Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2015

Barbara Hendricks : «Ne prenons pas le risque de perdre notre humanité»

barbara-hendricks_0.jpg

On ne présente plus la soprano Barbara Hendricks. Ambassadrice de l'ONU pour les réfugiés depuis près de trente ans, la cantatrice humaniste et engagée évoque pour « l'Humanité Dimanche » le sens de ses combats.

HD. Que peut-on dire à ceux qui ont peur des réfugiés, qui les voient comme une menace ?
 
Barbara Hendricks. Nous vivons une époque très difficile, complexe et même dangereuse. On n'a pas besoin d'avoir honte, d'avoir peur. Mais on peut aussi se confronter à cette peur, la vaincre et aller de l'avant. Je veux dire à ceux qui ont peur : « Imaginez que vous soyez obligés de partir, sans aucun choix, et que, sinon, vous et votre famille seriez décimés. Quel est l'accueil que vous aimeriez avoir ? » Voilà où est la vraie peur : la peur de mourir, la peur que vos enfants soient tués sous vos yeux, que votre fille ou votre femme soit violée... c'est la peur pour la vie. On ne met pas un enfant dans un bateau qui n'est pas sûr, sauf si ce bateau semble plus sûr que la terre que l'on quitte en courant. Les gens fuient, en premier lieu, pour survivre. Si on peut imaginer cela, se mettre à leur place, on peut comprendre qu'ils aimeraient avoir une main tendue vers eux.
 
HD. Comment réagissez-vous au recul des gouvernements en France et en Allemagne sur l'accueil de réfugiés ?
 
B. H. Moi je les appelle les marchands de la peur, de la haine et de l'exclusion. Ils font cela parce qu'ils ont peur de ne pas être réélus, de ne plus être au pouvoir. En réalité ils instrumentalisent la peur des autres.
C'est pire. Il y a aussi les médias qui recherchent la sensation, des mots et des images chocs. Nous savons que les problèmes sont politiques, donc que les solutions doivent être politiques. Pour cela il faut une volonté politique. Voici le message que nous devons transmettre clairement aux opinions publiques afin qu'elles pèsent sur les pouvoirs de décision. Les réfugiés sont nos frères, nos soeurs, nos enfants. Ne prenons pas le risque de perdre notre humanité.
 
« POUR LES RÉFUGIÉS, LES SOLUTIONS DOIVENT ÊTRE POLITIQUES. C'EST LE MESSAGE À TRANSMETTRE AUX OPINIONS PUBLIQUES. »
 
HD. Vous sillonnez le monde comme cantatrice et aussi en mission pour l'ONU. Vous voyez le monde évoluer. Qu'est-ce qui, selon vous, a vraiment changé ?
 
B. H. Le grand changement c'est cette possibilité que l'on a de savoir ce qui se passe un peu partout dans le monde 24 heures sur 24. Malheureusement ce sont souvent les pires choses. On est instantanément dans la crise, dans les attaques terroristes, dans les catastrophes naturelles... C'est ça qui a beaucoup changé et très vite. Là, on ne voit que le mal. Alors qu'il y a beaucoup de gens qui font du bien dans ce monde mais les médias en parlent moins. Je le vois lorsque nous sommes sur le terrain avec le HautCommissariat aux réfugiés (HCR) et ses partenaires. Il y a des gens très dévoués. Certains y laissent leur vie (en 2003, Sergio Vieira de Mello, haut collaborateur du HCR, a été tué dans un bombardement à Bagdad ­ NDLR).
En Irak, l'ONU et le monde ont payé un lourd tribut. Ces guerres inutiles et illégales continuent de prendre tant de vies innocentes et de provoquer la destruction.
 
Hd. vous étiez récemment en Côte d'ivoire où vous êtes très engagée contre l'apatridie. C'est une cause qui vous tient à coeur. pour quelles raisons ?
 
