Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2012

Groupe GDF SUEZ : Rentabilité financière contre service public

crisexplicnul.jpgLe groupe GDF SUEZ va verser, encore une fois, plus de 3,3 milliards d’euros de dividendes.

L’essentiel des ressources de GDF SUEZ provient des dividendes versés par les filiales : 4 milliards d’euros remontés sur l’exercice 2011 dont plus de 3 milliards proviennent des filiales historiques de Gaz de France de Transport, Distribution, Stockage et Terminaux Méthaniers.

Ainsi, c’est le service public de Gaz de France qui sert de pompe à finances pour les actionnaires du groupe privatisé GDFSUEZ. Ceci a des graves conséquences : course au rendement dans ces filiales essentielles pour le service public, restriction sur les moyens et sur l’emploi, limitation des investissements, dégradation de la qualité de service, endettement.

Pour GrDF (distribution du gaz) qui a dû remonter près d’1,6 milliard en 2011, la trésorerie a été asséchée, l’endettement a progressé de 500 millions, les investissements en développement du réseau sont freinés.

Pour GRT gaz (transport du gaz) qui a dû remonter plus d’1,1 milliard en 2011, l’endettement est en augmentation constante et atteint un ratio « dettes sur capitaux propres » de presque 100%. Rappelons la scandaleuse cession en 2011 par GDF SUEZ à la Caisse des Dépôts, des 25% du transport gaz pour plus de 40 fois le prix d’achat initial à l’Etat français en 2004. Alors qu’il est prévu un programme de grands travaux sur les années à venir, GDF SUEZ continue à tirer des liquidités au lieu de les laisser dans la filiale pour y faire face. On va, d’ici quelques années, atteindre un ratio d’endettement de 200%.

Cela prouve que c’est une logique purement financière qui gouverne le Groupe, bien loin des intérêts publics de l’énergie.

C’est ce que démontre cruellement l’exemple des appels d’offre pour l’éolien en mer. GDF SUEZ a été non seulement battu là où il était en concurrence avec d’autres projets, mais a été refusé sur le projet qu’il connaissait le mieux et où il était tout seul à déposer une offre. La raison ? La rentabilité financière exigée.

La Direction elle-même explique qu’elle avait des « critères de rentabilité très stricts », et que l’entreprise respecte « une discipline financière ». Résultat : GDF SUEZ alimente la crise en Europe en se désengageant de tous les projets d’envergure pour investir dans les pays émergents jugés plus profitables.

Cette dérive financière du Groupe suite à la privatisation de Gaz de France conforte son incompatibilité avec une véritable politique énergétique au service des populations, du développement et de l’environnement. Le Groupe n’a pas l’ambition de participer au service public de l’énergie en France mais simplement l’intention d’en prélever toutes les ressources possibles pour financer ses actionnaires et son développement dans les pays émergents.

Et cela, avec la complicité du gouvernement puisque l’Etat, 1er actionnaire à 35%, valide forcément les choix du groupe.

La FNME-CGT et la coordination CGT du groupe GDF SUEZ considèrent que l’argent des consommateurs doit servir à investir, à améliorer la qualité des installations et de service public, à développer l’emploi et les compétences, pour répondre à leurs besoins. Il ne doit pas être confisqué par les actionnaires privés qui ont fait main basse sur le service public du gaz en 2008, d‘autant que les usagers en subissent déjà les conséquences par la dégradation du service public et par le scandale des hausses tarifaires.

Communiqué de la CGT GDF-SUEZ et Mines Énergie

 

16:25 Publié dans Actualités, Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gdf, dividendes, investissement, cgt | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

24/02/2012

L’intox de la TVA sociale démentie par l’OFCE

emploi, tva sociale, fiscalitéL’institut conteste le chiffre gouvernemental de 100 000 créations d’emplois et n’en prévoit au mieux que la moitié, sinon des destructions.

Dans le quotidien économique les Échos, le directeur adjoint au département analyse et prévision de l’Observatoire français de conjoncture économique (OFCE), Éric Heyer, revenait sur l’impact des allégements de cotisations patronales compensés par la hausse de la TVA.

