Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2012

27 MILLIONS D'ESCLAVES DANS LE MONDE

esclave.jpgPrès de 27 millions de personnes seraient réduites en esclavage dans le monde aujourd'hui. C'est ce qu'a indiqué la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, au moment où les Etats-Unis dévoilait, mardi 19 juin, leur rapport annuel sur le trafic d'êtres humains.

Des progrès dans la lutte contre ce "fléau" ont toutefois été accomplis, grâce notamment aux poursuites engagées contre les trafiquants par un nombre croissant de gouvernements, relève ce rapport. Vingt-neuf pays ont ainsi remonté dans le classement. Mais sur les cent quatre-vingt-cinq pays étudiés, seuls trente-trois se conforment aux textes existants au niveau international instaurés pour mettre fin au trafic d'êtres humains, telle la Déclaration universelle des droits de l'homme.

LA SYRIE FAIT SON ENTRÉE DANS LA LISTE NOIRE

Parmi les dix-sept pays les moins bien notés, se trouvent l'Algérie, la République démocratique du Congo, la Libye, la Corée du Nord et l'Arabie saoudite. La Syrie, elle, a fait son entrée sur la liste noire des pays accusés de trafic d'êtres humains, car "le gouvernement syrien n'applique pas les mesures destinées à éliminer le trafic (d'êtres humains) et ne fait aucun effort en ce sens", explique le rapport américain.

L'abolition de l'esclavage aux Etats-Unis, en 1865, "et dans d'autres pays n'a malheureusement pas signifié la fin de l'esclavage" dans son ensemble, a estimé Mme Clinton. "En dépit de l'adoption de traités et de lois qui interdisent l'esclavage, les faits montrent que nombre d'hommes, de femmes et d'enfants vivent en esclaves des temps modernes en raison du fléau qu'est le trafic d'êtres humains", a souligné la secrétaire d'Etat. "Les victimes de l'esclavage moderne sont des hommes et des femmes, des fillettes et des garçons dont l'histoire nous rappelle de quels traitements inhumains nous sommes capables".

Le 1er juin, l'Organisation internationale du travail (OIT) avait annoncé que près de 20,9 millions de personnes, dont près d'un quart ont moins de 18 ans, sont en situation de travail forcé dans le monde, occupant des postes qui leur ont été imposés par la contrainte ou la tromperie.

Article publié par le journal Le Monde

13:08 Publié dans Actualités, Connaissances, Economie, Planète | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : esclave, monde, rapport, enfant | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

14/03/2012

Suicide à la Poste: des documents accablants

santé, la poste, sud, syndicats, souffrance au travail, accident de travail, Le cadre de la Poste qui s'est suicidé dimanche dans le Finistère avait préparé son geste, laissant une série d'écrits bouleversants dans lesquels il accusait l'entreprise d'être à l'origine de sa "perte de repères" et faisait part de ses dernières volontés.

Dans ces documents, transmis par le syndicat SUD à l’AFP, le cadre quadragénaire, marié et père de deux enfants, explique notamment qu'il "considère la hiérarchie de la Poste (à tous niveaux) à l'origine de (s)a perte de repères". "Depuis plus de trois ans, j'ai l'impression d'un acharnement, d'une volonté hiérarchique de m'acculer. Laissez-moi partir, c'est mon choix", explique-t-il dans une note baptisée "Mes demandes", dans laquelle il dit refuser toute réanimation, être prêt à donner ses organes et réclame une inhumation "dans l'intimité familiale" sans "aucun représentant de la hiérarchie de l'entreprise, ni aucun message de cette même hiérarchie".
Dans une autre note baptisée "Annexe", il demande si une pension pour sa famille est "envisageable", "en obtenant que (s)on geste désespéré soit requalifié en accident de travail".

Parmi les documents, figure également un courriel adressé au PDG de la Poste Jean-Paul Bailly et daté du 11 mars, soit le jour de sa mort mais non envoyé. Dans ce mail, dont l'objet est "SOS", le cadre se dit "dos au mur" et considère que sa "carrière à la Poste est terminée", disant redouter, "dans le meilleur des cas", une mise au placard. "Cela fait deux fois en moins de six mois que je prépare mon suicide", écrit-il.