B. H. Être apatride, c'est très dur,c'est quelqu'un qui n'a pas de nationalité du tout, qui est chez lui nulle part dans le monde, qui n'a la protection d'aucun pays. La campagne pour éradiquer l'apatridie a commencé l'année passée. Elle consiste à agir au plan législatif notamment, par exemple en donnant le droit aux femmes d'enregistrer la naissance de leurs enfants alors qu'auparavant seul l'homme pouvait le faire.
 
HD. Dans votre dernier album « Blues Everywhere I Go » (1), vous interprétez des classiques du genre dont « Strange Fruit » de Billie Holiday, qui évoque les Noirs lynchés aux États-Unis. Y trouve-t-on une résonance avec une certaine actualité ?
 
B. H. Oui, malheureusement. On continue à voir aux États-Unis des « strange fruits » (littéralement fruits étranges) : ces jeunes Noirs abattus par la police alors qu'ils ne sont même pas armés. Cela ne veut pas dire que les choses ne se sont pas améliorées pour les droits civiques, mais, depuis quelques années, il y a des reculs. C'est plus facile de dire que quelqu'un est comme il est parce qu'il est né femme, Noir, Blanc, catholique, juif, musulman... On trouve facilement des raisons de repousser l'autre. Et surtout les inégalités ne cessent de se creuser, et les États du Sud, particulièrement, multiplient les combines pour entraver les droits des Afro-Américains. Par exemple, pour voter, il faudrait telle pièce d'identité plutôt qu'une autre.
On ferme des bureaux, poussant les gens à se déplacer à plus de 200 kilomètres. Ce qui exclut de fait beaucoup de citoyens. La liberté n'est pas donnée, elle se gagne avec les luttes que chaque génération doit mener. Elle exige vigilance et constance. Il ne faut pas s'arrêter et se croiser les bras en croyant que c'est acquis. On peut faire la fête mais, le lendemain, il faut continuer la lutte. Je suis convaincue que tous les mouvements importants viennent d'en bas. Par exemple, sur le réchauffement climatique, je ne crois pas que les dirigeants du monde apporteront de solutions. Mais les manifestations partout dans le monde à l'occasion de la COP21 ont été les plus importantes jamais vues, c'est encourageant.
 
HD. En 2008, vous aviez applaudi la victoire d'Obama. Craignez-vous comme beaucoup que Donald Trump devienne le futur président des États-Unis ?
 
B. H. Je ne peux même pas l'imaginer... Mais, pendant les années Obama, les Républicains ont créé un tel climat qu'ils ont préparé Donald Trump. Aujourd'hui, ils ne peuvent pas contrôler le monstre qu'ils ont créé...
C'est partout comme ça, pas seulement aux États-Unis. Mais je reste positive. Avant de recevoir le prix Jean-Pierre-Bloch de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), je me suis rendue le 7 décembre à Orange pour le 20e anniversaire du collège qui porte mon nom, classé en éducation prioritaire. Les élèves ont réalisé une vidéo qui m'a énormément touchée, car on y voit à quel point les valeurs des droits humains sont défendues. C'est cela la résistance. Face au Front national, il y a des enfants qui apprennent que vivre ensemble en société nous rend plus heureux.
 
(1) Album, livre, disque et édition vinyle chez Arte Verum. Y figure « Oh Freedom », que Barbara Hendricks avait chanté a capella sur la grande scène de la Fête de l'Humanité en 2012.
 

« Bienvenue. 34 auteurs pour les réfugiés », Éditions Points/Seuil. 192 pages, 5 euros.

Ils ont écrit un récit, une fiction, un poème, ils ont livré un témoignage, ils ont dessiné... pour les réfugiés. 34 auteurs engagés sont réunis dans cet ouvrage d'une forte intensité.

Parmi eux, Olivier Adam, Edmond Baudoin, Geneviève Brisac, Sorj Chalandon, Philippe Claudel, Marie Darrieussecq, Mathias Énard, Laurent Gaudé, Jul, Lola lafon, Alain Mabanckou, Lydie Salvayre, Joann Sfar, Abdallah Taïa, Philippe Torreton, Alice Zeniter. Les bénéfices des ventes du livre seront reversés au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. 