Même en partant sur la prévision défendue par le gouvernement, où les entreprises françaises répercuteraient l’intégralité des baisses de cotisations sur leurs prix hors taxe, neutralisant la hausse de la TVA pour le consommateur, l’observatoire ne prévoit que 48 000 créations d’emplois, soit moins de la moitié des 100 000 emplois avancés. Mais dans le cas probable où les entreprises profiteraient de ces allégements de cotisations pour augmenter leurs marges, un « surcroît d’inflation de 1,1 % » porterait encore atteinte au pouvoir d’achat des ménages, et la chute d’activité envisagée par l’étude engendrerait 16 000 destructions d’emplois.

 Même la projection intermédiaire, qui part du postulat que les entreprises françaises répercuteraient les réductions de cotisations sur les prix TTC auprès du consommateur mais que les partenaires commerciaux étrangers riposteraient à la hausse de la TVA en France par des mesures similaires dans leurs pays pour restaurer leur niveau de compétitivité, aboutirait à 9 000 destructions d’emplois à moyen terme.

Si Éric Heyer n’hésite pas à qualifier le scénario le plus optimiste de « hautement improbable », l’observatoire n’envisage même pas le cas le plus pessimiste, où les entreprises capteraient les baisses de cotisations pour augmenter leurs marges, dans un contexte où les partenaires commerciaux étrangers instaureraient à leur tour des hausses de TVA.

Une projection effectuée par les sénateurs PS table d’ailleurs plutôt sur 40 000 destructions d’emplois pour le pire scénario.

Loan Nguyen, l'Humanité

15:40 Publié dans Actualités, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emploi, tva sociale, fiscalité | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

16/01/2012

La France a perdu son Triple A : analyse

noteaaa.jpgLe ministre de l'Economie François Baroin a confirmé ce vendredi soir que l'agence Standard & Poor's avait bien décidé de dégrader la note souveraine de la France et de plusieurs pays de la zone euro ce vendredi soir. "Ce n'est pas une bonne nouvelle mais ce n'est pas une catastrophe", a commenté François Baroin à propos de la nouvelle note AA+ au journal de 20 heures de France 2.

Standard & Poor's (S&P) n'a pas touché le triple A de l'Allemagne, des Pays-Bas, de la Finlande et du Luxembourg. La France recule d'un cran. En revanche, l'Italie, l'Espagne et le Portugal sont rétrogradés de deux crans (BBB+). Ces notes décernées par ces agences privées sont des indicateurs de confiance dans les capacités des pays, mais aussi des collectivités locales ou des entreprises, de rembourser leurs emprunts placés auprès des marchés.

Décryptage de Pierre Ivorra, spécialiste de l'économie à l'Humanité.

  • Pourquoi maintenant?

Standard and Poor's avait déjà annoncé lors du sommet européen du 8 et 9 décembre dernier qu'elle évaluerait les effets des mesures prises à ce moment-là pour revoir ou non la note de la France. La décision d'aujourd'hui ne veut pas dire que ces mesures sont insuffisantes, mais que leurs effets ne sont peut-être pas assez immédiats. A cela plusieurs raisons :
La zone euro s'enfonce un peu plus dans la récession. En Espagne, le déficit public se dégrade avec les mesures d'austérité qui contractent la dépense publique et instaure un peu plus la crise. Idem en Grèce. Même des pays comme la Finlande sont touchés. L'Allemagne n'est pas non plus dans une situation brillante. Par ailleurs, les politiques de récession prônées par le duo Sarkozy-Merkel engendrent du chômage. Les dépenses sociales vont s'accroître. Dans le même temps, la crise implique moins de rentrées fiscales, donc moins de cotisations. La dette publique augmente donc. Enfin, malgré la baisse de son taux directeur et l'injection massive de liquidités dans les banques, celles-ci ne jouent pas le jeu et ne financent ni la dette publique, ni l'économie réelle. Les conditions de crédit se resserrent, particulièrement pour les PME.

  • Les conséquences?

Il est probable que la charge de la dette va s'alourdir, que les taux d'intérêt vont s'accroître et que le différentiel entre les taux d'emprunts de l'Allemagne et ceux de la France vont augmenter. Ces répercussions techniques vont produire des effets en cascade pour l'économie réelle. En première ligne se trouvent les banques. Celles-ci ont déjà annoncé qu'elles n'avaient pas vocation à acheter de la dette publique, donc à soutenir les Etats, comme le PDG de la Société Générale ce vendredi matin. Les compagnies d'assurance sont en deuxième ligne. Celles-ci contrôlent une bonne part de la dette française via leurs contrats d'assurance vie. Mais les Français se détournent de ces produits et préfèrent des produits d'épargne comme le Livret A. La France va avoir plus de mal à financer sa dette sur les marchés. Va-t-on vers un nouveau plan de rigueur pour contracter la dépense publique? Le cercle vicieux s'accélère.