Patrice Campion, délégué SUD dans le Finistère, a expliqué à l'AFP que dans le courriel adressé le jour de sa mort aux organisations syndicales, il indiquait avoir "laissé d'autres documents chez lui" pour la CGC, la CFDT, SUD et la CGT. Il a expliqué avoir récupéré ces documents mardi.

Pour Régis Blanchot (SUD), ces documents, dans lesquels le cadre "explique comment la Poste l'a détruit" prouvent le lien entre le drame et le travail. Une réunion du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) devait se tenir localement mercredi. Selon M. Campion, les syndicats vont notamment demander que le suicide de ce cadre soit reconnu comme un accident du travail.

Hervé Tellier, responsable CGT, premier syndicat du groupe devant SUD, a réaffirmé mercredi que le syndicat réclamait "l'arrêt des réorganisations, un bilan de leurs effets sur la santé des agents et l'ouverture d'un chantier de négociations pour remettre l'humain au coeur de l'entreprise".

Publié par l'Humanité

07/02/2012

LES CIVILISATIONS NE SE VALENT PAS !

civilisation.jpg

13:38 Publié dans Actualités, Le dessin du mois, Planète | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : civilisation, guéant, sarkozy | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

17/12/2011

Qu'est-ce qui fait toujours courir Oscar Niemeyer, 104 ans ?

Entretien réalisé par l'Humanité en 2005

niemeyer1.jpg"Pour être un bon architecte, il faut connaître la vie des hommes, leur misère, leur souffrance - Oscar Niemeyer"

L'immeuble est situé sur la plage de Copacabana, et le bureau, est au dernier étage. Oscar Niemeyer est en retard. Depuis la grande banquette blanche qui longe la grande baie vitrée, on peut se laisser saisir par l'émotion de l'atelier, observer les meubles, les esquisses de l'architecte accrochées sur les murs, un dessin en hommage aux sans-terre portant la mention " la terre appartient à tous "...

Cette attente est un vrai bonheur.

Le voici. Une longue poignée de main et quelques mots chaleureux pour dire tout son plaisir de rencontrer un ami communiste français.

La pièce est petite, intime, sur les murs, les rayonnages sont remplis de livres. Des auteurs français pêle-mêle : Laclos, Dumas, Baudelaire, Camus...

Et l'histoire de la Commune de Paris, sise parmi de nombreux ouvrages d'auteurs brésiliens et d'Amérique latine : Ribeiro, Amado...

Sur son bureau, se trouve l'étincelante plaque en bronze, reçue en hommage lors de l'inauguration du siège du PCF.

Il a une tendresse pour l'Huma : " Je suis toujours le fidèle compagnon du journal l'Humanité. Il faut que vive le journal l'Humanité, il est le compagnon de tous ceux qui combattent la pauvreté, les injustices, le capitalisme. "

L'homme est en forme pour ses quatre-vingt-dix-huit ans. Il se trouve " ordinaire ", et si l'on insiste, précise qu'il " n'a pas vraiment conscience de son génie ".

Cependant, nombre de ses dernières créations, animées par les courbes qui lui sont si chères, sont encore en train de s'élever vers le ciel.

Une cathédrale, un théâtre, un musée du cinéma, le siège de la fondation Oscar Niemeyer et la gare des bateaux sortent de terre, parsèmant le " chemin Niemeyer ", à Niteroi.

Brasilia s'étoffe encore d'un musée d'Art contemporain, de la Bibliothèque nationale, de cinémas, d'un centre musical, dont il a inventé les formes et dessiné les plans. Les bâtiments officiels de l'État du Minas Gerais grandissent à Belo Horizonte. À Potsdam et à Oviedo, des projets se préparent...

niemeyeronu.jpgAux quatre coins du monde, on voit fleurir de nombreux projets nouveaux conçus par vous. En fait, votre énergie est intacte...

Oscar Niemeyer. Je viens au bureau tous les jours, de 11 heures à 23 heures J'ai une façon de travailler très personnelle.

Quand le projet est conçu dans ma tête, je fais le dessin seul, parce que l'architecture demande une transposition, une prise de position très personnelle, individuelle. Quand le projet est fini, j'appelle mes collègues architectes pour travailler au développement. Cela permet la discussion, pour terminer le projet. La construction d'un bâtiment est très difficile, il y a toujours des ajustements à faire par rapport au projet d'origine. Il faut donc être vigilant jusqu'à la fin. C'est d'autant plus vrai pour la construction d'une ville tout entière, en évolution permanente comme Brasilia, qui a commencé il y a maintenant quarante-cinq ans.