Entretien réalisé par LATIFA MADANI
Vendredi, 25 Décembre, 2015
Humanité Dimanche
 
Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek
 

20/12/2015

« Marine Le Pen, comment avez-vous pu avoir l’idée d’utiliser ces images horribles »

lepen.jpgJe pensais avoir tout vu, tout entendu de votre part Marine Le Pen. Le mensonge, le cynisme, la manipulation, le fiel, l’intolérance mais cette fois j’avoue que la publication sur votre compte de trois photos abjectes de victimes de Daech [acronyme arabe pour l’organisation Etat islamique] dépasse ce que je pouvais imaginer de pire de votre part.

Je suis à la fois révolté et écœuré par cette ignominie. Comment avez-vous pu avoir l’idée d’utiliser ces images horribles diffusées par l’Etat islamique au bénéfice de votre propre propagande ?

Ma réaction est d’abord celle d’un citoyen outré par tant de bassesse. Elle est aussi celle d’un ancien otage prisonnier des talibans pendant dix-huit mois en 2010 et 2011. Je songe à ma famille qui aurait pu découvrir ma photo sur internet prise pendant ma captivité. Quel effroi !

Je pense aujourd’hui aux proches, aux parents du journaliste américain James Foley assassiné par des barbares après vingt et un mois de captivité et au choc qu’ils ont subi lorsqu’ils ont appris l’utilisation à des fins politiques de l’image de leur fils supplicié.

Je me souviens avoir rencontré Diane Foley, la mère du reporter, au printemps 2014. Cette femme digne et courageuse était venue à Paris lorsque James vivait encore. Elle se sentait très seule aux Etats Unis face à son calvaire et voulait comprendre comment fonctionnait un comité de soutien, en l’occurrence celui de quatre otages français qui se trouvaient eux aussi aux mains de Daech, Didier François, Nicolas Hénin, Edouard Elias et Pierre Torres. J’ai admiré le combat qu’elle menait avec son mari pour tenter de convaincre le président Barack Obama d’entamer des négociations afin de faire libérer son fils, hélas sans succès.

L’un se nourrit de l’autre

Avez-vous pensé Madame Le Pen à cette femme, à cette mère qui ne se remettra jamais de la perte de son enfant ? Vous êtes-vous mise une seconde à sa place au moment de diffuser la photo du corps de James Foley ?

En politique, vous estimez certainement que tous les coups sont permis. La provocation est une arme que vous utilisez sans cesse. L’héritage paternel sans doute. Votre tactique est de faire parler de vous, en bien ou en mal, à chaque instant. L’essentiel est de saturer l’espace médiatique.

Après avoir provoqué la polémique, vous jouez à merveille le rôle de l’offensée. Vous contre-attaquez en affirmant avoir été blessée par un journaliste qui selon vous a comparé le Front national et Daech. Puis vous daignez enfin retirer la photo de James Foley à la demande expresse de ses parents. Mais vous laissez deux clichés montrant la mise à mort atroce de deux hommes. Vous craignez peut-être d’être traînée en justice aux Etats Unis alors que pour les autres martyrs, vous vous moquez bien de voir leurs familles un jour s’offusquer de votre indécence.

L’Etat islamique se sert en France du Front national qui prône la division, la suspicion envers les musulmans, les étrangers et classe les citoyens en catégorie. Et le Front national utilise la monstruosité de Daech pour attiser la peur. Finalement, l’un se nourrit de l’autre. L’utilisation de ces photos est une abomination, une atteinte à la dignité humaine et une insulte à toutes les victimes du terrorisme.

Votre terreau Marine Le Pen est la misère du monde, votre moteur la haine des autres. Jusqu’à la nausée.

Hervé Ghesquière, grand reporter et ancien otage.
 
Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/12/20/lettre-ouverte-a-marine-le-pen_4835377_3232.html#qTWiFG5GFQgszLkM.99

14:43 Publié dans Actualités, Médias, Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

14/11/2015

Paris mon Amour…

pariscoeur.jpgPosté dans Mes publications

La nuit vient de tomber à Paris. Comme ailleurs. C’est vendredi et les gens aiment se retrouver pour célébrer la fin de la semaine ensemble, dehors, aux terrasses des cafés et des bars. Je suis loin de Paris ce soir là, mais c’est l’une des villes que je fréquente le plus. Il y a ma famille, mes amis, mes amours…

Je suis loin de Paris ce soir mais j’entends d’ici les verres de Demis qui s’entrechoquent, les éclats de rire et les bavardages des gens qui se racontent leurs aventures de la semaine. Je sens la fumée de la cigarette qui s’élève dans le ciel parisien. Je la sens la chaleur parisienne, Paris qui ne dort pas, Paris vit et qui grouille.

Pourtant ce matin, je découvre l’horreur. Je la connais cette terreur. Je l’ai même fuie.

Cette nuit a été tragique, on entendait des cris de détresse et le bruit sourd des balles qui traversent des poitrines, qui arrachent des âmes et coupent des souffles. Du sang et des larmes ont coulé.

Plus de trois cent familles ont été atteintes par des barbares. Des centaines de mères, de pères, de frères, de soeurs, de cousins, d’amis, d’amoureux, d’amants, ont vu des leurs tomber sur le pavé. Rien, rien ne justifie tout cela. Il n’y a jamais aucune justifications à l’atteinte à une vie.

Je reçois un appel de ma mère, en larmes. C’est la deuxième fois cette année que j’ai un coup de fil de ce type. Elle m’a parlé longtemps, m’a rappelé la raison de notre départ. Je me demande alors si la peur est la bonne réaction. Qui est légitime à terroriser un autre?

Non je n’ai pas peur. Mais je suis indignée.
Comme je partage votre douleur frères et soeurs… L’heure est à l’unité, oui nous sommes UN. Nous sommes humains, alors nous sommes un. L’heure est à la solidarité. L’heure est à la fraternité.

Ma seule arme est d’écrire, pourtant chaque mot me semble inutile. Léger. Inapproprié. Cependant, comme un devoir, je tiens à manifester mes condoléances les plus attristées aux familles et proches qui ont perdu quelqu’un cette nuit, et toute mon énergie et mes pensées positives à ceux qui sont encore à l’hôpital à attendre des nouvelles rassurantes.

La nuit était tombée à Paris quand du sang a coulé et des cris ont percé le ciel de cette nuit de novembre, mais elle ne doit en aucun cas tomber sur la France. Elle ne doit pas cristalliser de la haine et justifier des amalgames. Elle doit au contraire être un liant pour revendiquer que notre société est forte et fraternelle. Que nous nous aimons. Qu’elle est belle et rebelle face à l’ignominie. Qu’elle ne laissera pas le terrain aux obscurantistes de tous bords et de toutes idéologies.

Nous sommes un. Nous somme là. Humains, parce qu’ici comme ailleurs, on nous a tous tués. Solidaires face à cette épreuve. Humains et solidaires aussi avec les autres territoires tout récemment touchés par les attaques du même type.

Tristement vôtre,

La Robe Rouge.

17:52 Publié dans Actualités, La Robe rouge, Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paris, attentats, robe rouge | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

13/11/2015

Air France : La vérité sur les procédures disciplinaires

airfrance_0.jpg

Communiqué de l'intersyndicale d'Air France

Personne n’ignore que des entretiens préalables se sont déroulés pour des salariés du sol ainsi que des pilotes ces derniers jours au sein de l’entreprise. Certains pensent que les salariés mis en cause ont agressé les deux cadres dirigeants le 5 octobre dernier, ou bien se sont fait complices de l'entrée (tout à fait autorisée par ailleurs!) de salariés au Siège. Suite à une grosse pression mise par Matignon, et grâce aux images qui ont fait le tour du monde, la direction veut en faire des exemples pour que l’ensemble des salariés d’Air France associent mouvement social et violences et ne se mobilisent plus pour défendre leur avenir et celui d’Air France.

