouvernment à hue et à couacs", accuse-t-il.

"C’est maintenant au tour des allocations familiales de passer au tamis de l’austérité", dénoncent les députés socialistes dans un communiqué. "La conséquence de cette politique inégalitaire sera une vie encore plus difficile pour bon nombre de familles", soulignent-ils.

La Révision générale des politiques publiques (RGPP) engagée par le gouvernement s’est muée en "Rigueur générale pour le peuple", déplorent les députés PS.

La CGT regrette aujourd’hui ce nouveau "coup" infligé au pouvoir d’achat des familles, la CFE-CGC critique ce "recul des prestations familiales, qui sont déjà insuffisantes", et l’Union des familles en Europe juge cette économie "inacceptable".

09:40 Publié dans Cactus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : allocation familliale, gouvernement | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

30/03/2008

NE PAS CONFONDRE LE TIBET ET LE NEPAL

1367104427.gifLe Tibet est une région autonome de la Chine peuplée de 5,5 millions d’habitants dont la capitale est Lhasa, le Népal est un royaume qui va devenir république après la destitution du « roi fou » Gyanendra  qui est peuplé de 28 millions d’habitants est dont la capitale est Katmandou.

Ces deux pays sont situés sur la zone de la chaîne de l'Himalaya sont limitrophes mais ont chacun une histoire différente.

Dans le cadre des événement qui se déroulent aujourd’hui au Tibet, la rédactrice en chef de la rédaction de France 2, Arlette Chabot a réalisé une émission sur ce thème et pour justifier la répression qui se déroule dans ce pays a diffusé des images qui montrent des moines matraqués par la police.

L’ennui est que ces images ne concernent pas le Tibet, mais le Népal.

Il semble que chez les « professionnels » de l’information il existe une très grande confusion sur les évènements qui se déroulent dans ce continent, une incompétence sur les connaissances géographiques, un manque de rigueur évident, et surtout un manque de déontologie total.

 

E-Mosaïque

12:10 Publié dans Cactus | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : népal, tibet, manipulation, chabot, france2 | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

01/02/2008

Astérix collabo

La France Sarkozyenne, par François Taillandier

2f7799b95881db8345ad7ac6277b6164.gifIl y avait bien eu quelques albums qui n’ajoutaient pas grand-chose à la gloire du héros ; mais la disparition prématurée du scénariste excusait cela dans une certaine mesure. Il y avait bien déjà un trafic des produits dérivés ; mais c’était la rançon de la popularité. Après, il y a eu le parc de loisirs ; mais il faisait la nique à Eurodisney, et pour avoir visité les deux, j’affirme que le nôtre est beaucoup moins tarte ; j’y voyais presque une protestation française. Après, il y a eu le film ; mais Djamel, Chabat, Darmon et les autres étaient sympathiques et drôles…

Bref : j’aurai eu toutes les indulgences envers Astérix. « Ce que j’aime en vous, ce sont mes souvenirs », a écrit je ne sais plus qui. Lorsque j’avais entre dix et quinze ans, chaque nouvelle aventure de nos Gaulois était une fête. On ne parlait que de ça, à l’école, pendant au moins quinze jours. Même les parents et les profs se jetaient sur le Bouclier arverne, Astérix légionnaire ou le Domaine des dieux. Par la suite, Astérix prit place dans nos souvenirs comme un personnage de la famille, en quelque sorte ; ou un vieux copain qu’on ne voit plus très souvent mais auquel on repense quelquefois avec nostalgie en se disant : « On se sera bien marrés… »

Et puis, au-delà des gags attendus, des calembours, des allusions transparentes au temps présent, il y avait une dimension toute simple, évidente, mais forte : Astérix, Obélix et toute la bande étaient des réfractaires. Des « irréductibles », selon l’épithète consacrée. C’est fini, bien fini. La propagande écrasante du film « le plus cher du cinéma français » (car c’est tout ce qu’on trouve à en dire) a tout laminé. J’ai vu à la télévision un réalisateur aux yeux mornes expliquer le montage de la coproduction internationale, les partenariats commerciaux, le casting fait à coups de sondages. A-t-il déjà lu Astérix, celui-là ? On n’en jurerait pas…

Chateaubriand écrivit qu’on détruit plus sûrement un peuple par la séduction que par la violence. Ce que n’avaient jamais réussi les légions romaines d’Aquarium, Babaorum, Laudanum et Petibonum, l’industrie de l’entertainment y est parvenue à la longue. Il a rendu les armes, le Gaulois bravache et rigolard ! Les pourvoyeurs des jeux du cirque le baladent dans tout l’empire, et pas même enchaîné comme le fut Vercingétorix, mais consentant et souriant. Obélix dédicace des menhirs, Assurancetourix compose des sonneries de portable, et la potion magique est en vente à McDo. Adieu, Astérix…

23:14 Publié dans Cactus | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Astérix, film, Sarkozy | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

07/12/2007

Atterrir en altitude

8db7a61d339422421b9e5ecd37dbe728.gifCela ressemble à un gag. Ou à un trait d’humour à la Alphonse Allais. Les nuisances sonores près des aéroports ?

La secrétaire d’État à l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a un plan pour les éradiquer. Il suffit que les avions volent plus haut. La proposition semble de bon sens. Comme une lapalissade.

Style : un quart d’heure avant sa mort, il était encore vivant. Mais non. C’est sérieux : le relèvement de 300 mètres de l’altitude des avions à l’approche des aéroports franciliens est bel et bien une mesure sur laquelle le gouvernement dit travailler.

Sans doute oublie-t-il un détail technique. Comme le pudding qui trouve sa preuve dans le fait qu’il soit mangé, le transport aérien n’a de pertinence que lorsqu’un avion atterrit. Or il ne devrait échapper à personne que cette dernière manoeuvre nécessite qu’il se rapproche du sol tangentiellement jusqu’à ce qu’il atteigne le plancher des vaches. Il ressort de ce rappel sur les contingences physiques de l’exercice qu’un aéronef ne saurait se poser à 300 mètres d’altitude. Et que, même s’il plonge au dernier moment, les riverains de l’aéroport n’échapperont pas au bruit. De la même façon, on pourrait disserter sur le bruit au décollage.

L’absurdité devient manifeste : peut-il prendre l’air à 300 mètres de hauteur ?

D. B.

21:15 Publié dans Cactus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : avion, bruit | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!