L'architecture me demande beaucoup de travail et d'énergie. Je travaille pour la France, pour l'Allemagne, l'Italie. En ce moment, je suis aussi sur un projet de musée à Oviedo, en Espagne.

L'Année du Brésil en France connaît un succès sans précédent...

Oscar Niemeyer. Ça ne m'étonne pas ! Si un jour je dois sortir du Brésil, ce sera en France que j'irai ! Le Brésil a toujours été très lié à la France. Les liens sont encore très étroits aujourd'hui.

La littérature française est bien enseignée, très présente dans les écoles brésiliennes. Je me souviens, quand j'étais à Paris, lors de mon exil dû à la dictature fasciste en 1964, j'ai été surpris du bon accueil d'André Malraux, il a toujours eu beaucoup d'estime pour moi : " J'ai placé votre architecture dans mon musée imaginaire, là où je garde tout ce que j'ai vu et aimé dans le monde. " Il a trouvé la solution pour que je puisse travailler en France, comme un architecte français.

C'est ainsi que pendant mes séjours en France, j'ai pu réaliser la maison de la culture au Havre, la bourse du travail à Bobigny, le siège du PCF à Paris, et le siège du journal l'Humanité à Saint-Denis qui, me dit-on, sont très visités. Ce dont je suis heureux et fier. Je dis souvent, au Brésil : les meilleures personnes que j'ai connues dans la vie, ce sont les camarades communistes français ; ils ne veulent rien pour eux, changer le monde pour tous est leur but.

C'est formidable, non ?

Votre engagement de communiste... est-il toujours le même ?

Oscar Niemeyer. Je suis content, je suis toujours sur le même chemin. Je suis sorti de l'école, et ma famille était une famille bourgeoise.

Mon grand-père était ministre de la Cour suprême du Brésil. J'ai compris immédiatement qu'il fallait changer les choses. Le chemin, c'est le Parti communiste. Je suis entré au Parti et j'y suis resté jusqu'à aujourd'hui, en suivant tous les moments, bons ou mauvais, que la vie impose.

Quand je parle d'architecture, j'ai l'habitude de dire que la vie est plus importante que l'architecture, l'architecture ne change rien, la vie peut changer les choses bien plus que l'architecture. Je pense et je le dis constamment aux collègues, aux étudiants, qu'il n'est pas suffisant de sortir de l'école pour être un bon architecte. Il faut connaître avant tout la vie des hommes, leur misère, leur souffrance pour faire vraiment de l'architecture, pour créer.

Le principal, c'est être un homme qui arrive à comprendre la vie, et il faut comprendre qu'il est important de changer le monde. Nous cherchons une cohérence. Tous les mardis, se tiennent dans mon bureau des rencontres avec des étudiants, des intellectuels, des scientifiques, des gens de lettres. Nous échangeons des réflexions philosophiques, des réflexions sur la politique, sur le monde, nous voulons comprendre la vie, changer la vie, changer l'être humain.

Pourtant, dans un premier temps, je suis pessimiste : je pense que l'être humain a très peu de perspective, mais qu'il faut vivre honnêtement, vivre la main dans la main. Après, dans un second temps, je comprends qu'il faut être moins pessimiste et un peu plus réaliste.

Il faut comprendre que la vie est implacable pour le peuple, chacun arrive avec sa petite histoire. Il y a trop d'injustices. Mais l'engagement avec le Parti communiste permet l'espoir, permet la solidarité, permet le combat commun pour un monde meilleur.

Quel regard portez-vous sur la situation politique du président Lula au Brésil, en particulier, et sur l'évolution politique de l'Amérique latine en général ?

Oscar Niemeyer. Il faut faire de l'Amérique latine un pôle de combat, un pôle de résistance contre l'impérialisme américain...

Il faut comprendre que le peuple américain est comme les autres mais que la politique nord-américaine est menaçante, elle menace l'Amérique latine, dans sa totalité. Il faut mieux se protéger.