Une parodie de procédure disciplinaire
Les entretiens préalables ont eu lieu pour les personnels au sol. D’après le Code du Travail, ces entretiens servent à recueillir les explications des salariés mis en cause afin de décider ou non de la poursuite de la procédure de sanction. Malheureusement il n’en a rien été car la direction les a jugés coupables avant même d’avoir entendu la moindre explication de leur part. Elle a déjà déclaré que certains salariés PS convoqués, en mise à pied conservatoire sans solde, seraient licenciés car «les faits reprochés sont inacceptables».
Tous les entretiens préalables ont eu lieu avec un support vidéo à l’appui et des images extraites de journaux télévisés.

La direction d’Air France veut se faire justice, car elle estime que les images diffusées en boucle le 5 octobre à travers le monde nuisent à l’image de l’entreprise et montrent du doigt la gestion de nos dirigeants.
Lors des entretiens préalables de nos collègues du sol, la direction a, dans un premier temps, refusé de visionner les vidéos qu’elle avait elle-même mis dans le dossier à charge !
Selon elle, les images n’ont pas besoin d’être commentées, c’est dire si elle s’est déjà forgée un avis définitif alors qu’elle a reconnu par ailleurs que les images pouvaient être interprétables.
Nous avons tous visionné ces vidéos.

Que les choses soient claires, aucune des vidéos des salariés incriminés ne montre de violences physiques à l’encontre de qui que ce soit.

Beaucoup de salariés présents sur les images vidéo auraient très bien pu se retrouver sur le banc
des accusés tant ils semblent avoir été pris au hasard.
On a tout lu et entendu depuis le 5 octobre, des termes comme lynchage, ultra violence, voyous, stupides… Nous avons même entendu qu’un vigile, après avoir été agressé par des salariés Air France, serait tombé dans le coma. Il n’en est rien. L’information a été fournie aux médias par Air France.
Quant à nos collègues pilotes, mis-à-pied à titre conservatoire avec menace de sanction allant jusqu'au licenciement sans indemnités, l'entretien hiérarchique a eu lieu.
Que leur reproche la direction ?

Ils sont accusés d'avoir badgé pour faire entrer un collègue (on marche sur la tête car ces salariés pouvaient badger eux-mêmes …).
Leurs dossiers sont tellement vides que leurs hiérarchies se chargent de le remplir dans les couloirs en propageant des rumeurs absurdes selon lesquelles ils auraient badgé de multiples fois (impossible techniquement !) ou auraient bloqué les portiques avec leur pied ! Aucune image ne vient valider ces élucubrations.

Qu’en est-il réellement?
Pour nos collègues du sol, le Parquet, après avoir instruit le dossier, a déclaré qu’il n’y a JAMAIS eu de coma d’un vigile, mais un malaise, ce qui est tout de même très différent ! Les médias ont-ils rétablis la vérité? Non, bien sûr ! Le Premier Ministre, le Ministre de l’Economie et des Finances ainsi que la direction Air France préfèrent dire ou laisser croire que les salariés incriminés sont des “voyous”, stupides.

Mais qui sont les “voyous” : des salariés qui ont eu le tort, à l’annonce de suppressions d’emplois injustifiables, d’exprimer leur indignation ou des dirigeants qui ne remettent pas en question leur gestion et leur stratégie de licenciements boursiers ?
La direction, via les médias et via ses Flash Actu, continue de prétendre qu’il y a un dialogue social de qualité et apaisé à Air France. On en voit le résultat aujourd’hui !

Dès le lendemain des entretiens préalables, elle écrivait à nos collègues du sol pour les informer de la poursuite de la procédure disciplinaire (Conseil de discipline). Les premières lettres de licenciements viennent de tomber.

Pour nos deux collègues pilotes, la procédure continue, les menaces aussi. Ils sont convoqués pour un deuxième entretien sachant que l'étendue des sanctions possibles va jusqu’au licenciement également.
Nous devons refuser collectivement ces licenciements et sanctions complètement injustifiés. Nos collègues ne doivent pas payer pour des actes qu’ils n’ont pas commis.
Les treize syndicats réunis au sein de l’Intersyndicale ne l'acceptent pas!
Nous restons déterminés et unis !

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

16:13 Publié dans Actualités, Point de vue | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : air france, syndicats, salatiés | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!