Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2015

CHANSONS ROUGES, NOTRE NOUVELLE WEB RADIO

 

Chansons Rouges, web radio, la radio qui change du monde avec les chansons de la révolution pour vous, avec les interprètes qui bougent ce monde :

Amal Murkus, Les Communards, Daniel Lavoie, Groupe 17, Jean Ferrat, Julia Boutros, Mouloudji, Patti Smith, Renaud, Buena Vista Social Club, les 4 barbus, Mécano, Nina Simone, Grégoire, Madonna, Pierre Bachelet, Pierre Perret, Raul Paz, Coeur de l'armée rouge, Dominique Grange, Georges Moustaki, Leny Escudéro, Agnès Bihl, HK et les Saltimbanks, Marc Ogeret, Catherine Ribeiro, Compagnie de Lampora, Francesca Soleville, Les escrocs, Boris Vian, Chansons bifluoré, Isabelle Aubret, Joe Cocker, Joé Dassin, Tina Turner, Yannick Noah, Carlos Mejia Godoy, José Afonso, Manitas de Olatas, Pete Seeger, Amina Alaoui, Anton Karas, Chris Réa, Hubert Félix Théfaine, Félix Leclerc, Vignault, Nathalie Cardone, Freddie Mercury, Idir, Manu Chao, Léo Ferré, Marc Gélinas, Nana Mouskouri, Souad Massi, Shakira, Edith Piaf, Antoine Ciosi, Bernard Lavilliers, François Béranger, Henri Tachan, Michel Fuguain, Johan Baez, Patricia Kaas, Le Grand Corps Malade, Francis Lalanne, Léonard Cohen, Les Quilapayun, Victor Jara...

 

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

11:52 Publié dans ACTUSe-Vidéos, Médias, Musique, Planète | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chansons rouges, web radio | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

09/12/2014

L'année 2014 pourrait être la plus chaude jamais enregistrée

soleil.jpg

Si les données des mois de novembre et décembre confirment la tendance observée jusqu'en octobre, 2014 sera l'année la plus chaude jamais observée.

L'année 2014 est en passe de devenir l'une des années les plus chaudes, voire la plus chaude, jamais enregistrée, a affirmé mercredi à Genève l'Organisation météorologique mondiale.

Si les chiffres des mois de novembre et décembre confirment la tendance observée jusqu'en octobre, 2014 sera l'année la plus chaude jamais observée, a affirmé mercredi l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Elle précédera les années 2010, 2005 et 1998, ce qui confirme la tendance générale au réchauffement.

Les températures de surface de la mer ont atteint des valeurs record. Ces valeurs resteront très probablement supérieures à la normale jusqu'à la fin de l'année, a expliqué l'agence de l'ONU.

Précipitations et inondations exceptionnelles

Ces températures océaniques élevées à l'échelle du globe ont contribué, avec d'autres facteurs, à engendrer des précipitations et des inondations d'une ampleur exceptionnelle dans de nombreux pays et des sécheresses extrêmes dans d'autres.

"D'après les données provisoires dont on dispose pour 2014, le XXIe siècle compte déjà 14 des 15 années les plus chaudes jamais observées", a déclaré à Genève le secrétaire général de l'OMM Michel Jarraud.

La température a dépassé de 0,57 degré la moyenne

Selon la déclaration provisoire de l'OMM sur l'état du climat mondial en 2014, la température moyenne de l'air à la surface du globe (terres émergées et océans confondus) pour la période janvier-octobre a dépassé de quelque 0,57 degré la moyenne calculée pour la période de référence 1961-1990, qui est de 14 degrés. Elle a dépassé de 0,09 degré la moyenne des dix dernières années (2004-2013).
 

12:02 Publié dans Actualités, Planète, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat, chaleur, soleil | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

26/11/2014

INTERACTIF. Inégalités : le rapport alarmant dressé par Oxfam

richesse.jpg

Selon une étude de l'ONG Oxfam, 70% de la population de la Terre vit dans un pays où l'écart entre les riches et les pauvres est plus important qu'il y a trente ans.

La famille de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, est tellement riche qu'il lui faudrait 102 ans pour dépenser sa fortune, à raison d'un million de dollars par jour. Un constat sidérant, mais qui n'est qu'un exemple parmi d'autres évoqués dans le rapport coup de poing que publie ce jeudi Oxfam sur les inégalités dans le monde. A ceux qui en doutaient encore, l'ONG spécialisée dans la lutte contre la pauvreté prouve, au fil de ces 156 pages étayées par une multitude d'études économiques, l'effarante poussée des inégalités à travers le monde.

70% de la population de la Terre vit ainsi dans un pays où l'écart entre les riches et les pauvres est plus important qu'il y a trente ans.

Pays développés ou en voie de développement, les inégalités se retrouvent partout : une poignée d'individus détient la majorité des ressources. La n'y échappe pas : «Les 1% les plus riches possèdent autant que les 70% les moins aisés de la population. Les fortunes cumulées des familles Bettencourt et Arnault représentent autant que ce que possèdent les 20 millions de Français les plus pauvres», indique Nicolas Vercken d'Oxfam .

«Condamnés à rester pauvres de génération en génération

misere1.jpgDe manière générale, les 85 plus grosses fortunes mondiales détiennent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. La n'a rien arrangé, au contraire. Depuis, «le nombre de milliardaires dans le monde a pratiquement doublé, à 1645 personnes», rappelle l'organisation, qui ajoute : «La richesse cumulée des milliardaires a augmenté de 124% ces quatre dernières années», pour atteindre environ 4200 milliards d'euros.... soit deux fois le PIB de la France.