J'aurais voulu que Lula soit le leader de cette lutte. Nous n'aimons pas voir le gouvernement de Lula être très aimable avec les Américains. Mais je ne suis pas pessimiste, les forces populaires et progressistes se renforcent, ça donne l'impression que le peuple peut réagir.

Je pense, que, quand la vie est très difficile, l'espoir jaillit du coeur des hommes, il faut se battre, il faut faire la révolution. On ne peut pas améliorer le capitalisme : il est responsable de ce qu'il y a de plus mauvais dans le monde. Il faut que les jeunes soient partie prenante, il faut qu'ils entrent dans la lutte. Je sais que ce n'est pas le moment le plus propice, mais il faut avoir l'espoir.

Propos recueillis par Gérard Fournier , l'Humanité, Décembre 2005

REPERES : Oscar Niemeyer

Né à Rio de Janeiro le 15 décembre 1907, ll est le plus célèbre architecte brésilien, auteur d'une œuvre majeure pour l'architecture moderne, inscrite dans le mouvement du style international.

Niemeyer devient connu pour avoir participer du groupe d'architectes responsables pour le nouveau siège du Ministère de l'Education et Santé, à Rio de Janeiro, du gouvernement de Getúlio Vargas, en 1936.

Sa notoriété mondiale est notamment une conséquence de sa participation à la création de la nouvelle capitale administrative du Brésil, Brasília, inaugurée le 21 avril 1960. Lucio Costa a gagné le concours public du plan d'urbanisme de la nouvelle capitale, réalisé en 1956.

Le président Juscelino Kubistchek appella alors, Niemeyer pour concevoir les principaux équipements publics de la ville, dont la cathédrale, le congrès national, les ministères etc. Juscelino connaissais Niemeyer depuis son projet pour l'ensemble de Pampulha, Belo Horizonte, MG - Juscelino était à l'époque gouverneur de Minas Gerais.

Siège des Nations unies, New York

Oscar Niemeyer participa également avec Le Corbusier à la réalisation du siège de l'ONU à New York en 1952.

Entre 1991 et 1996, il réalise le Musée d'Art Contemporain de Niterói (Museu de Arte Contemporânea de Niterói).

fabien1.jpgAvec la dictature militaire au Brésil, Niemeyer part en France où il fut le concepteur de plusieurs édifices, tels le siège du Parti Communiste Français, place du Colonel Fabien à Paris (1965-1980), le siège du journal L'Humanité à Saint-Denis (1989), ou le centre culturel Le Volcan du Havre. Revendiquant lui-même son attachement aux idéaux communistes, il chercha à ne contribuer à l'étranger qu'avec des maîtres d'ouvrage communistes ou apparentés.

À Paris, on peut observer son travail avec la Bourse du Travail de Bobigny en prenant le tramway, arrêt Bourse du Travail.

Les lignes du bâtiment reprennent le style du Volcan au Havre en de nombreux points; ces courbes se retrouvent aussi dans certains lieux de cette ville, qui dans les années 70 chercha à innover en matière d'architecture.

Construite entre 1976 et 1978, elle se décompose en deux ensembles distincts: on y trouve un auditorium de 465 places entouré de salles de réunions et un bâtiment élevé sur pilotis comprenant quatre étages accueillant diverses organisations syndicales.

Inaugurée le 2 mai 1978, cette structure se dévoile donc par deux bâtiments différents qui ne font qu'un bloc que l'impression d'élévation et de légèreté soude durablement. La courbe, partie intégrante des œuvres de Niemeyer, est une fois de plus à son apogée. Tantôt vague, tantôt montagne, elle trouve une finesse que seul le béton pouvait lui fournir.

Il conçoit en 2003 l'auditorium de Sao Paulo, inauguré en 2005 et recouverte d'une toiture ondulante en béton de près de 27 000 m². Peu satisfait de cette dernière, il en a demandé la destruction d'un fragment ce qui a été refusé par la municipalité.

Niemeyer a une seule fille, cinq petits enfants et plusieurs arrières petits enfants. Il y a même une cinquième génération.

Quand je dessine, seul le béton me permettra de maîtriser une courbe d'une portée aussi ample.

Le béton suggère des formes souples, des contrastes de formes, par une modulation continue de l'espace qui s'oppose à l'uniformisation des systèmes répétitifs du fonctionnalisme international.

Photos : le siège de l'ONU, plus bas le siège du PCF à Paris