  • Y a-t-il un plan B?

Doit-on rester sous la coupe des marchés, laisser notre sécurité sociale, nos emplois, nos salaires sous la contrainte du jugement des marchés? La question se pose un peu plus chaque jour. La dégradation de la note française est un coup porté contre la politique du gouvernement. La droite porte une énorme responsabilité dans la situation actuelle car elle a placé le financement de la dette publique sous la coupe des marchés financiers et de fonds étrangers.

La solution passe par un changement de politique du crédit, avec la création d'un pôle public du crédit comme le propose la Front de gauche. Elle passe aussi par un changement d'orientation de la Banque centrale européenne (BCE). Celle-ci finance les banques. Pourquoi privilégier le sort des banques plutôt que celui des Etats? Il vaudrait mieux qu'elle finance directement un fonds de développement social et écologique, comme le propose encore le Front de gauche, afin de soutenir l'emploi dans le domaine public ou l'industrie.

 

13/01/2012

500 MILLIONS D'€ VOLES AUX FRANCAIS

epargne.jpgSuivant l'avis du gouverneur de la Banque de France, le gouvernement vient de décider de ne pas augmenter le taux du livret A de 2,25% à 2,75% comme le prévoit pourtant la loi. Explications.

Le gouvernement a décidé hier qu'il n'augmenterait pas le taux du livret A au 1er février. Une hausse pourtant prévue par la loi, qui lie l'évolution du taux du livret A (et du LLD, ex-Codevi) à celle du taux d'inflation, et aurait dû le faire passer de 2,25 % à 2,75 %.

En laissant le taux inchangé, ce sont plus de 500 millions d'euros d'intérêts qui ne seront donc pas reversés aux 60 millions de titulaires.

Pour se justifier, le ministre de l'Économie François Baroin a annoncé qu'il ne faisait « qu'appliquer la recommandation » de Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France. Ce dernier à, pour sa part, fait appel à des « circonstances exceptionnelles » - terme prévu dans la loi - pour justifier son avis : face aux « perspectives de baisse de l'inflation » dans les prochains mois, le maintien du taux permettrait « d'éviter une volatilité excessive ».

Éviter une baisse pas très populaire

En clair, ne pas augmenter maintenant éviterait d'avoir à baisser le rendement du livret A au 1er mai (les taux sont révisés le 1er février et le 1er août, et les 1er mai et 1er octobre en cas de fortes variations). Soit juste entre les deux tours de l'élection présidentielle. Et la baisse du taux du livret A n'étant jamais très populaire, certains analystes estiment que Christian Noyer, proche de Nicolas Sarkozy, aurait ainsi voulu protéger le Président.

Plus prosaïquement, d'autres économistes comme Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des Épargnants, estiment qu'à 2,75 %, la rémunération des taux courts aurait été presqu'au même niveau que celle des taux longs. Conséquence, les assurances-vie, déjà en perte de vitesse, auraient perdu encore plus de terrain face au livret A. Et une épargne facile et attractive n'est pas un bon signal pour la consommation, déjà en berne.

Cette décision est critiquée par les associations de consommateurs, qui gardaient déjà en travers de la gorge la décision du gouvernement en novembre dernier de repousser au 1er avril - et non 1er janvier - la revalorisation des prestations sociales, et de limiter cette hausse à 1 %, alors qu'elle aurait dû suivre l'inflation à 2,3 %.

Mais elle est aussi contestée par les économistes qui prédisent que l'inflation ne baissera pas autant que prévu en ce début 2012, notamment à cause du relèvement du taux de TVA de 5,5 % à 7 % et des hausses des tarifs régulés (gaz, trains, taxis…). Et en cas de mise en place rapide de la TVA sociale, comme le promet le gouvernement, les perspectives de recul de l'inflation pourraient même être remises en cause. Ainsi, les chefs économistes de HSBC France et de la Société Générale prévoient désormais que l'inflation ne redescendra sous le seuil des 2 % qu'en décembre 2012.

Article publié par la Dépêche du Midi

17:19 Publié dans Actualités, Cactus, Connaissances, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!