Le pire, c'est que le système ne permet pas aux plus mal lotis de s'en sortir, constate Oxfam. Ils sont «condamnés à rester pauvres de génération en génération», parce que «dans les pays riches comme dans les pays pauvres, les inégalités élevées ont réduit la mobilité sociale.» Même le rêve américain n'est pas épargné. Aux Etats-Unis, près de la moitié des enfants de parents pauvres auront de faibles revenus une fois adultes.

Surtout, cette aggravation des disparités nuit à la croissance globale, comme le rappelle l'ONG. «Dans les pays dans lesquels sévissent des inégalités économiques extrêmes, la croissance est de courte durée et la croissance à long terme est affaiblie». Les inégalités ont aussi des conséquences environnementales : les 7% les plus riches sont responsables de 50% des émissions de CO2, tandis que les 50 % les plus pauvres ne sont à l’origine que de 7 % des émissions dans le monde.

Créer un impôt pour les milliardaires

Pour expliquer cette situation, elle pointe le «capitalisme sauvage» et «la mainmise des élites sur le monde politique et le pouvoir». Elle fustige en particulier les exemptions et échappatoires fiscaux dont profitent les plus riches. Alarmiste mais pas fataliste, Oxfam préconise des solutions pour enrayer la spirale, notamment une révolution fiscale qui passerait par la création d'un impôt pour les plus riches.

Elle a calculé que taxer la fortune de tous les milliardaires à hauteur de seulement 1,5% permettrait de dégager 58 milliards d'euros. Suffisant à la fois pour combler les déficits de financement nécessaires à la scolarisation de tous les enfants et pour fournir une couverture santé universelle dans les 49 pays les plus pauvres.

Sébastien Lernould, Le Parisien

09:34 Publié dans Connaissances, Economie, Planète, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : riches, apuvres, misère | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

22/10/2014

Pour un dialogue des cultures, antidote aux fractures

orient.jpg

L’Europe a tout intérêt à ce que l’accouchement de la démocratie au sud de la méditerranée se fasse sans douleur. Son centre de gravité est déplacé vers le nord où le taux de natalité est affaibli. Sa partie sud patauge. Ses interventions militaires et par la vente d’armes à la fois à des rebelles et à des dictateurs n’ont fait que  déclencher et entretenir des séismes dont les ondes continuent à se propager. Et qui l’affectent à son tour aussi, cela est inévitable.
 
Que les pays du sud continuent à plonger dans le chaos risquerait de renforcer la ligne de fracture sud nord, à la fois par le rejet à travers les nationalismes, et par des décisions de protection. Et ne ferait que renfermer l'Europe dans ses tranchées. Vis-à-vis de sa population issue de l’immigration, cela ne saurait que nourrir le cercle vicieux de la précarité et de l’exclusion.
 
Une partie de la jeunesse issue de l’immigration est tiraillée entre, d'un côté, des racines méconnues ou mal connues et, de l'autre, un pays qui leur renvoie une image dévalorisante. Le choix se fait alors souvent entre un reniement des origines ou une radicalisation et rejet de ceux qui les rejettent.
 
Mais il y a aussi une fraction non négligeable souvent oubliée dans les statistiques et au sein de l'imaginaire occidental : ceux qui sont hautement qualifiés, des cerveaux en fuite. Certains d'eux sont moins visibles car ils coupent leurs liens pour devenir les bons élèves de l’assimilation.
 
Ils forment un apport humain qui s’ajoute aux richesses matérielles et économiques qu’apportent les pays du sud. Un apport global souvent ignoré par l’opinion publique, alors qu’il saurait modérer le racisme ambiant.

orient3.jpgMais l’ignorance concerne un autre apport tout autant essentiel. Celui de la civilisation arabo-islamique à la renaissance de  l'Europe. Sa culture florissante avait affecté tous les domaines et a fait émerger des thèmes essentiels tel que l’amour courtois et la poésie qui l’accompagnait, l’éthique politique et l’organisation étatique, les arts, ainsi que le raffinement dans les champs culinaire, vestimentaire, ludique, sans parler des apports  scientifique et philosophique.

C’est par l’accès à cette culture valorisant la beauté et le féminin dans leur dimension sacrée que nous saurions apporter des antidotes aux crispations identitaires. D’une part, cela réorienterait des jeunes issus de l’immigration vers la « bonne adresse », leur permettant de construire une confiance en eux, de s’affirmer et de s’émanciper.

Cette réorientation est nécessaire pas seulement pour les défavorisés parmi eux, mais aussi pour l’élite formée dans un moule occidental et qui devient porte parole d’une islamophobie virulente. D’autre part, cela permettrait de sortir les xénophobes de leur mythe d’une identité européenne pure qui n’aurait jamais interagi avec l’Islam, présenté comme ennemi déclaré depuis toujours.  

ines11.jpgIl est urgent de réviser l'histoire afin de prendre conscience que les échanges au sein de la méditerranée avaient dépassé les conflits dans le passé, mais furent aussi économiques et culturels. Cela nous aiderait à nous en inspirer, afin que les pays du sud ne soient plus perçus comme des sources de gain économique et des marchés de marchandises et d’armes à conquérir, mais bien des partenaires égaux d’un dialogue culturel et une source d’enrichissement, comme ils le furent auparavant.  

Ines Safi : Née en Tunisie, Inès Safi est diplômée de l’Ecole Polytechnique de Palaiseau et chercheuse CNRS en théorie de la matière condensée, au Laboratoire de physique des solides à Orsay, où elle étudie des système de taille nanométrique.